Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La nouvelle réglementation européenne sur les pesticides est adoptée au Parlement

Après avoir trouvé un compromis satisfaisant avec les Etats membres en décembre dernier, le Parlement européen a adopté la nouvelle législation qui encadrera la mise sur le marché et l'utilisation des pesticides pour les 10 prochaines années.

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Les eurodéputés ont adopté ce matin la nouvelle réglementation qui encadrera la mise sur le marché et l'utilisation des pesticides en Europe. Le règlement modifie les conditions d'autorisation des pesticides et établit de nouvelles procédures pour l'évaluation scientifique des substances actives et l'autorisation des préparations commerciales. Ces procédures comportent notamment des critères visant à exclure les pesticides les plus dangereux et à les substituer par des alternatives moins nocives lorsqu'elles existent. Ainsi, après presque trois ans de discussions, l'UE a adopté une législation visant à éliminer les substances cancérogènes, mutagènes et neurotoxiques les plus préoccupantes.

Toutefois si une substance est nécessaire pour combattre une menace sérieuse à la « santé des plantes », elle pourra être approuvée pour une période de 5 ans même si elle ne remplit pas les critères de sécurité. Les substances neurotoxiques, immunotoxiques ou perturbatrices du système endocrinien pourront également être interdites mais seulement si elles sont considérées comme posant un « risque significatif ».

La « directive pour une utilisation durable des pesticides instaure de nouvelles exigences » concernant la vente des pesticides et leur utilisation par les professionnels. Les Etats Membres devront adopter des plans d'action nationaux établissant des objectifs de réduction des risques liés aux pesticides et des objectifs de réduction de l'utilisation des substances particulièrement préoccupantes. La pulvérisation aérienne des cultures sera par ailleurs interdite de manière générale mais des dérogations pourront être autorisées.
Des mesures spécifiques sont également prévues pour protéger le milieu aquatique et les eaux potables : les États membres devront prendre des « mesures appropriées » comme définir des zones tampons où il sera interdit d'utiliser ou de stocker des pesticides notamment le long des cours d'eau et à proximité des captages d'eau potable.
Il est également question de limiter ou interdire l'utilisation des pesticides dans des zones spécifiques comme les parcs, les jardins publics, les terrains de sport, les cours de récréation, les enceintes scolaires et les terrains de jeux, ainsi qu'à proximité d'infrastructures de santé publique.

Nous avons mené une négociation difficile et nous avons réussi à trouver le bon équilibre entre une disponibilité suffisante en produits de traitement des plantes pour une agriculture compétitive, et la réduction de leur impact sur la santé publique et l'environnement, a commenté Michel Barnier, ministre de l'agriculture et de la pêche.

Le Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures (MDRGF) a une analyse plus neutre du compromis qui, selon lui, oscille entre avancées et faiblesses. L'association estime que cette nouvelle réglementation permettra une plus grande protection des abeilles en Europe, ce qui est essentiel quand on sait que les abeilles contribuent à la production de 80 millions de tonnes de produits alimentaires de l'UE, commente-t-elle. Mais elle regrette que les pesticides pouvant avoir des conséquences neurologiques et immunologiques graves pour le développement pré-natal des enfants n'aient pas fait l'objet de restrictions fortes. Nous regrettons aussi que l'UE soit désormais divisée en trois zones, ce qui permettra la mise sur le marché de plus de produits et de matières actives dans certains pays de l'UE qui avaient choisi d'exclure certains pesticides pour des raisons sanitaires et environnementales, déclare François Veillerette, Président du MDRGF et administrateur du réseau PAN-Europe.

Ces deux textes législatifs entreront en application au début 2011.

Réactions10 réactions à cet article

 
PESTI-Fruits et PESTI-légumes

Les nouvelles réglementations obligeront les agriculteurs et les fabricants de produits chimiques à remplacer 22 produits très toxiques, les pesticides considérés comme étant les plus dangereux, DANS LES 10 ANS A VENIR. On se fout de qui ????

C'est GENIAL ! continuons donc de bouffer 5 pesti-fruits et pesti-légumes par jour !!!

L'espérance de vie qui est déjà repartie en régression va pouvoir continuer de diminuer et les retraites ne seront plus à payer !

Vive le test de dépistage du cancer du colorectum qui est sûrement dû au tabagisme ! mdr

PasSimplette | 13 janvier 2009 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
J'avais oublié

Merci à ce site de permettre les réactions

PasSimplette | 13 janvier 2009 à 20h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Enfin et seulement

Je rêve d'un monde où la santé et la qualité serait la première force motrice de notre pensée collective! Quel dommage qu'il soit si difficile de faire bouger les lignes! Ce seront nos enfants qui vont mourir de notre manque d'audace à édicter des lois qui prennent en compte les violences qui nous sont faites avec ces pesticides encore autorisés. Je me demande souvent comment les directeurs de groupes comme Mosanto font pour se regarder dans le miroir chaque matin! et même comment notre ministre ose dire des vérités aussi incomplètes et se satisfaire de tels commentaires!
Gandhi a dit "vous devez être le changement que vous voulez voir en ce monde".

maitou | 15 janvier 2009 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
obligation d'information

En fait pour faire vite et clair, moi je voudrais savoir avec quel produit mon fruit et légume a été traité et à quelles doses.

pierre | 15 janvier 2009 à 16h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
beaucoup de bruit pour moins que rien

Que ce soit pour la santé des plantes ou la nôtre, on ne s'occupe que du profit immédiat et surtout de maintenir les maladies pour pouvoir vendre plus. Si on faisait seulement des traitements naturels celà ne rapporterait plus assez à beaucoup de gros actionnaires.

Arlette | 15 janvier 2009 à 20h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:PESTI-Fruits et PESTI-légumes

C'est vraiment triste qu'on continue a' faire confiance a' des
gens qui n'ont JAMAIS respeté ni les etres humains ni les animaux ni notre Planete.

ommani108 | 18 janvier 2009 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re

Moi j'aimerais bien faire des choses, mais à quand une manifestation.
Et si les enfants de ces dangereux chimistes (sans doute des firmes allemandes, les rois de la chimie depuis la guerre mondiale) étaient atteints de ces conséquences

nicopoum | 22 janvier 2009 à 19h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re

Ils le seront comme tout le monde avec plus ou moins de conséquenses immédiates. Mais ils sont sur la même terre que nous, juste assez riches pour éviter la mal bouffe et pour vivre avec une certaine qualité de vie. Mais ils sont dans la même atmosphère avec les mêmes problèmes de santé que nous tous. Je ne souhaite de mal à personne mais ce n'est que justice.

maitou | 28 janvier 2009 à 18h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:beaucoup de bruit pour moins que rien

Je pense exactement la même chose, on sent bien que les intérêts des industriels ont été, on va dire ménagé, au détriment de mesure de santé public.

philippef | 29 janvier 2009 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pesticides dans les zones publiques

Il est dit dans l'article que les zones telles que les jeux pour enfants, les terrains de jeux etc. ne devront pas être traitées selon la nouvelle réglementation européenne, mais qu'en est-il de la réglementation actuelle, où puis-je trouver les textes officiels qui disent ce que l'on peut faire et ce qui est interdit dans les zones publiques (écoles, terrains de foot, terrain de jeux)

Phil | 07 mars 2009 à 12h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager