En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Union des Industries Chimiques demande une modification du système d'échange de quotas de CO2

Craignant une perte de compétitivité avec la mise aux enchères des quotas de CO2, l'Union des Industries Chimiques propose un mode de calcul qui lui permettrait de réduire de 25% les émissions du secteur dans des conditions économiques acceptables.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
L'Union des Industries Chimiques demande une modification du système d'échange de quotas de CO2
© JJK
   
Afin d'encourager la réduction des émissions de gaz à effet de serre conformément aux engagements du Protocole de Kyoto à savoir -8% d'ici 2012 par rapport à 1990, l'Union européenne a mis en place en janvier 2005 un marché d'échange de quotas de CO2. Ce marché est destiné aux 12.000 entreprises contraintes à réduire leurs émissions au regard des quotas qui leur sont alloués par leur Etat membre dans le cadre des Plans Nationaux d'Allocation. Parmi les secteurs concernés par ce système figurent la production d'énergie, l'industrie sidérurgique, les industries du verre, du ciment, de la poterie et de la brique. Les entreprises qui investissent dans des technologies propres, polluent moins et de ce fait n'utilisent pas tous les quotas qu'on leur a alloués. Elles peuvent les revendre à d'autres entreprises qui n'ont pas pu réduire leurs émissions.

 
Ce scénario aurait pour conséquence de détériorer lourdement la compétitivité de l'industrie chimique française en compromettant ses exportations et en favorisant l'importation de produits extérieurs à l'Union Européenne  
UIC
 
Ce système européen d'échange de quotas d'émissions repose sur la Directive ETS (Emissions Trading Scheme). Dans le cadre du paquet climat/énergie présenté en janvier 2008 par la Commission et en cours de discussions au sein des instances européennes, il est prévu de réviser cette directive pour élargir l'ETS à de nouveaux secteurs, notamment l'aviation, la pétrochimie, le secteur de l'ammoniaque et de l'aluminium. Ce nouveau système prévu pour entrer en vigueur en 2013 jusqu'en 2020, devrait également prendre en compte deux nouveaux GES : l'oxyde d'azote et le perfluorocarbone.
Autre nouveauté, une partie des quotas alloués aux entreprises sera mise aux enchères alors qu'ils étaient attribués gratuitement jusqu'à maintenant.

Ces évolutions proposées par la Commission font l'objet d'âpres négociations aux seins des Etats membres. Les industriels étudient également les conséquences économiques de ces modifications sur leurs activités. L'Union des Industries Chimiques (UIC) française par exemple vient de dévoiler les résultats d'une étude réalisée à sa demande par le cabinet A.T. Kearney sur l'impact économique de la mise aux enchères des quotas. Aux vues des résultats de cette étude, l'UIC craint pour sa compétitivité : dans un scénario de mise aux enchères de la totalité des quotas, le mécanisme génèrerait pour les industriels une charge supplémentaire de l'ordre de 1,1 Mrd € par an en 2020, augmentant leurs dépenses de 35 % à 100 % de leurs frais fixes de production selon les filières, explique l'UIC. Ce scénario aurait pour conséquence de détériorer lourdement la compétitivité de l'industrie chimique française en compromettant ses exportations et en favorisant l'importation de produits extérieurs à l'Union Européenne, ajoute-t-elle. L'UIC rappelle surtout que les coûts de réduction des émissions vont augmenter de manière exponentielle plus on s'approchera de l'objectif européen.

Sachant que les négociations sont en cours, l'UIC propose par conséquent une autre méthodologie de calcul basée sur la comparaison des industriels d'un même secteur en terme d'intensité d'émission (émissions de CO2 par unité de production). Autrement dit, l'UIC demande à la commission de fixer un seuil d'intensité d'émissions au-delà duquel les entreprises devront payer. À l'inverse, si les industriels investissent et passent en dessous de ce seuil, ils pourraient revendre les quotas. Au final, les industriels déjà très efficaces auraient moins d'effort à fournir que les autres sachant que les derniers gains seront les plus chers à réaliser. Avec cette méthode, l'UIC estime pouvoir réduire de 20 à 25% les émissions du secteur d'ici 2020 par rapport à 2005 dans un contexte économique acceptable. Rappelons que le paquet climat/énergie dans sa forme actuelle demande à l'industrie de réduire de 21% ses émissions entre 2005 et 2020.

Cette question de méthodologie de calcul est un des sujets de négociation parmi d'autres qui devront être tranchés par la France au cours de sa Présidence européenne. Réunis à Saint-Cloud jeudi et vendredi en conseil informel, les 27 ministres européens de l'environnement ont d'ailleurs repris leurs débats sous la direction du ministre français.

Réactions2 réactions à cet article

 
attention , on dérive

Si on accorde un mode de calcul différent au secteur de la chimie, les autres secteurs (surtout les plus polluants) vont eux aussi vouloir le leur. L'ETS en cours de mise ne place est déjà assez complexe, si la demande de l'UIC est entendu, on va droit vers une grande pagaillle et au final l'abandon du système.

Les entreprises de l'UIC emmettent des GES, je ne vois pas pourquoi il coûterait moins cher que ceux produit par les autres secteurs. Les effets de leur GES sur le climat seraient-ils moindre ?

Quand à l'argument de la compétitivité vis à vis des pays externes à l'UE, l'idée d'une taxation des produits issus des pays ne respectant pas Kyoto me semble être une bonne alternative .

Je me pose par contre la question de l'impact que cela peut avoir sur l'industrie pharmaceutique et le coût de la santé au quotidien.

Tombour | 10 juillet 2008 à 17h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:attention , on dérive

Mais combien de CO2 émet un établissement chimique?

Anonyme | 10 septembre 2008 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager