En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Stratégie Transports 2050 : l'IRU demande de doubler les bus, autocars et taxis dans l'UE

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

La Commission européenne a adopté le 28 mars dernier une stratégie globale sur les transports à l'horizon 2050, visant à relever le double défi d'augmenter la mobilité tout en réduisant les émissions et la dépendance énergétique du secteur. L'UE estime en effet nécessaire de diminuer de 20% les émissions de gaz à effet de serre liées au transport d'ici 2030 (par rapport à 2008) et de 60% d'ici 2050 (par rapport à 1990). Pour ce faire, Bruxelles propose dans un Livre blanc d'éliminer les voitures à moteurs classiques des villes et de diminuer le transport routier sur les long trajets. D'ici 2030, la moitié des véhicules à carburant traditionnel devront notamment disparaître des villes, la totalité d'ici 2050. Idem pour le transport de marchandises, selon la Commission. La moitié du transport routier de passagers et de fret de plus de 300km devra en outre s'effectuer par les voies ferrées et navigables d'ici 2050, avec un objectif intermédiaire de 30% en 2030 pour le fret.

Absence de plan de soutien ''concret"

Alors que le Parlement européen doit à son tour se pencher sur le texte le 8 septembre, l'Union internationale du transport routier (IRU) a demandé ce mardi 30 août aux eurodéputés de ''doubler les transports collectifs en bus, autocar et taxi'' dans les 10 à 15 prochaines années pour atteindre ''les objectifs ambitieux'' en matière de mobilité durable. L'IRU regrette l'absence dans le texte de ''plan de soutien concret visant à optimiser le rôle des autobus, autocars et taxis dans la chaîne européenne de la mobilité et du voyage, alors que c'est le cas pour les chemins de fer. Les incitations et mesures de soutien au secteur bus/car/taxis, telles que l'harmonisation de la TVA, la création d'un cadre européen pour les restrictions de circulation intra-urbaine, les achats publics écologiques, etc., se retrouvent donc isolées et considérablement affaiblies par l'absence de vision et de priorisation politique'', estiment les transporteurs routiers.

Pour doubler ces transports collectifs, l'IRU recommande à la Commission européenne de développer, dans le cadre d'un partenariat public-privé, une stratégie et un plan d'action "explicitant les moyens de promouvoir efficacement les transports collectifs de personnes en bus, autocar et taxi, via une législation favorable aux entreprises et le soutien des bonnes pratiques et initiatives éprouvées que propose l'industrie". La fédération plaide notamment en faveur du développement du bus à haut niveau de service (type busways). Selon l'IRU, les autobus, autocars et taxis représentent le deuxième fournisseur de mobilité et de voyage dans l'UE et ses États membres, après la voiture particulière. Le doublement de l'utilisation des services d'autobus et d'autocar, devrait mener, selon elle, à une réduction des émissions de CO2 "d'au moins 50 millions de tonnes par an, et des autres polluants émis dans l'atmosphère" mais aussi une baisse de 10 à 15% du trafic de voitures et la création de 4 millions de nouveaux emplois « verts » .

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager