En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Total s'engage dans un projet international de stockage de CO2 en mer du Nord

Energie  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°374 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°374
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Statoil, Shell et Total ont signé le 2 octobre 2017 un accord de partenariat pour développer un projet de stockage du CO2 dans le plateau continental norvégien, en mer du Nord, à partir de sites industriels situés à l'Est de la Norvège.

Le CO2 sera transporté à partir des points de captage par navire jusqu'à un terminal de réception sur la côte ouest de la Norvège dont le choix définitif sera arrêté avant la fin de l'année. Il sera ensuite déchargé et transféré dans des stockages intermédiaires, avant d'être acheminé par pipeline jusqu'aux puits d'injection sous-marins situés à l'Est du gisement Troll en mer du Nord norvégienne.

Le projet, soutenu par Gassnova et par d'autres acteurs étatiques, s'inscrit dans le cadre des initiatives prises par les autorités norvégiennes pour développer à l'échelle industrielle le captage-stockage de CO2 (CCS) en Norvège.

Premier site mondial

La première phase vise une capacité de stockage d'environ 1,5 million de tonnes de CO2 par an. Le projet se revendique comme le premier site au monde à recevoir du gaz carbonique de sources industrielles multiples et potentiellement internationales.

''Statoil est convaincu que sans capter et stocker le CO2, on ne peut espérer atteindre l'objectif pour le climat défini par l'Accord de Paris'', déclare Irene Rummelhoff, vice-présidente exécutive de Statoil chargée des nouvelles solutions énergétiques.

Quant à la multinationale française, elle revendique ''l'ambition de devenir un leader mondial des technologies de capture, utilisation et stockage du carbone'', selon les termes de Philippe Sauquet, directeur général de la stratégie et innovation de Total.

Fonctionnement du projet de stockage © Courtesy Statoil
 

Réactions3 réactions à cet article

 

...ce qu'en termes exacts on appelle du greenwashing : le problème CO2 se pose en dizaines de milliards de tonnes par an. La "solution" avancée ici est dans la gamme des millions de tonnes. C'est tout simplement ridicule !

dmg | 05 octobre 2017 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non dmg, c'est un début !
"Le projet se revendique comme le premier site au monde à recevoir du gaz carbonique de sources industrielles multiples et potentiellement internationales."

Il faut un début à tout, et ici, Statoil et ses 2 collègues pétroliers ont le mérite de mettre en oeuvre une chaine de concrétisation, entre la capture et le stockage du CO2.
Ce n'est pas la seul piste, mais c'en est une !
Bravo à eux de se lancer ! En tant qu'exploitants de réservoirs HC dt gaz, ils savent gérer: extraction ou injection même combat !
A suivre
Salutations
Guydegif(91)

Guy | 05 octobre 2017 à 17h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

cher Guy... infiniment naïf ou lobbyiste ???
Revenez à mon post : cette solution n'en est pas une, elle ne sert donc que d'écran de fumée !

dmg | 05 octobre 2017 à 18h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…