Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Retard de paiement des aides à la bio : l'État condamné pour faute

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Par un jugement rendu le 1er juin 2021, le tribunal administratif de Dijon a condamné l'État à indemniser un agriculteur de l'Yonne qui avait subi des retards de paiement des aides à l'agriculture biologique entre 2015 et 2019. Le tribunal a jugé que l'État « avait commis une faute en ne procédant pas au versement de ces aides dans un « délai raisonnable ». C'est la première fois que la responsabilité de l'État est engagée pour ce motif », précise Jean-Baptiste Chevalier, avocat de l'agriculteur bio plaignant. L'État a été condamné à verser près de 20 000 euros de dommages et intérêts à l'agriculteur. « Ce dernier avait été contraint de cesser son activité à cause des retards de paiement », souligne la Fédération nationale d'agriculture biologique (Fnab) qui a soutenu cette action en justice.

« Jusqu'en 2020, les aides à l'agriculture biologique ont enregistré des retards de paiement significatifs, allant parfois jusqu'à trois ans. Ce sujet était bien connu dans les campagnes et au ministère (de l'Agriculture), on a plusieurs fois demandé l'accélération du calendrier et des indemnisations pour les agriculteurs victimes, sans succès. En 2019, on décide donc de porter plusieurs dossiers devant la justice », explique Philippe Camburet, président de la Fnab. La fédération dénonce également les arbitrages du ministère qui engendreraient une perte de 66 % d'aides environnementales aux agriculteurs bio dans la prochaine politique agricole commune (PAC).

Le jugement du tribunal de Dijon « pourrait inciter l'État à revoir en profondeur le dispositif français d'instruction et de paiement des aides agricoles, en vue de la prochaine PAC 2023-2027, pour éviter que de telles défaillances ne puissent se reproduire », estime l'avocat Jean-Baptiste Chevalier.

Réactions1 réaction à cet article

 

La justice apporte ici la preuve flagrante que le ministère de l'agriculture, malgré les discours de façade, cherche à freiner l'agriculture AB par son pilotage du paiement des aides agricoles. Nul besoin de chercher bien loin pour savoir à qui profite le crime...
Assez de ces deux poids deux mesures qui flouent agriculteurs bio et consommateurs ! Et assez que le contribuable fasse encore et toujours les frais des turpitudes des "responsables" de ce ministère jamais responsables pénalement. Il ne doit pas être bien compliqué de mettre en évidence la chaîne des hauts fonctionnaires qui ont appuyé sur le frein afin de les sanctionner, seul moyen réel "d'inciter l'État à revoir en profondeur le dispositif français d'instruction et de paiement des aides agricoles".

Pégase | 25 juin 2021 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager