En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Etre agriculteur en Ile-de-France, c'est encore possible !

Bien qu'elle soit réputée pour son urbanisation galopante, la région Ile-de-France reste une des plus grandes surfaces agricoles du pays. A travers l'acquisition de terrains rendus à l'agriculture, l'Agence des espaces verts tente de préserver ces espaces qui sont toutefois menacés. Reportage.

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Etre agriculteur en Ile-de-France, c'est encore possible !

Propriétaire de 4 hectares à Saclay dans l'Essonne, Charles Montville s'est converti à l'aviculture bio en 2010. Il élève aujourd'hui 2.500 volailles nourries exclusivement de céréales cultivées sur place et dans le respect du cahier des charges de l'agriculture biologique. Ses poulets, qu'il abat sur place, sont commercialisés en circuit court. 45% sont vendus sur la ferme, le reste localement en restauration collective et à des Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne).

Issu d'une autre profession, Charles Montville doit sa reconversion à l'Agence des espaces verts qui l'a aidé à financer son projet. Celle-ci a été désignée par la région Ile-de-France pour protéger les espaces agricoles fortement menacés par l'urbanisation. Grâce à l'acquisition de terrains et en exerçant une veille foncière permanente, l'AEV a permis le maintien de 17.000 hectares d'espaces agricoles dans la région. Elle s'est également lancée dans une opération de reconquête des friches abandonnées pour les rendre à l'agriculture à travers un programme d'incitation et d'accompagnement des jeunes agriculteurs.

L'Ile-de-France accueille chaque année le célèbre salon de l'Agriculture, mais qu'en est-il de sa propore superficie agricole? Malgré la prolifération des projets d'urbanisme, et contre tout attente, elle demeure une des plus grandes régions agricoles du pays avec une forte production céréalière notamment. Pourtant, 90% de la nourriture consommée ici reste importée…

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…