En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Brésil : Total se retire des projets de forages près du récif de l'Amazone

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans un communiqué, le groupe Total annonce, ce lundi 7 septembre, « se retirer de son rôle d'opérateur » pour cinq blocs d'exploration pétrolière situés dans le bassin de l'embouchure de l'Amazone (appelé Foz do Amazonas), à 120 kilomètres au large du Brésil. Ces blocs d'exploration sont référencés « FZA-M-57, FZA-M-86, FZA-M-88, FZA-M-125 et FZA-M-127 ».

Total précise avoir notifié le 19 août 2020 « sa démission » à ses partenaires. Le groupe ajoute avoir informé l'Agence nationale du pétrole, du gaz naturel et des biocarburants (ANP) de cette décision, « qui ouvre une période de 6 mois durant laquelle un nouvel opérateur sera désigné et à qui les activités d'opérateur seront transférées ». Durant cette période, Total indique qu'il a « l'obligation de continuer de mener les processus administratifs pour le compte de ses partenaires Petrobras et BP ». Les projets d'exploration ne sont pas définitivement abandonnés.

Total fait cette annonce après que l'ONG Greenpeace l'a accusé, le 4 septembre, de relancer « en toute discrétion » le processus d'acquisition des licences environnementales pour forer près du récif de l'Amazone. « Cela ne signifie évidemment pas du tout que Total abandonne le projet », réagit Greenpeace sur Twitter qui ajoute que le groupe « garde ses parts comme actionnaire du projet (40%) ».

En décembre 2018, l'agence environnementale brésilienne Ibama avait rejeté la demande de licences de Total pour effectuer des forages dans les cinq blocs concernés. Ibama pointait « un trop grand nombre de problèmes techniques et de risques environnementaux, notamment un manque de garanties apportées par le pétrolier en cas d'accident ou de marée noire, s'inquiétant des risques pour le récif de l'Amazone et la biodiversité marine », rappelle Greenpeace. « Le Brésil est désormais dirigé par Jair Bolsonaro président d'extrême-droite, climato-sceptique notoire qui a, entre autres, grandement affaibli les mandats et l'autorité de l'agence environnementale Ibama, et allégé le processus d'acquisition des licences environnementales », dénonce l'ONG.

En février 2019, Total avait mis fin à ses forages exploratoires en mer, lancés en décembre 2018, au large de la Guyane, faute de résultat « concluant ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Quelle réalité pragmatique se cache derrière cette apparente bonne nouvelle (qui risque bien d'être éphémère, l'illuminé qui préside le Brésil trouvera bien une autre compagnie pétrolière qui s'implantera et viendra lui remplir les poches) ? Car il serait très surprenant qu'un groupe comme Total, avec les pratiques qu'on lui connaît et son aisance relationnelle avec maints pouvoirs autoritaires / dictatoriaux de part le monde, lâche le morceau simplement suite à une publication d'une ONG, fusse-t-elle Greenpeace.
J'imagine que l'enjeu technologique n'en vaut tout simplement pas la chandelle coûts/bénéfices ("faute de résultat concluant").

Pégase | 08 septembre 2020 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si c'est pas Total, ça sera d'autres; technologiquement moins performants et irresponsables.

pemmore | 08 septembre 2020 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager