Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Site de stockage Stocamine : un nouvel arrêté permet le redémarrage des travaux

Déchets  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Site de stockage Stocamine :  un nouvel arrêté permet le redémarrage des travaux

À la demande de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, le préfet du Haut-Rhin a signé, le 28 janvier, un nouvel arrêté qui autorise la reprise de certains travaux sur le site Stocamine de stockage souterrain de déchets dangereux, à Wittelsheim (Haut-Rhin).

Cet arrêté préfectoral met en demeure l'exploitant du site, la société MDPA, de remettre, sous quatre mois, un nouveau dossier d'autorisation « répondant aux exigences du Code de l'environnement », a précisé le ministère dans un communiqué. Ce dossier fera l'objet d'une consultation des collectivités et de l'Autorité environnementale, et d'une enquête publique.

Ainsi, l'objectif du ministère est de « reconstituer un cadre légal », pour les opérations de confinement des déchets, qui avaient été suspendus, en octobre 2021, par la cour administrative d'appel de Nancy. Pour rappel, cette dernière avait annulé l'arrêté du préfet du Haut-Rhin en date du 23 mars 2017 qui autorisait ce stockage. Puis nouveau revers pour l'État : fin décembre dernier, le Conseil constitutionnel avait censuré la disposition du projet de loi de finances pour 2022 qui autorisait le stockage illimité des déchets sur le site de Stocamine et apportait la garantie financière de l'État (art. 165, IV).

Pour réaliser un confinement « efficace » des déchets, le ministère de la Transition écologique veut désormais « mettre en œuvre, sans tarder » les travaux de maintenance et de sécurisation minières. « Ces premiers travaux ne doivent donc pas entraîner d'irréversibilité du stockage. Le remblayage des blocs vides, la préparation de l'ensemble des barrières de confinement, l'achèvement de six barrières sur douze et la création de la zone de drainage constituent des travaux qui peuvent utilement être anticipés », précise le ministère.

Et, « quelle que soit la décision administrative à venir » concernant les 40 370 tonnes de déchets (hors bloc 15), les 1 629 tonnes de déchets présents dans le bloc 15 (détérioré par un incendie en 2002) « doivent être confinées. C'est pourquoi le remblayage du bloc 15 doit être réalisé sans plus attendre et a été inclus dans les mesures conservatoires prévues par l'arrêté préfectoral », ajoute le ministère.

Ce nouvel arrêté précise aussi que les travaux, les opérations ou les activités, qui « empêcheraient l'accès aux déchets stockés, ne peuvent être réalisés avant l'issue de la procédure de régularisation administrative ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Pour rappel, on se situe à 535m sous le sol et en 2019, les galeries perdaient 1m de largeur par an (source : PQR L'Alsace - interlocuteurs experts et mineurs de la commission de sécurité).



Je ne suis pas pro-Figaro, et il y a 2 jours, la PQR locale relatait cette "sortie" de crise sans mentionner une quelconque notion de compromis.... le compromis serait-il d'ordre politique pour donner l'illusion que chacun a rempli son rôle?

Dernière question que je me pose : les déchets dangereux éventuels extraits (par les élus?), on les enfouis où, ensuite? ;o)

nimb | 03 février 2022 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Portail web de construction de plans de sensibilisation au tri des déchets Infinitri