En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Face à la crise ukrainienne, l'UE veut renforcer sa sécurité énergétique

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Les tensions entre l'Union européenne et la Russie, liées à la crise ukrainienne, ont rappelé, s'il le fallait, la forte dépendance énergétique de l'UE (supérieure à 50% des besoins). Le 28 mai, la Commission européenne a donc présenté une nouvelle stratégie pour la sécurité énergétique, "principalement axée sur la diversification des sources d'approvisionnement extérieures en énergie, la modernisation de l'infrastructure énergétique, l'achèvement du marché intérieur de l'énergie de l'UE et les économies d'énergie". Elle souligne l'importance d'une meilleure coordination des politiques nationales, puisque la compétence énergie dépend des Etats membres. "Sur les questions de sécurité énergétique, l'Europe doit parler d'une seule voix et se montrer unie dans l'action", a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso. Cette stratégie sera étudiée par les dirigeants européens lors du prochain Conseil européen, les 26 et 27 juin.

Diversifier les approvisionnements et accroître la production locale

"Nous souhaitons des partenariats forts et stables avec les grands fournisseurs, mais nous devons aussi nous préserver du chantage politique et commercial", a souligné le commissaire à l'Energie Günther Oettinger. Pour cela, l'UE doit "accélérer la diversification des fournisseurs d'énergie extérieurs, notamment pour le gaz". La Russie fournit 39% du gaz consommé en UE, la Norvège 33% et l'Afrique du Nord 22% (Algérie et Lybie). L'UE pourrait rechercher "de nouvelles routes d'approvisionnement, par exemple dans le bassin de la mer Caspienne, par la prolongation du corridor gazier sud-européen, le développement du hub gazier méditerranéen et l'accroissement des sources d'approvisionnement en GNL".

Alors que la production intérieure d'énergie de l'UE a diminué d'environ un cinquième entre 1995 et 2012, l'UE devra également renforcer son autonomie énergétique, grâce aux énergies renouvelables mais aussi aux combustibles fossiles. L'efficacité énergétique devra être renforcée: "Le secteur des bâtiments joue un rôle crucial, car ces derniers représentent 40% de la consommation d'énergie dans l'UE et un tiers de celle de gaz naturel".

Des mesures à court et long terme

A court terme, l'UE devra procéder, avant l'hiver prochain, à des évaluations globales des risques et simuler une rupture de l'approvisionnement en gaz. L'objectif : anticiper et prévoir des mécanismes de secours : "Ceux-ci pourraient inclure l'accroissement des stocks de gaz, la réduction de la demande moyennant l'utilisation de combustibles de substitution (notamment pour le chauffage), la mise en place d'infrastructures de secours, par exemple la satisfaction des besoins en matière de flux rebours, et la mise en commun d'une partie des stocks de sécurité existants".

A moyen et long terme, la Commission propose d'achever le marché intérieur de l'énergie. "La Commission a recensé 33 projets d'infrastructures critiques pour la sécurité énergétique de l'UE. En outre, elle propose de porter l'objectif en matière d'interconnexion de la capacité de production d'électricité installée à 15% d'ici à 2030, tout en tenant compte des aspects de coût et des possibilités d'échanges commerciaux dans les régions en question (les États membres se sont déjà engagés à assurer un taux d'interconnexion de 10 % d'ici à 2020)".

Réactions1 réaction à cet article

 

Quand on a mis en place les projets de recherche sur l'électricité d'origine nucléaire, c'était pour s'affranchir des sauts d'humeur des PPP, on disait que la France allait devenir autonome pour la production d'énergie. Le résultat aujourd'hui, je cite :

la Commission européenne a donc présenté une nouvelle stratégie pour la sécurité énergétique, "principalement axée sur la diversification des sources d'approvisionnement extérieures en énergie.

On devient de plus en plus dépendant.

Qui a décidé ça ? Ah oui : La commission européenne, cette institution où le peuple n'est pas représenté, mais qui prend pourtant les décisions en son nom même si cela va à l'encontre des autres institutions où le peuple est cette fois-ci présent mais qui sont des institutions où le pouvoir est particulièrement castré (voir majorité qualifiée).

L'europe vous n'en vouliez pas, on va quand même la faire ! Vous vouliez que le peuple décide, et bien ça ne sera pas le cas !
Les enfants ne remettent jamais en cause papa et maman, tant qu'on vous chatonnera "démocratie" et "liberté d'expression" vous pouvez dormir tranquille... chuuuutt.... les enfants dorment, ne criez pas de vérité, vous pourriez les éveiller.

Zugzwang | 02 juin 2014 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager