En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les collectivités locales commencent à prendre le vélo au sérieux

Les collectivités consolident leur politique vélo et mobilisent des moyens en faveur de ce mode de déplacement doux. C'est ce qui ressort de la dernière enquête de l'Observatoire des mobilités actives.

Transport  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

La place accordée au vélo par les collectivités est de plus en plus importante. Telles sont les conclusions de l'enquête 2015-2016 menée par le Club des villes et territoires cyclables dans le cadre de l'Observatoire des mobilités actives.

 
80% des collectivités interrogées disposent d'un chargé de mission vélo  
Club des villes et territoires cyclables
 
De nombreuses marges de progression existent toutefois, comme le montrent les propositions du Club aux candidats à la Présidentielle publiées simultanément. D'autant que l'enquête présentée par l'association a été menée auprès de ses collectivités adhérentes, au nombre de 165, et que seulement 36% d'entre elles ont accepté de répondre. Par conséquent, ce sont des communes ou intercommunalités déjà fortement engagées dans une politique de mobilité douce qui se sont exprimées.

Budget annuel moyen de 7,70 €/hab/an

"Cette première moitié du mandat municipal met en évidence une augmentation significative de la part de la voirie aménagée, la hausse du budget vélo moyen par an et par habitant [ainsi qu'une] dynamique d'offre de stationnement notamment près des gares", constatent les auteurs de l'enquête.

Cette place grandissante de la petite reine dans les politiques transport des collectivités se traduit d'abord par une hausse du budget qui lui est alloué. Le budget annuel moyen s'élève à 7,70 euros par an et par habitant (€/hab/an) pour les 29 collectivités ayant répondu sur ce point. Avec de fortes disparités selon la taille des collectivités, le maximum étant de 17 €/hab/an pour le Grand Lyon.

Quatre-vingt pour cent des collectivités disposent d'un chargé de mission vélo, mais cette présence marque le pas dans les collectivités de moins de 100.000 habitants, constate l'Observatoire. Une grande majorité d'entre elles dispose d'outils de planification en faveur des cyclistes : dispositions vélo dans le plan local d'urbanisme (91%), schémas directeurs d'aménagement cyclables (82%), charte des aménagements cyclables (46%). Cinquante-neuf pour cent subventionnent les associations cyclistes locales, le montant de subvention se révélant directement corrélé à la taille de l'agglomération.

Près de 50% des collectivités étudiées disposent de moyens d'évaluation de leur politique cyclable : observatoires locaux (18%), à l'exemple du Grand Dijon, comité de suivi (16%), audits externes ou réunions de concertation (14%). D'autre part, 53% des collectivités ont une instance de concertation et d'information des usagers, un chiffre en régression par rapport à 2013 dans les grandes collectivités.

"Une autre façon de penser l'aménagement urbain"

Les voiries aménagées pour les cyclistes représentent désormais 26% des voiries disponibles et sont en progression sensible par rapport à la précédente enquête datant de 2013, quelle que soit la taille des collectivités. La structure des linéaires cyclables elle-même évolue : les aménagements sont désormais majoritairement réalisés dans les zones 30 plutôt que sur des voiries à 50, 70 ou 90 km/h.

Même si les auteurs de l'enquête se défendent d'établir un palmarès entre collectivités, ils soulignent la performance de l'agglomération de Grenoble qui passe de 25 à 59% de voiries aménagées suite à la généralisation du 30 km/h à l'échelle métropolitaine. Ils soulignent également "les évolutions remarquables de Bordeaux, Brest, Dijon, La Rochelle et Nancy".

Part des voiries aménagées cyclables sur la voirie disponible dans les agglomérations © Club des villes et territoires cyclables
 

L'étude met en évidence "la diffusion dans les territoires d'une autre façon de penser l'aménagement urbain". Pour cela, les collectivités mettent en place toute une palette d'outils : zones de circulation apaisée (6.113 zones 30), réduction du nombre de files de circulation (69% des collectivités interrogées), suppression de feux aux carrefours (30% des collectivités), double-sens cyclables (30% des collectivités), sas cyclistes (94% des collectivités), cédez-le-passage cycliste (53 passages piétons équipés)…

Concernant l'offre de stationnement, le nombre de places a augmenté de 19% entre 2013 et 2016. Les arceaux restent l'offre la plus déployée, mais l'enquête constate l'augmentation de la part des garages à vélos en gare et des locaux sécurisés dans les parkings auto.

Des aides à l'achat de vélos électriques dans 23% des collectivités

Quant aux offres de services vélo, 52% des collectivités interrogées ont réalisé un plan de déplacement administration (PDA). "On observe peu de progression entre les deux enquêtes et cette démarche reste marginale dans les collectivités de moins de 50.000 habitants", déplore toutefois le Club des villes cyclables. En revanche, 77% des collectivités mettent à disposition des vélos pour leurs agents, dans une proportion moyenne de 5,1 vélos pour 100 agents. Ce qui laisse quand même "une forte marge de progression", soulignent les auteurs de l'étude.

Concernant l'offre de vélos en location, 41% des collectivités interrogées proposent des vélostations, service proposant le gardiennage et d'autres services connexes en plus de la location. Quarante-six pour cent proposent un service de vélos en libre service. Pour ces derniers, le nombre de locations par habitant et par an se chiffre à 6,5, avec une grande disparité selon la taille des collectivités : de 0,65 location dans les communes de moins de 250.000 habitants à 10,9 dans celles de plus de 1 million d'habitants.

Les aides aux particuliers pour l'achat d'un vélo à assistance électrique (VAE) concernent 23% des collectivités interrogées (contre 19% en 2013), avec un montant de subvention compris entre 20 et 40%. Cinq pour cent des collectivités apportent par ailleurs une aide à l'achat de vélos pliants, alors que plus aucune aide pour l'achat de vélos classiques n'est recensée.

Des "services vélo" sur lesquels le Club insiste afin d'accélérer les dynamiques durant la seconde moitié du mandat municipal. "La location longue durée de vélos (…), l'aide à l'achat de VAE, le stationnement sécurisé intermodal, les vélo-écoles et les services vélo en entreprise sont de puissants leviers pour accélérer les dynamiques de transfert de la voiture solo vers des solutions 100% vélo ou avec une composante vélo", insiste-t-il en s'appuyant sur l'étude réalisée en 2016 par l'Ademe.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…