En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : les forêts françaises suffoquent

En plus des sécheresses récurrentes chaque été en France, les canicules se répètent ces dernières années : 2003, 2006, 2015 et 2016. Une tendance qui menace nombre de forêts métropolitaines. Profitez de l'été pour revoir notre reportage sur les recherches en sylviculture.

Reportage vidéo  |  Biodiversité  |    |  Baptiste ClarkeActu-Environnement.com
Climat : les forêts françaises suffoquent

Canicule, sécheresse… il va falloir faire avec. Les vagues de chaleur extrême comme celles de 2003 pourraient devenir la norme en Europe selon l'analyse de la coalition scientifique internationale, World weather attribution (WWA). La France a déjà eu chaud cet été, provoquant sécheresse et incendies de forêts. L'impact de ces épisodes météorologiques sur les forêts françaises est inquiétant.

Dans certaines régions, les arbres se dessèchent littéralement et meurent. Parfois, quelques années plus tard, certains individus ayant résisté à ces épisodes de stress hydrique vont finalement mourir d'un simple parasite, comme la chenille processionnaire, trop faible finalement pour encaisser une seconde "épreuve".

Dans le département de l'Aude, sur le plateau de Sault, la canicule de 2003 survenue en période de sécheresse fut désastreuse. C'est surtout le sapin pectiné qui a souffert. Or, sur ce site, il représentait 38% des essences. Il s'agit d'une catastrophe écologique et économique. En plus de cette mortalité sans précédent, les professionnels préfèrent couper les arbres restant par anticipation. En conséquence, c'est toute la filière bois qui est impactée. L'offre devient supérieure à la demande et les cours s'effondrent.

A ce jour, l'adaptation au réchauffement climatique pour la filière bois consiste à modifier les pratiques sylvicoles : mélange des essences, sylviculture à faible densité et essences de qualité plus résistantes à la sécheresse. Depuis des siècles, la forêt métropolitaine est en perpétuelle évolution pour des raisons essentiellement économiques et une fois encore, elle risque bien de changer de visage.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…