En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Véhicules électriques et recharges : Enedis teste le pilotage et la flexibilité de l'électromobilité

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Véhicules électriques et recharges : Enedis teste le pilotage et la flexibilité de l'électromobilité

Le gestionnaire du réseau de distribution Enedis a lancé plusieurs expérimentations sur le pilotage des recharges et la flexibilité que pourraient apporter les véhicules électriques. Ils pourraient en effet devenir des points de stockage et/ou absorber la production photovoltaïque. L'objectif est d'anticiper le développement à grande échelle de la mobilité électrique et d'en limiter les impacts sur le réseau.

Le projet aVEnir, lancé il y a un an, vise à mieux appréhender les interactions entre les bornes de recharge et le réseau, et à tester le pilotage intelligent. Les données issues de 250 points de charge vont être analysées entre 2020 et 2022. Les bornes de recharge sont réparties sur une quinzaine de sites en région Sud (Aix, Avignon, St Tropez, Mougins), dans la métropole lyonnaise et en région parisienne. Elles sont situées en voirie, en entreprise et dans le résidentiel individuel. Des immeubles en copropriété rejoindront bientôt ce panel.

Premiers retours positifs sur le pilotage

« Des données de mesure ont déjà été collectées sur une partie de ces points de charge ; les premières analyses sont prometteuses et montrent l'apport du pilotage de la charge pour écrêter des pics de puissance lors de la recharge simultanée de plusieurs véhicules », indique Enedis.

Par ailleurs, le projet va analyser plusieurs cas d'usage. Un premier projet porte sur la modulation de puissance opérée par une borne de recharge en fonction des besoins du réseau de distribution et sur le rôle que pourrait jouer le compteur Linky dans la communication entre la borne et le réseau.

D'ici fin 2020, des expérimentations seront également menées sur le stockage embarqué et l'injection sur le réseau (Vehicle to grid). « Le projet étudiera également le modèle d'affaire permettant de rémunérer les propriétaires de véhicules électriques et/ou l'opérateur en charge du service pour les marges de flexibilité fournies », explique Enedis.

Le projet étudie aussi la synchronisation entre une production photovoltaïque et la recharge de véhicules électriques. L'idée est d'expérimenter « un outil permettant de prédire à une maille temporelle fine et locale les productions et consommations, et d'inciter l'usager à recharger sa voiture au moment opportun en favorisant les périodes de production photovoltaïque ».

Au-delà des possibilités techniques, le projet analysera en effet comment inciter les utilisateurs de véhicules électriques à modifier leur comportement de mobilité, de stationnement et de charge en fonction des sollicitations reçues. Le département Sciences sociales d'Aix-Marseille Université est chargé de ce volet de l'expérimentation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager