En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Feu vert pour l´implantation de 70 centrales éoliennes à Fruges dans le Pas-de-Calais

La Cour administrative d'appel de Douai a autorisé l'implantation d'un parc de 70 éoliennes dans le Pas-de-Calais, confirmant l´autorisation donnée par le Préfet en 2004 mais annulant la décision de mars 2005 du tribunal administratif de Lille.

Energie  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Dans le monde, la capacité de production d'énergie éolienne atteint 47 317 MW, en progression de 20% en 2004, selon Global Wind Energy Council, syndicat des industriels de la branche éolienne. L'Allemagne est au premier rang (16 629 MW), devant l'Espagne (8 263 MW), les Etats-Unis (6 740 MW) et le Danemark (3.117 MW).

Comme tous les pays européens, l´objectif de la France est de porter la consommation d'électricité d'origine renouvelable (bois-énergie, hydraulique, éolien, solaire…) à 21 % de la consommation nationale totale d'électricité en 2010, contre 15 % aujourd´hui.

La France est loin derrière ses voisins européens en matière de production d'énergie éolienne. Elle compte 407 MW de puissance installée, selon l'ADEME. Le Languedoc-Roussillon arrive en tête, avec 122 MW, suivi du Nord - Pas-de-Calais avec 59 MW et de la Bretagne, avec 41 MW.

La Cour administrative d'appel de Douai a autorisé jeudi l'implantation d'un parc de 70 éoliennes dans la région de Fruges (Pas-de-Calais), le plus grand projet de ce type en France confirmant ainsi l´autorisation donnée par le Préfet en juillet 2004 mais annulant la décision de mars 2005 du tribunal administratif de Lille.

Rappelons que l'entreprise Ostwind International France, dont le siège est à Mulhouse, avait remporté un contrat le 28 janvier 2002 pour réaliser dans le département du Pas-de-Calais un des trois grands parcs éoliens d'Europe et le plus important de France. Les permis avaient été accordés par le préfet du département en juillet 2004. Mais le 15 mars 2005, le tribunal administratif a rendu son jugement annulant 31 permis de construire soit 35 éoliennes du fait d'irrégularités dans l'enquête publique et afin de préserver les paysages et les espèces selon l'Association de défense de l'environnement frugeois (Adef).

Les travaux du parc, qui devrait avoir une puissance de 140 MW et alimenter à terme 150.000 ménages, devraient commencer au milieu de l'année 2006, indique Fabien Kayser, directeur de Ostwind International Sarl, dans un communiqué.
Selon la société, des emplois devraient être créés sur place pour la construction, la maintenance technique et la gestion du parc.

Pour Ostwind, l´autorisation de construction du Parc éolien de Fruges constitue le signal de départ de toute une série de projets en France. Le premier parc réalisé par nous en Ardèche n´était que le début de notre développement en France, ont estimé les dirigeants du Groupe Ostwind*, dont Ostwind International Sarl est la filiale, Gisela Wendling-Lenz et Ulrich Lenz.

Le porte-parole de l'Adef, Jérôme Hellio, ne comprend par cette décision. Nous ne comprenons pas ce revirement de position, alors qu'en première instance les irrégularités dans l'enquête publique et les atteintes aux paysages avaient été clairement prouvées, a-t-il expliqué à l'AFP. Selon lui, la construction de ces éoliennes va entraîner un préjudice sur les paysages et la faune, alors que certains secteurs sont classés en ZNIEFF (Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique).

Dans les prochaines années, Ostwind International veut mettre en réseau des centrales éoliennes totalisant une puissance de 500 MW sur le territoire national.

Alors que la situation actuelle veut que l'on encourage le développement des énergies renouvelables, le développement de l'éolien suscite souvent des contestations et notamment en Seine-Maritime, dans le Finistère, dans la Drôme, en Ardèche, dans l'Hérault, dans la Haute-Loire. Pourtant, selon un sondage d'opinion** sur l'énergie éolienne de Rhônalpénergie-Environnement, en collaboration avec l'institut Louis Harris réalisé les 15 et 16 avril dernier, les résultats montrent que 91% de français se déclare favorable au développement de l'énergie éolienne en France contre 6,6% qu'ils la jugent inutile ou préjudiciable pour l'environnement.

Protestation, action en justice, une meilleure concertation avec les habitants est sûrement nécessaire puisque selon une étude du ministère de juillet 2004, 25 % des 175 permis de construire délivrés étaient soumis à des recours devant le tribunal administratif.

Pourtant, comme pour toute nouvelle construction, les émissions sonores des parcs éoliens ont été soumises à la réglementation des bruits de voisinage (décret du 18 avril 1995 et circulaire du 27 février 1996) qui repose sur l'évaluation de l'émergence chez le voisin du bruit particulier. En effet, chaque projet d'implantation fait l'objet d'études paysagères grâce à des simulations pour inscrire les parcs éoliens dans l'environnement, en fonction des habitations, du relief, de la végétation et dans le respect des caractéristiques culturelles, historiques, touristiques de la région.
La Direction régionale de l'environnement (Diren) est amenée à se prononcer sur chaque projet et la commission départementale des sites et des paysages est également consultée en amont du permis de construire.

Pour Fabien Kayser, l´énergie éolienne est intéressante du point de vue financier, par exemple en raison des recettes fiscales et des baux perçus. Sans compter les autres vertus de l'énergie fournie par le vent : faible taux d'émissions de CO2, réduction des importations de combustibles fossiles, sauvegarde de l´atmosphère, ajoute t'il.

*Basé à Ratisbonne, en Allemagne.

**Cette enquête a été menée par téléphone sur le territoire métropolitain auprès de 501 personnes représentatives de la population en termes de sexe, classe d'âge, classe sociale, répartition régionale et composition du foyer.

Sur le même sujet

Textes Réglementaires

Circulaire du 10/09/2003 - DEVD0320347C

Réactions13 réactions à cet article

 
Re:Freinons l'éolien en France !!

Il y a encore une chose quand même à préciser, à quoi sont dues les émissions de CO2 en France? Près de 80% de notre production de CO2 provient des transports, alors quelle pourraît être l'influence des éoliennes pour réduire ces émissions de gaz? Une goutte d'eau dans l'océan, et avec les centrales d'appoint, cela risque même de les agraver. Il aurait bien mieux valu s'intéresser de près aux biocarburants par exemple, cela augmenterait notre indépendance énergétique et nos agriculteurs pourraient enfin être payés pour le travail qu'ils font, et non pas pour celui que l'on ne veut pas qu'ils fassent à cause de quotas européens. D'ailleurs, quelques uns d'entre eux commencent à bénéficier de ces biocarburants. Cela fait 20 ans que l'on sait que nos moteurs diésels (ceci dit les plus polluants) peuvent très bien se contenter d'huile ou extraits de colza, ou s'ils ne peuvent rouler au colza pur, d'un mélange, et ce n'est pas le mieux, à partir de cette céréale, chose que lon sait rarement, nous pourrions aussi obtenir l'huile de notre carter, ainsi que le liquide de frein, un véhicule diésel a ainsi roulé 100000kms sans aucun problème et c'était il y a des années. Mais on freine, on freine des quatre fers, pour plusieurs raisons politiques en partie, et surtout pour des raisons d'argent, de gros sous comme on dit. Comment faire en plus accepter un biocarburant dans ce pays lorsque l'on sait que la commission donnant le droit de le commercialiser et de l'utiliser en France est composée pour une moitié de politiques et pour l'autre moitié de pétroliers! On en vient à souhaiter timidement que la part de ce biocarburant atteigne quelques maigres pourcent dans la composition de notre plein, c'est vraiment se moquer du monde! Alors on stagne, on recule même avec l'énergie éolienne! Quelle Terre laisserons-nous à nos enfants? Faudra-t-il que même à la campagne nous finissions par nous promener avec un masque comme nombre d'habitants de Tokyo? Il est plus que temps d'agir vraiment pour notre planète, pour notre santé et celle de nos enfants. Si nous agissions tout de suite, les premiers effets ne commenceraient à se faire sentir que dans vingt ans! Et en attendant, la situation continuerait à se dégrader. C'est à ce point grave que nombre de scientifiques ne sont guère optimiste, même si nous relevions la tête immédiatement.
Nos forêts se dégradent sous l'effet des pluies acides ou simplement de la pollution. Notre climat se dérègle, canicule, sécheresse, intempéries violentes, nous pouvons le constater chaque année d'avantage. Alors cessons la politique de l'autruche en trouvent de fausses solutions comme l'éolien et agissons vraiment, c'est vital!

jimmyb
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:enregies renouvelables éoliennes

Je vois que le débat n'est pas clos. Il faut pourtant que l'on s'affole car le climat, lui, n'attend pas. Une éolienne peut être aisèment démontée et refondue pour en faire autre chose. D'autres moyens de productions électriques ne le permettent pas. Je vous invite à aller voir le site des négawatts. L'écologie n'est pas que dans la production "propre" d'énergie, elle l'est aussi dans l'économie.

franck
 
Signaler un contenu inapproprié
 
enregies renouvelables éoliennes

Elu d'une commune du sud, je défends totalement l'idée de l'eolien. Si jusqu'ici était aisé à une quelconque association de défense de l'environnement de faire capoter un projet de parc éolien, il semble que Fruges démontre maintenant la limite de ce type de procès. Nos instances nationales, convaincues des enjeux économiques, techniques et environnementaux de ce procédé se sont afranchi des gérémiades faciles de quelques visionnaires des années 60 qui doivent bien évidemment bénéficier chez eux de la précieuse énergie électrique d'une autre origine, bien plus dangereuse que celle produite par l'éolien. Evidemment il ne s'agit pas de faire n'importe quoi, le remède serait pire que le mal, mais enfin, malgré toute la reconnaissance que je dois au grand capricorne et tout le bien que je voue à la protection de la nature, arrêtons ces comportement puérils et oisifs, réactionnaires et que le réalisme l'emporte à la place de l'intolérance malsaine des opposants systématiques. Je préfère le bruit du vent à celui inaudible des neutrons.

Anonyme | 16 décembre 2005 à 21h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Faux problème

Que l'on ne me parle pas de nuisances sonores au sujet des éoliennes. Pour avoir visité un parc éolien , je peux vous dire qu'à moins d'avoir sa maison au pied de l'éolienne (improbable) on n'entend rien mis à part le souffle du vent lui même. Le seul petit désagrément peut bien entendu être visuel, et encore, c'est tout de même plus esthétique qu'une centrale thermique

kesako | 19 décembre 2005 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:enregies renouvelables éoliennes

Je susi totalement d'accord... Le problème est que l'humain ne ressent que ce qu'il peut percevoir!! et il ressent donc mal un projet qui viendrait perturber son environnement visuel. Il n'est par contre généralement pas conscient de tous les polluants qu'il respire quotidiennement, et du lent processus du dérèglement du climat....
en espérant tout de même que ces parcs éoliens soient construit et intégrés dans le paysage avec un minimum d'intelligence.
Néanmoins, ca me choque 10000000 de fois moins d'entendre parler de l'implantation d'un parc d'éolien, que la construction de centrales thermiques par des groupes privés qui préparent la mise en concurrence de l'énergie pour le particulier en juillet 2007.. (construction de centrales thermiques prévues dans le nord de la france également)

greendays | 20 décembre 2005 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Des réactions...téléguidées?

Je ne voudrais pas généraliser, mais près de chez moi, les opposants à l'éolien sont des chasseurs et des personnalités proches de l'extrême droite. Leur opposition n'est pas seulement aux éoliennes mais aux "verts".... ce n'est donc pas le souci écologique qui les étouffe... de là à se demander si certains ne seraient pas manipulés... par une puissante industrie qui sait que l'éolien est la seule énergie sérieusement concurrente...

Marc Vauld | 22 décembre 2005 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les éoliennes dans la Com de Com de Fruges

Je connais parfaitement bien le problème que rencontre Fruges aux opposants puisque je suis moi-même habitant de la Communauté de Communes de Fruges et Environs.
Le projet d'éoliennes date de quelques années. Il ne concerne d'ailleurs pas Fruges (sauf quelques éoliennes peut-être) mais les villages aux alentours appartenant à la Com de Com. et dont on ne cite d'ailleurs jamais le nom dans les médias.
Un projet d'éoliennes? Pourquoi pas. De-là à devenir la plus grande centrale éolienne de France, je pense que la finalité n'est plus écologique mais bien plus économique avec ses retombées financières. En témoigne d'ailleurs la volonté de la Com de Com de créer un pôle départemental de la viande avec la création d'un abattoir à Fruges. Nous savons très bien que l'agriculture et l'élevage intensifs sont respectueux de l'environnement !
Certes le vent souffle sur notre Haut-Pays d'Artois, la Com de Com voisine l'a aussi compris puisqu'elle a déjà implanté une dizaine d'éoliennes, à qq pas de celles prévues par la Com de Com de Fruges. Elles se voient de très loin, d'ailleurs.
Nous avons aussi du soleil et des idées sur notre territoire et c'est dommage de ne penser qu'au vent et de négliger la diversité des ressources et des moyens que nous a offert Dame Nature. La voie éolienne me fait penser à une sélection génétique d'épis de blé les plus productifs, mais qui se coucheront aux premiers coups de vent parce qu'on aura voulu en tirer un maximum de profil en un maximum de facilité. Bravo l'homogénéïté au profit de l'économie.
Messieurs Nos Politiques, je ne suis pas contre votre projet d'éoliennes. Sachez simplement qu'il ne s'agit pas seulement de réaliser de gros ouvrages bien visibles pour faire de l'énergie renouvelable.
Clin d'oeil à l'association A Petits Pas qui, à mon sens, cerne mieux la problématique écologique que nos élus. Ses actions sont moins coûteuses mais toutes aussi importantes et réfléchies.

Mx | 23 décembre 2005 à 23h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Des réactions...téléguidées?

Non , tous les opposants aux éoliennes ne sont pas des chasseurs d'extrême droite ! Il y a aussi les défenseurs des paysages de nos campagnes et ceux qui savent que l'éolien n'est pas la solution de remplacement . Etudiez de près la situation du Danemark : champion de l'éolien et plus gros producteur de CO2 par habitant ( car le vent ne souffle pas tout le temps ! ) . En fait l'éolien est surtout intéressant pour les sociétés qui installent et exploitent les éoliennes ; Question aux "éolienophiles" : ça vous plairait une tour ( ou 15 tours ) de 100m de haut au bout de votre jardin ?

André DEHAY | 09 février 2006 à 17h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ecologique?

Je crois que pour l'éolien, le gros du problème vient de la non-information, ou plutôt de ce qu'on nous cache soigneusement.
A ce que je sache, l'éolien a été choisi pour permettre à la France de respecter la convention de Kyoto sur les émissions de gaz à effet de serre, en particulier bien sûr le CO2. Or il faut savoir que la production d'un parc ramené sur une année ne correspond qu'à une moyenne de 25 à 30% de ses capacités. Pour le moment, ceci ne pose aucun problème, l'électricité produite n'est pas prise en compte dans le schéma national. Mais la consommation est plus forte chaque année, si cette production venait à l'être, la commission de régulation de l'énergie serait obligée de palier la diminution de cette production ou son arrêt total faute de vent. Comment se fait cette compensation? Déjà en cas d'arrêt total de la machine et pour laisser le temps de réagir aux gestionnaires du réseau, des turbines à gaz prennent sur les parcs le relai de la production, d'où une première source de pollution. Deuxièmement, les variations importantes que peut subir la production ne doivent pas influer sur la fourniture de l'électricité sur le réseau. Pour résoudre ce problème, EDF n'a d'autres solution que de devoir construire dans la région de production des centrales thermiques dont les réacteurs seront, même en cas de production optimales des pars éoliens, laissés en sommeil et qui seuls peuvent être lancés rapidement en production ce que ne peut faire le nucléaire. Ces centrales fonctionneront à partir d'énergies fossiles, probablement le charbon, puisqu'il est encore présent en grande quantité. Ces centrales devront pouvoir produire autant d'électricité que les parcs éoliens qui en dépendront. En clair, pour un baril d'éolien, nous serons obligés de produire 2 barils par énergie fossiles, avec bien sûr la pollution par gaz à effets de serre correspondant, est-ce bien là le but qui était recherché? Ceci est l'inverse de l'effet escompté, sans compter que nous devront acheter ces combustibles et que cela affectera d'autant notre indépendance énergétique.
Alors, alors je dis que le problème est de savoir si l'on veut faire le beau et le bon élève de l'Union Européenne ou si l'on veut vraiment commencer à régler ce problème. Je suis farouchement anti-nucléaire, mais l'éolien n'est pas le moyen qui permettra à la France de le supprimer, ni même simplement de le diminuer, c'est utopique que d'y croire. Il faudrait surtout ne par mettre tous nos oeufs dans le même panier et accorder des crédits pour des réalisations vraiment écologiques, tels que le solaire qui a fait d'énormes progrets ainsi que pour le géothermique. Et pourquoi pas même le petit hydraulique? Il est grand temps de chercher de vraies solutions et de cesser d'abreuver des sociétés étrangères de subventions qui seules les attirent sur notre territoire et qui n'ont que faire de considérations écologiques car leur seul et unique but est de s'enrichir.
Pourtant l'éolien peut être productif comme l'éolien sous-marin, mais les machines coûteraient bien plus chères aux investisseurs, alors on en parle, on teste, mais on ne va pas plus loin. N'oublions pas quue les sociétés éoliennes ne fonctionnent pas avec leurs propres capitaux, mais avec l'argent d'investisseurs. Si dans 15 ans, on n'accordait plus de subventions à cette énergie, nous verrons toutes les éoliennes disparaître soient démontées, soit par décrépitude comme celles de Widehem dans le Pas-de-Calais, construite trop tôt pour bénéficier de ces subsides et dont quelques pales sont allées se promener en bord de mer.
La vue de ces machines, leur bruit, les quelques oiseaux qu'elles peuvent tuer et leurs autres nuisances, tout cela n'est pas si grave si l'on prends certaines précautions, même leur impact paysagé pour moi n'est pas si grave, en regard des enjeux et des dangers immédiats que fait courir la pollution sur notre santé, mais elles ne sont pas la solution au problème, c'est même le contraire, alors tous ces sacrifices pour une arnaque écologique, c'est peut-être et même sûrement trop. Donnons vite leur chance aux vraies énergies renouvelables, renouvelabes et écologiques, car écologiques, les éoliennes ne le sont assûrément pas.

Jimmyb | 14 septembre 2006 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Freinons l'éolien en France !!

Votre argumentation est particulièrement claire et bien étayée. Vous avez tout à fait raison, l'éolien est une arnaque écologique.

A travers l'augmentation du parc éolien, on cautionne la construction de centrales thermiques (ex : charbon dans la Nièvre) qui lui est adossée.

C'est une violation flagrante de nos engagements de Kyoto et un usage stupide des droits d'emission de CO2 que nous nous sommes octroyés.

Fragued | 23 septembre 2006 à 12h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ecologique?

En ce qui concerne la diminution des emissions de CO2, il est clair que l'effet des eoliennes dans un pays ou le nucleaire est tres present est mitige. Neanmoins, le tableau est moins noir que celui qui est dresse dans le post auquel je reponds. Premierement, la France possede differentes regions decorrelees, voire anti-correlees en matiere de vent. Les regions proches de la mediterannee ont un temps completement different des rivages de la mer du nord, par exemple. Avant le passage d'un front, le vent vient du sud, et souffle relativement fort en region lyonnaise, tandis que la basse vallee du Rhone est plus calme. Apres le passage du front, le vent vient du nord et est faible en region lyonnaise, tandis que la basse vallee du Rhone beneficie d'un fort Mistral. En consequence, une baisse de production eolienne n'est pas forcement compensee par une centrale thermique, mais eventuellement par l'electricite eolienne d'une autre region.

Les barrages hydroliques peuvent aussi participer a la regulation de l'eolien. Une forte production eolienne permet d'utiliser moins les barrages (c'est une maniere indirecte de stocker l'energie produite par les eoliennes). L'eau accumulee peut ensuite etre relachee lors d'une baisse de regime des eoliennes. Dans ce cas, l'irregularite des eoliennes est en partie compensee par des centrales hydroliques.

Par ailleurs, le vent a tendance a etre plus fort en journee que la nuit. Il en va de meme de la production des eoliennes. Or la journee correspond a un pic de consommation d'electricite. Ce pic est deja en partie assure par des centrales thermiques (l'hydrolique en assure egalement une partie), car la production du nucleaire ne varie pas suffisamment vite a l'echelle de la journee. Donc le maximum de production journalier des eoliennes prend la place de ce qui etait produit autrefois par des centrales thermiques.

La production des eoliennes est certes irreguliere, mais previsible. Il peut y avoir du vent fort plusieurs semaines d'affilee, mais aussi le calme plat plusieurs semaines d'affilee. Je pense (mais sur ce point-la il faut vraiment que je me renseigne) que sur de telles echelles de temps il est possible de faire varier la production nucleaire. Ainsi, lors de grandes periodes de calme plat, le manque de production eolienne peut etre compense par des centrales nuclaires, dont on fait ensuite lentement diminuer la production quand l'anticyclone perd du terrain et que l'on se dirige vers un temps perturbe a l'echelle de la semaine. Ainsi, ce qui est problematique et qui risque de provoquer en partie une compensation avec des centrales thermiques, c'est une transition brusque entre une situation calme et une situation tres venteuse. Lorsque le temps ne change pas a l'echelle de la semaine (que l'on observe juste les variations journalieres: relativement peu de production la nuit, relativement beaucoup en journee, ce qui contribue a diminuer la production des centrales thermiques comme nous l'avons vu), ou lorsqu'il evolue lentement d'un jour sur l'autre, le manque de production des eoliennes peu meme etre compense par le nucleaire.

Par ailleurs, il faut avoir une vision d'ensemble de toutes les energies renouvelables. On a deja vu l'avantage des barrages de montagne qui permettent de stocker indirectement une partie de l'energie produite par les eoliennes. Mais il y a aussi le solaire, souvent anti-correle avec l'eolien, notamment en printemps-ete. Quand une situation anticyclonique perdure pendant ces saisons, le vent est globalement tres faible, mais l'ensoleillement excellent. Notons que le solaire ne produit qu'en journee, ce qui correspond toujours a un pic de consommation d'electricite, assure en partie par les centrales thermiques. Le solaire ne prend donc que la place de ces centrales thermiques, et son effet sur les emissions de CO2 est positif, meme dans un pays qui a fait le choix du nucleaire. Et les periodes sans soleil correspondent (du moins au printemps et en automne) le plus souvent a des periodes de vent. On a donc une compensation des deux sources d'energie.

Le recourt aux centrales thermiques pour compenser l'irregularite des eoliennes est beaucoup moins important que ce que l'on pourrait croire si l'on considere juste qu'une eolienne fonctionne 30% du temps et que les 70% du temps restant, la totalite de la production manquante est assuree par des centrales thermiques polluantes. Neanmoins, je suis d'accord que l'effet des eoliennes sur les emissions de CO2 dans un pays qui a choisi le nucleaire est tres faible. Mais il y a quand meme des raisons de developper cette energie renouvelable. Il faut savoir que toute energie non-renouvelable est vouee a disparaitre dans un futur la plupart du temps proche, et qu'a terme, nous n'aurons plus que les sources renouvelables a notre disposition. Tout recourt a une energie non-renouvelable doit etre considere comme solution provisoire. Ainsi, nous n'avons que 80 ans d'uranium 235, et probablement beaucoup moins: dans quelques annees nous atteindrond le pic de Hubert pour le petrole. Le petrole deviendra extremement cher, et tout sera mis en oeuvre pour utiliser d'autres energies dans de grandes proportions. On peut attendre que la production nucleaire mondiale fasse un bon. L'uranium 235 atteindra lui aussi un pic de production bien avant d'etre epuise, ce qui provoquera l'explosion de son prix. L'uranium 238 pourrait servir pour la surgeneration, mais cette technique est mal maitrisee. Les reserves d'uranium 238 sont de l'ordre de 1000 ans, mais sans doute beacoup moins si le monde entier se rue dessus faute de petrole et d'uranium 235. Avec toujours un pic de production bien avant l'epuisement. Finalement, la fusion nucleaire pourrait etre la reponse a nos problemes, mais malgre 50 ans et des milliards d'euros partis en fumee, nada. Les ressources seraient immenses. Si ca marche, le nucleaire pourrait etre considere comme energie renouvelable. Mais nous ne savons pas encore s'il sera possible un jour de produire de l'electricite avec la fusion nucleaire.

D'ou l'interet d'augmenter la part des energies renouvelables. C'est pour cela que ces energies beneficient de subventions, car leur rentabilite semble faussement moindre tant que les ennuis n'ont pas commence avec les sources non-renouvelables. Et a vrai dire, si les eoliennes n'ont presque pas d'effet sur les emissions de gaz a effet de serre, c'est justement grace aux privileges justement accordes a cette energie dans le but de la promouvoir. Sans l'obligation de rachat de la totalite de L'electricite produite, EDF pourrait acheter l'electricite des eoliennes uniquement quand cela permet de produire moins avec les centrales thermiques, et la le bilan ne pourrait etre que positif, meme si ce n'est pas la maniere la plus optimale d'utiliser une eolienne.

meteo | 26 juin 2007 à 23h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Ecologique?

La production hydroélectrique est bien trop faible en France et beaucoup trop localisée pour pouvoir répondre à la nécessité de palier aux déficiences de vent. De même l'éolien est beaucoup moins prometteur qu'on le pense, il faut savoir que 1MW d'éolien ne produit que 2000000 de kwh/an contre 7000000 pour 1MW d'énergie fossile. Et couvrir la France d'éoliennes n'y changerait rien. L'Allemagne qui a cru au mirage éolien vient de reconnaitre que malgré le nombre considérable de ses parcs, ceux-ci ne produise même pas assez pour couvrir la consommation des appareils en veille. Quant à la possibilité de compensation par la production actuelle, elle n'est possible que pour le moment puisque la production des parcs éoliens n'est pas intégrée dans le schéma national et qu'elle est négligeable, en clair, nous n'avons pas besoin de cette énergie pour assurer nos besoins, d'ailleurs un ingénieur d'EDF me disait il n'y a pas si longtemps: "Quand on en a, on la vends à l'étranger". Mais cela va changer, nos besoins augmentent constamment, et il faudra trouver des solutions, le nucléaire de source même du CEA ne peut répondre à ce besoin. De plus imaginons un scénario comme durant l'été 2003, pas un souffle de vent, le nucléaire lui-même est atteint à cause de ses rejets d'eau chaude, les centrales thermiques sont obligés de réduire leur production, comment produisons-nous notre électricité si réellement l'éolien avait atteint 10% de notre production et que nos besoins les prennent en compte? Encore plus de centrales nucléaires? De centrales thermiques? Compenser avec quoi, quand il n'y a pas plus de vent à St Brieuc qu'à Dunkerque ou à Béziers?
De plus lorsque vous parlez de compenser un parc par un autre, sachez que la CRE (commission de régulation de l'électricité) est elle-même à l'origine des informations concernant les centrales de régulations, dans les raisons qu'ils invoquent, il y a justement l'impossibilité de transporter l'électricité sur de grandes distances sans perte trop importantes. D'ailleurs ils ont précisé que ces centrales devront être implantés en région de production. Et comme vous le faites si justement remarquer, comment ferons-nous lorsque nous aurons épuisé nos ressources en énergie fossile dans quelques décennies? Accepterons-nous des coupures de courant parce qu'EDF ne sera plus en mesure de fournir et se verra contraint de délester?
Et pourtant il y aurait des solutions, comme coupler cette énergie avec d'autres comme le solaire et le géothermique que l'on peut produire presque partout en France. Mais personne ne bouge, aucun politique ne voit plus loin que le bout de son nez, ou plutôt ne veut voir, l'Europe demande 10% de renouvelables, on va les lui donner pourvu qu'on ne nous casse plus les pieds, mais ce ne seront que des chiffres, la production elle frôlera les 3%, mais on aura rempli notre contrat. L'avenir, on s'en fiche, savoir que ce sont les transports qui produise 75 à 80% de la pollution par CO2 en France également. Il n'est même plus temps de réagir, il est presque déjà trop tard, nous avons un tel retard qu'il va vite devenir irrattrapable, chaque jour notre planète nous le rappelle. Au lieu de mettre toutes nos billes dans une énergie aléatoire, nous aurions mieux fait d'attendre et de poussez au maximum pour faire décoller d'autres solutions bien plus rentables et surtout bien plus écologiques.
Plus tard, je voudrais pouvoir dire à mes enfants que j'ai fais quelque chose pour eux, pour leur santé, leur bien-être, mais s'il n'y a que ces moulins à vent, je crains fort que la situation dont ils hériteront soit bien pire que celle dont nous connaissons aujourd'hui. J'ai l'air malin avec quelques lampes à économie d'énergie et l'extinction systématique de l'électroménager. Qui nous parle de cela, de changer nos comportement, d'essayer les transports en commun et la marche à pieds? Une petite émission de temps à autre, presque anecdotique par leur rareté, à une heure indue bien sûr. Et les mesures frileuses de nos gouvernants concernant l'utilisation de carburants verts ne sont pas là pour me rassurer.
L'éolien n'est là que pour remplir un but politique, certainement pas pour faire baisser le CO2 dans notre atmosphère, au contraire. D'autres solutions nous tendent les bras, mais comme d'habitude, nous n'y viendrons que lorsque nous ne pourrons plus faire autrement, c'est à dire trop tard.

Jimmyb | 28 juin 2007 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Des réactions...téléguidées?

Les reactions teleguidees on les entend actuellement a propos des fuites radioactives de nos centrales .Elles sont teleguidees par le profit parce qu'EDF se reclame "service public" que les avantages qui en decoulent

GEGENNE | 25 juillet 2008 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…