En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Hamster d'Alsace : consultation sur le plan d'actions sur fond de grand contournement

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le ministère de la Transition écologique soumet à la consultation du public, jusqu'au 8 février prochain, le nouveau Plan national d'actions (PNA) en faveur du Hamster commun et de la biodiversité de plaine, qui couvrira la période 2019-2028.

"Grâce à la mobilisation des acteurs locaux, plusieurs plans nationaux d'actions (PNA) ont été mis en place à partir des années 2000 afin d'enrayer le déclin de l'espèce. Leurs efforts ont permis de stabiliser les populations, mais pas de les faire revenir à un minimum viable satisfaisant. Ce plan a donc pour but l'atteinte du bon état de conservation du hamster commun", explique le ministère.

Parmi les cinq axes de travail du plan, déclinées en 22 actions opérationnelles, figure la préservation et l'amélioration de l'habitat agricole de l'espèce, présente en Alsace seulement. Un objectif mis à mal par le projet de grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) qui traverse certaines zones de protection du Grand Hamster et dont les travaux préparatoires sont en cours. Dans l'avis défavorable qu'il a rendu en décembre 2017 sur la demande d'autorisation du projet, le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) jugeait fragiles les mesures proposées par le maître d'ouvrage en faveur de l'espèce. Dans son avis rendu en février 2018, l'Autorité environnementale recommandait de démontrer la faisabilité des mesures compensatoires relatives au rongeur, qui s'appuient sur la création d'un élevage, sur le lâcher annuel d'individus et sur la reconstitution d'un habitat propice. Les garanties de faisabilité et de pérennité n'étaient pas assurées selon elle.

Le Hamster commun fait l'objet de mesures de protection au titre de la convention de Berne et de la directive Habitats. La Cour de justice de l'UE a condamné la France en juin 2011 pour insuffisance de protection du rongeur. La ministre de l'Environnement a pris un arrêté de protection en décembre 2016 après l'annulation des textes précédents suite à un recours de collectivités alsaciennes qui jugeaient disproportionnées les atteintes portées au droit de propriété.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager