En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ambroisie : une instruction interministérielle pour élaborer des plans d'actions locaux

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Prévenir l'apparition ou lutter contre la prolifération de l'ambroisie. Tel est l'objet des plans locaux dédiés à cette plante envahissante, au pollen très allergisant, que les préfets des départements concernés sont invités à adopter. Une instruction interministérielle, très détaillée, leur a été adressée le 20 août afin d'encadrer l'élaboration de ces documents.

Les préfets sont tenus par le code de la santé publique de prendre des mesures pour prévenir l'apparition ou lutter contre la prolifération de trois espèces d'ambroisie lorsque leur présence est constatée dans le département. La lutte contre ces espèces nécessitant en outre de prendre des mesures de surveillance et d'information, les ministres incitent à l'adoption d'un plan départemental. Les arrêtés préfectoraux de lutte contre l'ambroisie à feuille d'armoise adoptés avant la publication du décret du 26 avril 2017 ne sont plus valides, indiquent les ministres.

L'instruction précise la procédure d'élaboration des plans : mise en place d'une coordination, mobilisation des acteurs, évaluation de la situation départementale, etc.. Ainsi que leur contenu : surveillance et cartographie des ambroisies, délimitation des zones concernées, mise en place d'un réseaux de référents territoriaux, information et formation, actions de prévention et de lutte, etc.

"Des cartographies récentes ont mis en évidence une extension de la présence de la plante en France au cours des dernières années (…) qui pourrait continuer et toucher, d'ici 2050, tout le territoire national, augmentant ainsi l'impact sanitaire associé", indique l'Anses qui vient de lancer un appel à candidatures pour constituer un groupe de travail dédié à cette plante. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, la plus touchée, l'Agence régionale de santé a estimé que plus de 400.000 personnes avaient consommé des soins en rapport avec l'allergie au pollen d'ambroisie en 2016, représentant un coût de santé de l'ordre de 22 millions d'euros.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…