En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réacteur n°5 du Bugey : l'ASN reprend EDF pour un défaut d'étanchéité de l'enceinte

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Avant de redémarrer le réacteur n°5 de la centrale du Bugey (Ain), arrêté pour maintenance, EDF devra traiter les défauts du revêtement d'étanchéité métallique de l'enceinte. Cette opération et ses modalités devront de plus être soumises à l'accord préalable de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a indiqué cette dernière dans décision rendue le mardi 1er décembre.

Cette enceinte permet le confinement des substances radioactives en cas d'accident et la protection du réacteur contre les agressions externes, précise l'ASN.

L'Autorité a justifié sa décision par différents constats : elle avait en effet souligné une augmentation significative du débit de fuite de l'enceinte du réacteur n°5 observé lors d'un test en 2011. Elle avait alors prescrit une nouvelle épreuve hydraulique lors du prochain arrêt pour maintenance du réacteur. Ce test réalisé en octobre 2015 a mis en évidence une nouvelle augmentation du taux de fuite.

Une origine inconnue

Le programme de recherche de fuite défini par EDF déployé entre 2012 et le 27 novembre 2015 n'a quant à lui pas permis d'identifier les causes de ce disfonctionnement, selon l'ASN. Des inspecteurs de l'ASN ont également constaté au cours d'une inspection, en novembre dernier, que ce programme avait cependant permis d'identifier un phénomène de corrosion du revêtement d'étanchéité interne de l'enceinte de confinement mais pas son origine.

"Fin novembre 2015, l'exploitant a indiqué à l'ASN qu'il envisageait de procéder à des réparations puis aux opérations de redémarrage du réacteur sans avoir transmis préalablement à l'ASN la méthodologie de traitement de cet écart, souligne dans un communiqué l'Autorité. Les éléments transmis jusqu'à présent par EDF ne permettent pas de garantir que les phénomènes mis en jeu ont été identifiés, que l'ensemble des défauts ont été caractérisés et que les modalités de traitement envisagées par l'exploitant sont appropriées". L'ASN soumet donc à son accord préalable ces opérations de réparation et la démarche de traitement.

Au total, la centrale du Bugey dispose de quatre unités de 900 MW chacune ainsi qu'une en cours de déconstruction, Bugey n°1.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager