En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Total : sa stratégie climatique reste inchangée selon Notre Affaire à tous

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Notre Affaire à tous et les associations qui ont engagé, en janvier dernier, un recours contre Total ne sont pas convaincues par les objectifs climatiques à l'horizon 2050 que vient de présenter le groupe pétrolier. Certes, « Total prend enfin acte de sa responsabilité majeure en matière de climat », constatent-elles, mais « les objectifs intermédiaires du groupe à 2030 restent inchangés et Total ne présente aucun plan crédible de sortie des énergies fossiles ».

Par ailleurs, « ces engagements ne sont pas repris dans le plan de vigilance de la société mère du groupe, document juridiquement contraignant et opposable aux membres de la société civile », déplorent-elles. Et de rappeler qu'elles attendent que Total « envisage une baisse drastique de la production du pétrole et du gaz afin de faire cesser sa contribution illicite au réchauffement climatique ».

Une hausse des émissions de CO2 reste possible

Notre Affaire à Tous, Sherpa, Les Éco Maires, France Nature Environnement (FNE) et ZEA, estiment que l'objectif de neutralité carbone en Europe en 2050 pour l'ensemble des émissions de Total, y compris celles résultant de l'utilisation des produits (le scope 3), « ne change pas la stratégie pétrolière et gazière de Total ». En effet, « 40 à 50 % des parts de marché du groupe ne sont pas concernées par l'objectif [car] les émissions du scope 3 représentent 85 % des gaz à effet de serre (GES) de l'entreprise et le marché européen 50 à 60 % des ventes de Total ». Dit autrement : « Total pourrait toujours revendre ses produits carbonés en dehors de l'Europe ».

Autre reproche formulé par les associations : « la réduction de 60 % de l'intensité carbone ne garantit pas la baisse des émissions nettes du groupe qui ne limite pas le volume d'hydrocarbures qu'il se permettra de vendre». Et de constater que « la légère baisse de l'intensité carbone des produits utilisés par les clients de Total sur 2019 s'est accompagnée d'une hausse des émissions absolues du scope 3 la même année, laquelle s'explique par la hausse de la production d'hydrocarbures du groupe de 9 % en 2019 ».

Réactions5 réactions à cet article

 

je vais lancer un pavé dans la mare : "On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l'ont engendré " Albert EINSTEIN
Avec le covid 19 on a atteint en 1 mois les objectifs de 2050 pour la réduction des émissions de CO2, la pollution a disparu mais strictement rien n'a changé pour le climat et rien ne changera tant qu'on ne s'attaquera pas à la véritable cause du dérèglement : la réduction du taux de vapeur dans l'atmosphère sur les continents !

L'atmosphère a deux effets indissociables : l’effet de serre et l'effet parasol ! l'effet parasol nous protège la journée (sinon la température atteindrait 150°c) et l'effet de serre nous protège la nuit (sinon la température serait à -168°c) . Si on assiste à de fortes canicules l'été c'est justement par manque de vapeur d'eau (principal gaz à effet de serre donc principal gaz à effet parasol) .

La température des continents se régule toute seule à condition que le taux d’évaporation augmente proportionnellement à la chaleur ! comme au dessus des océans et des forets ! C'est l'évapotranspiration qui absorbe les 2/3 de l'énergie solaire reçue par les sols (chaleur latente) pour la restituer dans le haut de la troposphère.


Les zones tempérées de la planète sont caractérisées par la présence d'eau ou de végétation, et c'est justement quand les continents arrêtent de "transpirer" que la désertification s'installe ! Avant de perdre ses arbres le Sahara était une forêt !
Oui il faut verdir la France mais en priorité l'été

laurent | 06 mai 2020 à 15h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

laurent: et comment le Sahara a "perdu ses arbres"?
Il ne me semble pas que ce soit le fait de la déforestation pratiquée par notre espèce.
A moins que...

Albatros | 11 mai 2020 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

albatros, beaucoup d'animaux mangent les arbres quand ils n'ont plus d'herbe au sol. Mon cousin qui a implanté le bocage Sahélien au Burkina, a construit des réserves collinaires, planter des arbres et surtout protéger ces arbres pour ne pas que les animaux les attaques et bien expliquer aux habitants qu'il ne fallait pas les couper.
Il est arrivé sur des surfaces en latérites (sol minéralisé) et 30 ans après il a retrouvé des sols très riches en matière organique, et les agriculteurs mangent à leur faim , en France, dans le même temps on coupait les arbres et on détruisait les barrages ... chez nous le désert avance et au Burkina il recule ...
https://eauterreverdure.org/guie/

laurent | 11 mai 2020 à 15h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci Laurent.
J'apprécie ce type d'action concrète sans pathos.
Cependant, cela ne répond pas à ma question : comment le Sahara est-il devenu un désert ?

Albatros | 11 mai 2020 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le Sahara est cycliquement humide ou désertique , je ne sais pas ce qui a fait disparaitre les arbres (a priori les animaux) mais c'est bien la disparition des arbres qui coupe le cycle de l'eau et donc la régularité des pluies.

laurent | 11 mai 2020 à 22h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager