En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Règlement CLP : un outil d'information sur le classement des produits phytosanitaires pour le jardin

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

L'union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces verts (UPJ) a mis en ligne sur son site Internet ''un nouvel outil'' visant à informer les utilisateurs sur le changement de classement des produits de ses adhérents, dans le cadre du règlement européen sur la classification, l'étiquetage et l'emballage des produits chimiques (règlement CLP).

Pour rappel : selon le texte législatif, toutes les entreprises fabriquant ou important des substances dangereuses devaient les classer au plus tard pour le 1er décembre 2010 et les notifier à l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) avant le 3 janvier 2011.  Les fabricants et les importateurs qui mettent des substances dangereuses sur le marché pour la première fois après le 3 janvier devront quant à eux en notifier la classification à l'Echa dans un délai d'un mois. L'objectif vise à définir une classification des substances selon leur dangerosité pour la santé et l'environnement et les informations devant figurer sur les étiquettes des produits à destination des usagers.

Conformément à la réglementation européenne, l'UPJ propose, depuis le 1er janvier, aux jardiniers amateurs et aux professionnels (en zones non agricoles) de vérifier sur son site si le classement du produit phytosanitaire (herbicide, insecticide, fongicide) acheté "n'a pas changé''.

Pour cela, ''en renseignant la marque du produit et, au choix, la désignation commerciale, les 13 chiffres composant le code barre ou le numéro d'AMM (autorisation de mise sur le marché, nldr), le moteur de recherche sera à même d'indiquer si l'étiquetage a évolué ou non'', explique l'UPJ qui ''souhaite diffuser une information fiable et transparente portant sur les produits de ses adhérents''.

D'autant qu'il est ''possible que dans les circuits de distribution subsistent des produits portant sur l'étiquetage un classement non actualisé par rapport aux dernières exigences européennes'', selon l'organisation.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour,

Comment se fait-il que l'on ne trouve pas Monsanto avec son produit phare le Round-up dans cette liste?

En tout cas, malgré les nombreuses invitations auprès des jardiniers amateurs à se passer de l'usage de tous ces produits, force est de constater que "l'arsenal" à leur disposition est encore très vaste...

Romain

Romain | 11 janvier 2011 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ils ne font pas non plus la promotion des alternatives naturelles comme les préparations naturelles peu préoccupantes pourtant autorisées dans d'autres pays européens ?
J'espère que le nouveau livre de Marie-Monique Robin intitulé " Notre poison quotidien " leurs ouvriront les yeux car le consom'acteur n'est pas dupe !!!!

Interêt général

Eau pure | 11 janvier 2011 à 19h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager