En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Risques industriels : les trois mesures du plan Batho

Création d'un force d'intervention rapide en cas d'accident, accélération des PPRT et densification des grandes plates-formes industrielles à risques. Telles sont les trois mesures du plan annoncé par Delphine Batho.

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, a présenté le 11 avril 2013 un plan de mobilisation pour la prévention des risques technologiques prenant en compte le retour d'expérience de l'incident survenu dans l'usine Lubrizol de Rouen en janvier dernier. Ce site Seveso seuil haut avait été à l'origine d'un dégagement de gaz très odorants pendant plusieurs jours, ressentis jusqu'au Royaume-Uni.

Une force d'intervention rapide

La première composante du plan présenté par la ministre consiste à mettre en place une force d'intervention rapide (FIR) en cas d'accident. Elle permettra de procéder sur place à la mesure des rejets accidentels grâce à des partenariats signés par les industriels avec des laboratoires indépendants et à l'implication des associations agréées pour la surveillance de la qualité de l'air (AASQA).

La FIR permettra ensuite de mutualiser les ressources des industriels grâce à une extension du protocole Transaid existant en matière d'accident de transport de matières dangereuses. La Direction générale de la prévention des risques a d'ores et déjà lancé des travaux avec les principales fédérations professionnelles en ce sens.

Enfin, la force d'intervention permettra, indique la ministre, de mobiliser immédiatement les capacités des services de l'Etat. "Cette capacité d'expertise rapide pourra également s'appuyer 24 h sur 24 sur les moyens de la cellule d'appui aux situations d'urgence (CASU) de l'Ineris", ajoute-t-elle.

Le dispositif pourrait être complété le cas échéant après la remise début mai du rapport sur la gestion de crise et les dispositifs d'alerte commandé par Delphine Batho et Manuel Valls suite à l'accident Lubrizol.

Accélérer les PPRT

Leitmotiv des ministres de l'Ecologie successifs, la deuxième action du plan vise à accélérer l'élaboration des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) prévus par la loi Bachelot de 2003 suite à l'accident AZF et visant à maîtriser l'urbanisation autour des sites à "hauts risques".

Dix ans après l'adoption de cette loi, seulement 228 plans sur les 407 à réaliser sont approuvés, soit 56%. Les raisons du retard ? Delphine Batho évoque la complexité des études préalables, certaines lenteurs mais aussi "la mauvaise volonté de certains industriels que l'Etat ne peut accepter". Si la ministre salue l'effort de la plupart d'entre eux qui ont investi 200 à 300 millions d'euros par an dans des mesures de réduction des risques à la source, elle indique avoir rappelé à l'ordre par courrier une dizaine d'industriels, dont des grands groupes, qui traînent des pieds.

Face à ces retards, la ministre n'annonce pas moins de douze mesures afin d'accélérer la mise en œuvre des plans avec un objectif de 75% des PPRT approuvés fin 2013 et 95% fin 2014. Il s'agit d'abord de mobiliser les moyens de l'Etat : élaboration d'un "planning ambitieux" inscrit dans une circulaire que la ministre vient d'adresser aux préfets, mise en œuvre de "task forces" au sein des directions départementales des territoires (DDT), mobilisation de France Domaines sur les évaluations à mener. "Il n'y aura pas de réduction budgétaire en matière de prévention des risques", a tenu à préciser la ministre.

La deuxième salve de mesures vise à répondre aux attentes des riverains et des élus. Un amendement du député Yves Blein, également président de l'association Amaris, au projet de loi d'adaptation au droit de l'UE dans le domaine du développement durable (DDADUE) a été adopté en commission mardi dernier afin que soit portée à 90% la prise en charge des travaux imposés aux riverains, selon la clé de répartition suivante : Etat (40% sous forme de crédit d'impôt), industriels (25%) et collectivités locales (25%). Le plan envisage également un financement tripartite des coûts de démolition des bâtiments expropriés, aujourd'hui à la seule charge des collectivités. Mais aussi un accompagnement des riverains afin qu'ils bénéficient de micro-crédits et des aides de l'Anah.

La troisième série de mesures vise à lever les obstacles qui empêchent la bonne application des PPRT une fois approuvés. Parmi celles-ci une simplification administrative des procédures d'expropriation, avec la possibilité pour l'Etat de décharger les collectivités d'une partie des formalités.

Densifier les plateformes industrielles

Plus originale, la troisième mesure du plan vise au développement économique des grandes plateformes industrielles soumises à PPRT. Il s'agit de changer la doctrine actuelle afin de permettre l'implantation d'activités industrielles nouvelles sur ces plateformes, qui sont au nombre d'une quinzaine en France, alors que les PPRT gelaient jusqu'à présent toute nouvelle activité dans ces "zones grises".

Delphine Batho a défini les grandes règles de la nouvelle doctrine, qui seront listées dans une instruction aux préfets : possibilité de maintenir ou d'accepter de nouvelles activités à risques dans ces zones, mise en place de dispositifs de protection des salariés exposés, organisation d'une gouvernance collective de la plateforme en matière de sécurité entre tous les industriels de la plateforme.

"Il ne s'agit pas d'en rabattre sur les exigences en matière de risques ou d'augmenter l'exposition des populations", prévient Delphine Batho, mais de "faire d'une contrainte un facteur d'attractivité". Les activités n'ayant pas de culture de gestion du risque ne pourront pas s'implanter. "De plus, cette implantation ne doit pas créer d'exposition supplémentaire", précise Patricia Blanc, directrice générale de la prévention des risques au ministère de l'Ecologie.

Et de prendre l'exemple de la plateforme de Port-Jérôme en Haute –Normandie qui regroupe sept sites Seveso seuil haut et où plusieurs centaines d'hectares pourront être libérés pour accueillir des activités nouvelles. Des discussions seraient d'ores et déjà en cours pour l'implantation d'une activité de cogénération, le développement d'une activité portuaire et l'extension d'entreprises riveraines…

Réactions4 réactions à cet article

 

Densifier les zones industrielles soumises à PPRT (=en résumé Zone pour industries a risques importants, pour simplifier) permettra d'éviter la création de nouvelles zones mais surtout évitera de contrarier toutes ces personnes a qui on apprendrait la création, dans une zone "tranquille" d'une activité à risques importants. Avec un tel soutien cette mesure est promise à un bel avenir.

ami9327 | 11 avril 2013 à 19h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voilà une mesure intelligente ! mieux vaut effectivement densifier une plate-forme industrielle déjà existante avec de nouvelles activités que d'exporter celles-ci vers des zones "vierges" ... source de refus et autres symptômes NIMBY. Mais encore faut-il que les outils méthodologiques d'évaluation des risques et les avis des services déconcentrés suivent cette logique de bon sens ... car à trop vouloir évaluer des effets "cumulés" avec tout et n'importe quoi on arrive à la conclusion qu'il ne faut surtout plus rien faire dans ce pays ...

grincheux26 | 12 avril 2013 à 09h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Densifier les zones soumises aux risques les plus gaves pourquoi pas, accélérer la réalisation des PPRT bien sûr, mais pourquoi vouloir créer une force d'action rapide lorsque les sapeurs-pompiers ont déjà les moyens et les compétences ?

idefix | 15 avril 2013 à 23h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

densifier les zones industrielles ! dans le nord Isère, les élus nous ont déjà fait le coup ! au prétexte que nous subissons déjà une pollution atmosphérique industrielle importante avec une cimenterie autorisée à incinérer 240 000 tonnes/an de déchets industriels dangereux, ces élus, aidés en cela par l'ex préfet de l'Isère ont oeuvré pour nous imposer un site CHIMIREC, tri, stockage transit et pré-traitement de 30 000 tonnes/an de déchets industriels dangereux, doublement prévu dans 5 ans !, CHIMIREC installation classée à 220m des premières habitations du village, mais également à 440m de VICAT, ceci explique cela !
Nous présenter CHIMIREC comme une entreprise d'utilité publique relève d'une grave inconscience . Les élus et collectivités locales plaident l'innocuité, pas nous !
Et pour cette opération qui doit nous apporter 30 emplois, la petite zone artisanale de Bouvesse Quirieu a été requalifiée en zone économique et industrielle fin 2011, générant une dépense injustifiée pour les contribuables puisque ceux là même avaient déjà participé au financement de la ZONE INDUSTRIELLE CLASSEE d'ARANDON, spécifiquement crée pour des entreprises comme CHIMIREC à 8/9 kms, plus de 65 hectares , pratiquement vide ( si peu d'entreprises et si peu d'emplois ! ).
L'augmentation de myélomes, lymphomes et leucémies est inquiétante dans notre région. Hélas, la population n'est pas assez nombreuse pour bénéficier d'une enquête sanitaire suivant le responsable d' l'INVS de LYON !

suzanne | 16 avril 2013 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…