En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ca y est, Vélib 1 libère la voie à son successeur

C'est parti pour 6 mois de travaux dans la capitale française pour que Vélib 1 laisse la place à la deuxième génération de vélos en libre service. Mais que va devenir tout le matériel JCDecaux ? Reportage.

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Ca y est, Vélib 1 libère la voie à son successeur

Dix ans auront passé avant que Vélib 1 ne soit remplacé par une nouvelle génération de vélos en libre service à Paris. Le consortium Smoovengo a en effet remporté le marché public détenu jusqu'à présent par JCDecaux qui doit à présent débarrasser la voirie de ses 20.000 bicyclettes, 40.000 bornettes et 1.700 stations réparties dans Paris et ses 30 communes limitrophes. De quoi se questionner sur le devenir de tout ce matériel et de la légitimité de tels travaux. A en croire le syndicat Autolib' Vélib' Métropole qui rassemble toutes les villes adhérentes à ce dispositif de mobilité, il était nécessaire de changer toute l'infrastructure car 30% de la nouvelle flotte de vélos arrivant sera électrique. L'opérateur déchu JCDecaux a, quant à lui, tenté de rassurer. Tout sera recyclé ou alors remis à neuf afin d'équiper d'autres villes dans le monde qui en feraient la demande.

A la question du coût, JCDecaux n'a pas donné de montant mais a précisé qu'il était inclus dans le marché public signé avec la mairie de Paris. Idem pour l'empreinte environnementale du renouvellement, ni le syndicat métropolitain ni JCDecaux n'ont été en mesure de fournir une réponse.

Nouveau vélo électrique

Les Parisiens ont de leur côté pu tester leur nouveau compagnon lors d'une semaine de lancement organisée en octobre. Et visiblement, le vélo électrique a la cote. Muni d'une batterie d'une autonomie de 50 km, il pourra rouler jusqu'à 25 km/heure. Connectés, mieux sécurisés que leurs prédécesseurs, les Vélib 2 seront étendus à 68 communes autour de Paris et leur déploiement s'achèvera définitivement au 1er avril 2018. L'abonnement sera plus cher que le précédent en raison des nombreuses fonctionnalités que présentent ces vélos en libre-service mais aussi parce qu'il donne accès à l'électrique, justifie le syndicat. Reste à savoir si ce nouveau vélo métropolitain ne sera pas concurrencé par une toute autre forme de véhicules. Des vélos en free-floating - qu'on peut déverrouiller, emprunter et laisser n'importe où dans la ville grâce à son smartPhone - ont en effet débarqué depuis peu dans la capitale. La course à l'innovation est lancée...

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…