Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Moins de surpêche, mais plus de réchauffement climatique : les poissons restent menacés

Biodiversité  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com

La protection des poissons doit décidément faire face à des courants contraires. Si la surpêche recule globalement, constate l'Ifremer, dans son rapport publié mardi 24 mai, l'objectif européen de pratiques 100 % durables en 2020 n'a toujours pas été atteint. La situation demeure, en outre, très contrastée selon les régions. Ainsi, « seules » 28 % des populations restent surexploitées en Atlantique Nord-Est. En constante augmentation depuis 2007, la biomasse des poissons les mieux suivis scientifiquement s'est accrue de 33 %, en valeur, en 2020, par rapport au début des années 2000.

   
Évolution des populations de poissons en Europe ces dernières années. © Ifremer
 
   
Pour les autres populations, elle pourrait être de + 50 % en moyenne. En dépit de légers signes d'amélioration ces dernières années, la situation reste, en revanche, préoccupante en Méditerranée « européenne ». La pression de pêche y demeure très élevée : près du double de la valeur cible préconisée pour une gestion durable. Au total, 29 des 34 populations de poissons évaluées restent surexploitées, soit 86 %, tandis que de nombreuses espèces sont toujours insuffisamment suivies.

Répartition modifiée, alimentation diminuée, croissance freinée… Les poissons souffrent, par ailleurs, d'un excès de CO2 dans l'eau de mer et de l'acidification des milieux, résultante du changement climatique. Ce phénomène provoque la diminution de la concentration des eaux en carbonate de calcium, élément nécessaire au plancton, aux coraux et aux mollusques, mais aussi aux autres organismes marins « calcifiants » qui en ont besoin pour construire leur coquille ou leur squelette. L'augmentation de la température de l'eau limite aussi le brassage entre les couches supérieures et les couches plus profondes de l'océan, ce qui réduit l'oxygène et la quantité de plancton disponible, premier maillon de la chaîne alimentaire.

À partir des modèles climatiques établis par le Giec, les scientifiques ont calculé que la baisse de biomasse d'animaux marins pourrait atteindre 20 % en moyenne d'ici à la fin du siècle. Ce bilan a été dressé dans le cadre de la présidence française du Conseil de l'Union européenne, en partenariat avec le pôle halieutique, mer et littoral de l'Institut Agro, l'Institut flamand de recherche pour l'agriculture, la pêche et l'alimentation (ILVO) et l'organisme de recherche irlandais Marine Institute.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France