Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays leader dans les énergies renouvelables

À l'occasion de sa visite à l'Institut National de l'Energie Solaire, Nicolas Sarkozy a annoncé la tenue d'Etats généraux des énergies renouvelables afin de lever les freins à leur développement et faire de la France un leader en la matière.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Nicolas Sarkozy veut faire de la France un pays leader dans les énergies renouvelables
© Thorsten Ulbricht
   
Quelques jours après la percée des partis écologistes aux élections européennes, Nicolas Sarkozy s'est rendu en Savoie visiter l'Institut National de l'énergie solaire (INES). Créé en 2006, l'INES regroupe à proximité de Chambéry les principaux acteurs français de la recherche (quel que soit leur établissement de rattachement : CEA, CNRS, Universités, CSTB) dans le domaine de l'énergie solaire. À cette occasion, le Président de la République a annoncé que la France devait rattraper son retard en matière d'énergies renouvelables et prendre la tête de la recherche européenne : la France en tête de tous les pays nucléaires pensait ne pas avoir besoin des énergies renouvelables, c'est une erreur, nous devons devenir leader des énergies renouvelables, a expliqué Nicolas Sarkozy devant les chercheurs de l'INES, les industriels et les élus de la région. Il faut respecter l'objectif de 23% d'énergie issue de sources renouvelables en 2020, c'est un minimum, a-t-il ajouté.
Pour atteindre cet objectif, le Président mise sur les nouvelles mesures législatives issues du Grenelle de l'environnement. Il a d'ailleurs assuré que le projet de loi Grenelle 1 serait définitivement adopté avant l'été et le projet de loi Grenelle 2 avant la fin de l'année 2009.

 
Là où nous dépensons un euro pour le nucléaire nous dépenserons le même euro pour la recherche sur les technologies propres et la prévention des atteintes à l'environnement  
Nicolas Sarkozy
 
Mais il ne s'agira pas d'abandonner le nucléaire. Là où nous dépensons un euro pour le nucléaire nous dépenserons le même euro pour la recherche sur les technologies propres et la prévention des atteintes à l'environnement, a annoncé Nicolas Sarkozy. Cette parité d'investissement devrait être effective dès maintenant. Avec cette disposition, le Président espère préserver le consensus sur le nucléaire et faire tolérer le nucléaire à ceux qui y sont opposés.

Nicolas Sarkozy veut donner la priorité à l'énergie solaire, aux agrocarburants de deuxième génération et aux énergies marines. Pour l'INES, le Président promet une augmentation du nombre de chercheurs qui passerait à 500 d'ici 2013 contre à peine une centaine à l'heure actuelle. Vous aurez les moyens, a-t-il assuré aux chercheurs de l'INES.
Pour les autres filières, il évoque la création de plate-forme technologique à l'image de l'INES autour de l'IFP et de l'INRA pour les agrocarburants de 2e génération et de l'Ifremer pour les énergies marines.

Pour assurer la pérennité des filières, Nicolas Sarkozy promet un fort soutien public à travers un tarif d'achat de l'électricité produite maintenu jusqu'en 2012, un état exemplaire pour ses bâtiments et confirme le soutien en direction de la biomasse et du bois-énergie annoncé fin mai. En contrepartie, il veut des emplois : on fait le choix sans retour de développer les énergies renouvelables, on vous garantira les prix mais on veut que des emplois soient créés dans notre pays.

Le Président souhaite également organiser des Etats généraux des énergies renouvelables et demande pour cela à son ministre du développement durable Jean-Louis Borloo et à sa secrétaire d'état à l'écologie Chantal Jouanno de revoir tous les dispositifs de soutien aux énergies renouvelables, les procédures et de décider dans trois mois celles qui s'avèrent obsolètes et celles qu'il faut pérenniser.

Effet d'annonce ?

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) se prépare à participer activement aux Etats Généraux des énergies renouvelables annoncés par le Président de la République. Selon l'organisation professionnelle qui regroupe des industriels des filières énergies renouvelables, ceux-ci permettront de développer plus vite encore les différentes filières.

Pour Agir pour l'environnement, la visite du Président à l'INES ressemble à du Greenwasching : durant plus de deux ans, le Chef de l'Etat aura eu pour seule ambition de vendre des réacteurs nucléaires à tout ce que compte la planète de dictateurs et chefs d'Etat autoritaires. A cet égard, une simple visite présidentielle ne saurait servir de solde de tout compte et faire oublier que Nicolas Sarkozy est avant tout et depuis longtemps un VRP du lobby nucléaire. L'association appelle donc le Président de la République à renoncer à la construction des deux EPR inutiles et coûteux, seul moyen réel et sérieux d'atteindre nos objectifs européens en matière de développement des énergies renouvelables.

Du côté des Verts, on émet des doutes quant à la capacité de financement des belles paroles gouvernementales. Dans un contexte de déficit budgétaire aggravé par la crise financière et économique, le parti écologiste s'interroge sur l'endroit où trouver les milliards pour les renouvelables si l'on maintient les financements faramineux destinés à la construction de nouvelles centrales EPR.

Réactions4 réactions à cet article

 
Donc le nucléair n'est pas une énergie propre

Le président reconnait implicitement que le nucléaire ne fait pas partie des énergies propres, c'est une bonne chose.
Pourquoi alors ne pas dépenser 2 euros sur ''la recherche sur les technologies propres et la prévention des atteintes à l’environnement'' au lieu d'un seul ?

flo | 10 juin 2009 à 14h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
aucune energie n'est absolument propre

Les énergies renouvelables type solaire ou éolien sont capables de produire largement plus d'énergie qu'il en a fallu pour fabriquer le dispositif (panneau solaire ou éolienne). Néanmoins il reste, issue de la fabrication du dispositif, un coup environnemental par watt produit.(émission de gaz a effet de serre, déchet chimique...) Bref aucune façon de produire de l'énergie n'est propre. Il s'agit de les comparer entre elles.

Hubert-Felix Thiéfaine | 11 juin 2009 à 01h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Absolument pas...

Le nucléaire n'est certainement pas une énergie propre; à tout le moins ce n'est pas une énergie verte, loin s'en faut. Effectivement, c'est une forme d'énergie dont on doit se séparer, et plus tôt que tard. Il faudra quand même conserver les réacteurs nucléaires (et ne pas en construire de nouveaux) le temps que durera la transition vers les EnR. Sarko a admis que le fait de se lancer tête baissée dans l'aventure du nucléaire a été une erreur historique pour la France. Eh bien, si l'Hexagone a erré une fois en la matière, il ne faudrait pas récidiver. Quand votre président a annoncé qu'il reculait sur la construction du troisième réacteur nouvelle génération, vous avez accueilli ses propos comme si c'était une bonne nouvelle. La bonne nouvelle aurait été l'abandon du projet de construction des 3 réacteurs nouvelle génération. Comme pour tous les réacteurs nucléaires il y a des risques d'accidents et la façon de disposer des déchets nucléaires pose problème. Alors quand Sarko a dit qu'il souhaitait consacrer autant d'efforts pour développer les énergies renouvelables que pour le nucléaire, je n'ai pas reçu le message comme étant une bonne nouvelle. J'aurais souhaité qu'il nous dise qu'il allait diriger la presque totalité des nouveaux efforts vers les EnR.

denlaf | 11 juin 2009 à 01h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Assez de pipeau !

Qu'on arrête de nous "balader" ! Les US vont dépenser 300 milliards, la Chine 300 milliards, la Corée du sud 100 milliards pour les énergies propres, alors la France avec ses 2 ou 3 milliards...Il y a de quoi produire 2500 fois les besoins énergétique avec la géothermie profonde selon le M.I.T. au US ! Après on s'étonnera encore qu'on perd des emplois. Mettez des gens compétants, des scientifiques aux responsabilités, cela ira beaucoup mieux pour ce pays. Exit les avocats, les juristes, les technocrates, les courtisants...

mathias | 11 juin 2009 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager