En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gaz de schiste : l'exploration peut reprendre en Seine-et-Marne

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

L'AFP rapporte que le tribunal administratif de Melun (Seine-et-Marne) a rejeté mardi 17 mai 2011 le recours en référé du conseil général du département et de la Région Ile-de-France contre la reprise des explorations de gaz de schiste sur la commune de Doue en Seine-et-Marne.

Pas de fracturation hydraulique à ce stade

Selon l'ordonnance, dont l'agence de presse a obtenu une copie, "il n'apparaît pas, en l'état du dossier, [...] que l'urgence justifie la suspension de l'exécution de l'arrêté de 12 octobre 2010, par lequel le préfet de Seine-et-Marne a donné acte à la société Toreador de sa déclaration de travaux miniers portant sur la réalisation à Doue d'un forage de recherche."

Le tribunal justife sa décision par le fait qu'à ce stade "[les] opérations [de prospection] ne seront pas menées en recourant à la technique de fracturation hydraulique."

L'avocat de Toreador, maître Frédéric Scanvic, se félicitant de la décision, a annoncé à l'AFP que l'entreprise va "pouvoir procéder aux opérations de carottage à 2.500 mètres sous terre avec des prélèvements" qui seront étudiés "afin de savoir si il y a un intérêt à exploiter."

"Ce n'est que la bataille de l'urgence que l'on vient de perdre, le dossier n'est pas pour autant clos" estime pour sa part Vincent Eblé, président PS du conseil général de Seine-et-Marne, précisant que les plaignants entendent "[poursuivre] le combat devant les tribunaux sur le fond."

Début avril, le département, la région et l' Association de défense du paysage et de l'environnement à Doue plus les communes environnantes (Adepad+) avaient déposé un référé suspension relatif à l'arrêté préfectoral du 12 octobre 2010 autorisant la société Toreador à réaliser un forage de recherche (dit Butheil BTL) sur le territoire de la Commune de Doue.

Réactions2 réactions à cet article

 

"Comme toujours en FRANCE, on interdit "SAUF AYANT DROIT"......A la lecture de cet article, une question me vient à l'esprit. Pourquoi poursuivre des forages de recherche par méthode de carottage à 2500m de profondeur, ce qui coûte une fortune (je travaille dans le domaine de la géologie et je connais les tarifs pour ce type de forage...), si par la suite, il est impossible d'exploiter le site par la méthode de fracturation qui , selon les déclarations de nos chers dirigeants devrait être définitivement interdite prochainement ? .....Cherchez l'erreur.......Je constate qu'une fois de plus , la seule politique que l'on pratique dans notre société de consommation est celle du profit. Et tant pis pour les graves conséquences environnementales et sanitaires....Rendez vous donc au 11 Juin 2011, date de dépose du dossier complet concernant l'exploitation des gaz de Schiste par fracturation hydraulique et où justement notre gouvernement doit prendre une décision définitive à ce sujet....

d2geo | 23 mai 2011 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Impensable.Pourquoi le tribunal autorise-t-il de multiples carottages à 2500m? Croit-il que ces perforations n'auront aucune conséquence sur l'environnement souterrain. Le futur proche le fera hélas cruellement apparaître. La croûte terrestre est devenue une véritable passoire. Le tribunal aurait dû assortir son autorisation d'une caution très élevée pour prévenir le coût de la réparation des futures conséquences de ces carottages qui surviendront immanquablement.

spitou | 23 mai 2011 à 17h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager