En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gare au déluge : l'eau de pluie est une ressource précieuse, mais aussi… dangereuse !

Avec l'imperméabilisation des villes, environ 85% des eaux de pluie doivent être canalisées pour prévenir inondations et pollutions. La gestion intelligente s'avère un moyen efficace pour anticiper et prévenir ces risques. Pionnière dans ce domaine, la ville de Bordeaux en est l'exemple. Reportage.

Reportage vidéo  |  Eau  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Gare au déluge : l'eau de pluie est une ressource précieuse, mais aussi… dangereuse !

L'urbanisation galopante et l'augmentation des surfaces imperméables sont les principaux freins à l'infiltration naturelle des eaux de pluie. Les risques d'inondation et de déversement d'eaux polluées (métaux lourds, carburant…) en milieu naturel sont des défis sévères auxquels doivent faire face les collectivités.

La ville de Bordeaux (33), avec sa topographie propice à la retenue de l'eau, a de nombreuses fois vécu des épisodes violents d'inondations, dans les années 80 notamment. Depuis, la ville a fait de la lutte contre ce phénomène son cheval de bataille. Un milliard d'euros investis en 30 ans dans son sytème de gestion intelligente des eaux de pluie baptisé Influx Ramsès, développé par la Lyonnaise des eaux, qui lui a permis d'éviter de nouvelles crues même lors d'épisodes orageux violents. Tout repose sur l'anticipation grâce à un dispositif technologique qui retransmet en temps réel le fonctionnement de l'ensemble du système d'assainissement à partir de données météorologiques, métrologiques, hydrauliques et hydrologiques. Ainsi, Ramsès est capable d'anticiper de 24h, l'heure, le lieu et les volumes de l'inondation par temps sec et de 6h par temps de pluie.
Autre élément que permet ce système : la gestion dynamique. Elle assure le stockage des eaux de ruissellement en utilisant toutes les capacités des infrastructures d'assainissement existantes. Résultat : les arrivées d'eau sont redirigées vers les infrastructures disponibles (bassins d'étalement, stations de pompage…), qui sont ainsi optimisées, jusqu'à ce que le réseau retrouve un débit naturel.

Cette gestion intelligente est en effet un grand d'outil d'anticipation et de prévention mais il doit être couplé avec des techniques alternatives qui permettent à l'eau de retrouver son phénomène naturel d'infiltration : chaussées drainantes, toitures végétalisées, noues enherbées etc. Ces dispositifs permettent une limitation du ruissellement et une régulation des eaux de pluie en amont et dans la durée afin d'éviter de surcharger le réseau d'assainissement. D'autant que la réglementation oblige les collectivités à diminuer la quantité des eaux de pluie arrivant vers les stations d'épuration.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…