Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le CO2 s'affiche plus ouvertement au Mondial de l'automobile malgré la réticence des marques de luxe

Obligatoire depuis 2006, l'étiquette énergie/CO2 a été affichée plus systématiquement sur les modèles exposés au Mondial de l'automobile même si elle reste parfois cachée ou illisible. Elle n'en reste pas moins appréciée des consommateurs.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Le CO2 s'affiche plus ouvertement au Mondial de l'automobile malgré la réticence des marques de luxe
   
Alors que le Mondial de l'automobile a fermé ces portes dimanche avec un nombre record de visiteurs (1,433 million), l'ADEME a fait le point sur la disposition des constructeurs à afficher les performances énergétiques et climatiques de leurs modèles à travers l'étiquette énergie/CO2. Cette étiquette est obligatoire depuis le 10 mai 2006 en application de la directive européenne du 13 décembre 1999. Elle doit être affichée sur les véhicules neufs exposés à la vente afin de sensibiliser le consommateur et l'inciter à choisir des véhicules moins polluants. Les exposants du salon de l'auto ne sont pas exemptés de cette obligation.
Mais cet affichage est loin d'être systématique même si l'ADEME remarque une amélioration. L'étude menée par l'agence au cours du salon montre que cette obligation réglementaire est de mieux en mieux respectée : l'étiquette est présente sur 87 % des véhicules contre 62% lors de l'édition 2006.

Une mauvaise publicité pour les modèles de luxe ?

Toutefois, la présence de l'étiquette ne garantit pas systématiquement sa lisibilité. L'ADEME remarque ainsi que le client doit parfois faire la démarche de chercher l'étiquette sur un écran informatique comme ce fut le cas sur les stands de Renault, Chrysler, Dodge, Alfa Roméo et Jeep. De plus, de nombreuses étiquettes sont trop éloignées du public pour être lisibles (Bentley, Porsche ou Ferrari) ou sont cachées par l'étiquette du prix.
Au total, 11 marques n'ont pas respecté la législation en utilisant une étiquette personnalisée non-conforme à la réglementation (Fiat, Hyundai et Dangel) ou n'ont carrément pas apposé d'étiquette pour certains de leurs modèles (Lotus, Bentley, Lamborghini, Skoda, Ford, Alfa Roméo, Rolls Royce et Aston Martin). Les constructeurs de voiture de luxe restent donc les mauvais élèves du salon.

Cette étiquette est en effet globalement perçue comme une mauvaise publicité pour beaucoup de constructeurs. Parmi les voitures exposées sur le Mondial 2008, 38% sont des berlines, 17% des tout-terrains et 13% des coupés. Résultat, la moyenne des émissions de CO2 des véhicules exposés et étiquetés est de 174 gCO2/km ce qui est largement supérieur à l'objectif des 130 gCO2/km en cours de négociations au sein des instances européennes.

Une étiquette mieux connue et appréciée des acheteurs

Pourtant cette étiquette/énergie est appréciée des consommateurs. Un sondage réalisé en septembre 2008 par BVA pour l'ADEME révèle que l'étiquette énergie/CO2 est connue des deux tiers (67 %) des acheteurs et après présentation de l'étiquette aux répondants, 78 % la considèrent comme un vecteur d'information important.
Sur le modèle des étiquettes-énergie des appareils électroménagers, un code couleur a été attribué à des fourchettes d'émissions. La classe A, verte foncée, fait référence à des émissions inférieures à 100gCO2/km et correspond à la meilleure note de l'échelle de classement. En revanche, un véhicule qui émet plus de 250g de CO2/km est classé G et référencée en rouge.

Depuis sa mise en place, il semblerait que l'étiquette énergie/climat ait amélioré la prise de conscience. Selon le sondage de l'ADEME, plus d'un tiers (35 %) des acheteurs déclare connaître le niveau d'émission en CO2 de leur véhicule, un niveau de connaissance qui a plus que doublé depuis 2007 (13 % en 2007). En revanche, au moment de passer à l'acte d'achat, le bonus/malus a été plus incitatif.

Rappelons qu'après six mois de mise en œuvre, ce bonus/malus a fait ses preuves : 43 % des voitures vendues émettent moins de 130 gCO2/km, contre 29,8 % en 2007. La part des ventes de véhicules de moins de 120 gCO2/km a, quant à elle, augmenté de 68,2 % (de 19,5 % en 2007 à 32,8 % pour le 1er semestre 2008).
Concernant les ventes de voitures émettant plus de 160 gCO2/km, soit les classes soumises au malus, elles s'élèvent à 13,3% (contre 23,6 % en 2007), soit une chute des ventes de 43 %. Aussi, la moyenne des émissions de CO2 des voitures vendues en France est passée de 149 à 140 gCO2/km en 6 mois, alors que la tendance des 5 dernières années montre un gain moyen de 1 gCO2/km par an.

Selon l'ADEME, au Mondial de l'automobile 2008, seulement 25% des modèles exposés permettraient à leur acquéreur de bénéficier d'un bonus (émission inférieure à 131 gCO2/km) alors que 47% des modèles étiquetés sont soumis au malus (émission supérieure à 160 gCO2/km).

Réactions1 réaction à cet article

 
A quand la réalité sur les automobiles ? ?

c'est bien beau de mettre des étiquettes, il est vrai que cela sensibilise le grand public en matière de pollution (enfin, en matière de CO2). Mais est ce que cela reflète bien la réalité ? ?
les petite voiture consomme moins de CO2 certes mais les grosses voiture "de luxe" sont équipées d'un filtre à particules ( problème au moins aussi important que le CO2 )...
Alors quelle voiture choisir pour diminuer la pollution GÉNÉRALE?
le CO2 ok mais la pollution ne se résume pas qu'à ça malheureusement!

mely | 21 octobre 2008 à 22h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager