En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Autoconsommation photovoltaïque : l'Etat veut montrer l'exemple

Le ministre de l'Ecologie a inauguré le 24 janvier un démonstrateur de production d'énergie solaire à la DRIEA à Paris. Objectif : montrer l'exemple en matière d'économie d'énergie. Mais le résultat laisse à désirer. Reportage

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com

C'est une première pour un bâtiment de l'Etat. Un démonstrateur de production électrique à base d'énergie solaire baptisé Lumiollis a été inauguré par Philippe Martin, ministre de l'Ecologie, dans les locaux du site Miollis de la Direction régionale et interdépartementale de l'Equipement et de l'Aménagement dans le 15ème arrondissement de Paris.

Il s'agit d'un dispositif d'autoconsommation électrique destiné à l'éclairage d'un étage du bâtiment public. Il est composé de 26 mètres carrés de panneaux solaires, d'un système de stockage utilisant des batteries Lithium-ion, associés à une gestion intelligente de la charge-décharge. Lumiollis couvre 65% des consommations d'éclairage. Quand les batteries se déchargent et que la production locale n'est plus suffisante, le réseau électrique EDF prend le relais. Couplé avec des éclairages Led et un système d'extinction automatique, le démonstrateur permet une réduction de la consommation liée à l'éclairage de 75%. Au bout d'un an, si les prévisions sont concluantes, il alimentera le reste du bâtiment.

Mais se pose la question de l'utilité d'une telle installation dans un bâtiment où la majeure partie de la consommation d'énergie n'est pas liée à l'éclairage. En outre, en hiver, la batterie est tout le temps déchargée alors que la consommation est importante. A l'inverse en été, la batterie est rempli mais l'énergie stockée n'est pas pour autant valorisée. Dans ce cas, l'autoconsommation a-t-elle réellement un sens ? Injecter l'énergie solaire stockée dans le réseau ne serait-il pas plus approprié ?

L'Etat lui, a lancé une concertation sur l'autoconsommation qui pourrait déboucher sur une loi. Se dirige-t-on vers une prime à l'autoproduction au détriment du raccordement réseau ? En Allemagne, plus de 70% des installations fonctionnent sur ce modèle.

Réactions13 réactions à cet article

 

Ce n'est pas, sauf cas particuliers, le bon modèle comme l'a démontré Hepsul ! Il vaut mieux des centres de stockage régionaux. Par contre c'est rentable pour les marchands de batteries à l'unité, çà on a compris ! De plus il faut impérativement passer aux panneaux et tuiles solaires HYBRIDES qui produisent électricité, eau chaude, chauffage et captent près de 100% de l'énergie solaire, ce n'est guère plus cher et bcp plus vite amorti (Dualsun, Fototherm, Tractile Solar, Tegola Solar etc). Il existe même des composants de toiture complets avec charpente, isolation, solaire PV et thermique intégrés, fabriqués à la chaîne en usine, c'est très performant, très résistant, joli, moins coûteux et optimal !

Energie+ | 30 janvier 2014 à 05h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Allemagne 70% d'autoconsomation" ??? oui mais au sens de ce qu'évoque Marc (Le réseau fait le tampon).
Nota : L'autoconsomation à du plomb dans l'aile en Allemagne puisque Gabriel (le Martin Allemand) à le projet de mettre en place l'équivalent de la CSPE sur les instal. de plus 10kW

JEAN-MARC ROBIN | 30 janvier 2014 à 07h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas bien certain qu'on puisse parler d'auto consommation quand on a d'une encore besoin du réseau et de deux quand on ne souhaite que fournir l'électricité de l'éclairage (autrement dit rien du tout avec des LED).
Au prix des panneaux solaire, l'amortissement (on va pas encore parler de rentabilité) doit être long. Tres long. trop long ?

Terra | 30 janvier 2014 à 08h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous dites que l'été, l'électricité n'est pas valorisée : les usagers de la DRIEA n'ont pas de PC ? ni de serveurs qui tournent en permanence ? il n'y a aucune climatisation ni VMC ?
En été, dans les locaux tertiaires, de nombreux usages permettent de consommer un "talon de consommation élec" autoproduite", surtout par 27 m²de PV, donc de l'ordre de 3 kW de puissance résiduelle ...

fbaguet | 30 janvier 2014 à 08h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore de l'argent gaspillée !
L'Etat non montre son incapacité à aller de l'avant vite et bien avec les ENR !
Avec une telle incompétence, ça ne laisse rien de bon à espérer pour les lois en cours de réflexion pour sauver le PV en France ! A moins que pour la première fois, l'état suive à la lettre les recommandations de Hespul ou du GPPEP !

Roro | 30 janvier 2014 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ah un bel exemple de l'énorme retard que peuvent avoir certains services de l'état : une autoconsommation inutile (il est en effet préférable de convertir l'électricté en 220V et ne vendre que le surplus par ex) et couteuse (investissement et entretien).
Merci du coup de pub, j'espère que cela ne passera pas les frontières, sinon on pourra toujours tenter de dire que ce projet a démarré en 1990 mais que les coupes budgetaires l'ont repoussé. ça devrait passer comme excuse :-)

champvi | 30 janvier 2014 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

un bâtiment bien isolé, un chauffage réduit non électrique,un comportement responsable des occupants, et on devrait y voir plus clair même en hiver, le solaire n'est pas LA solution mas une des solutions.

lio | 31 janvier 2014 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour des non spécialistes, tout cela est incompréhensible, beaucoup trop technique et on ne croit plus les experts

naptes | 31 janvier 2014 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Terra et … à d'autres.
Ce ne sont pas les panneaux solaires qui sont trop chers. C'est l'énergie (pétrole, électricité, gaz naturel, gaz et pétrole de schiste, charbon, etc.) qui est trop bon marché. Mais cela ne nous concerne pas trop. Ce sont nos petits enfants (dans une petite centaine d'années ?) qui en vivront les conséquences et pourront maudire leurs ancêtres de ne pas avoir réagit plus tôt et plus rapidement à l'épuisement des ressources qui s'annonce.

Jean-Claude HERRENSCHMIDT | 31 janvier 2014 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut de suite mettre les chose au clair il ni a pas de solution parfaite pour le solaire photovoltaïque .

l'injection réseau est limité de par la taille des câblages ERDF et par le faite que la production solaire maximal n'a pas lieu pendant les pics de consommation . de plus si une coupure edf survient l'installation ce coupe automatiquement ( norme vde 0126-1) donc plus d’électricité alors qu'ont a des panneaux !!!

l'autoconsommation n'est pas parfaite non plus mais a ces avantages
en cas de coupure il y a toujours l’électricité ( pas de perte de nourriture en cas de congélateur et frigo) et la production de la journée est stocké et consommé au besoin . le seul inconvénient est le stockage de l'électricité justement les batterie étant "chères" mais d'autre solution de stockage plus écolo mériterai qu'on si penche stockage a base d'air comprimé ou d'eau .

j'ai chez moi une installation de 3kw en autoconsommation avec batterie et j'alimente TOUT mon appartement (frigo , écran led 150cm , machine a lavé et lave vaisselle en ayant branché une arrivé d'eau chaude et débranché les résistance électrique.)

donc il est vrai qu'alimenté quelque pauvre lampes a led avec 3kw c'est n'importe quoi .

clark | 02 février 2014 à 20h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Mr ROBIN
Bonjour
Voici les sources que vous réclamez
https://www.actu-environnement.com/ae/news/autoconsommation-photovoltaique-tarifs-achat-prime-19871.php4

@FBAGUET
Si vous lisez ou regardez le reportage vous comprendrez que l'installation n'est destinée qu'à l'éclairage. Donc non, les PC, la climatisation...ne sont pas alimentés par le PV.
Merci
Marie Jo Sader

marie jo sader | 03 février 2014 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Alors au lieu d'utiliser le courant continu pour l'éclairage (en plein jour) pourquoi le pas chauffer de l'eau sanitaire qui doit toujours être en demande ? les transferts courant continu en courant alternatif sont toujours assortis d'une perte énergétique et en plus très difficile a gérer.

phildar | 03 février 2014 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

A voir vos commentaires, je crois que vous n'imaginez pas la consommation électrique que représente ne serais-ce que l'éclairage d'un tel bâtiment... même lorsque les journées sont longues (mois de juin). Il y a plusieurs kW de consommation instantanée en lampe LED que les 4.5kWc de l'installation solaire ne suffise même pas à alimenter complètement et c'est pourquoi elle est secourue par le réseau. De plus il ne faut pas confondre avec les besoins d'un lieu d'habitation, la demande en eau chaude sanitaire dans des bureaux est très limitée. Il faut savoir également qu'aujourd'hui les installations de revente de surplus avec batterie (vente de l'énergie uniquement lorsque les batteries sont pleines et que la production est supérieure à la consommation) sont interdites en France. Et je pense que c'est sur l'aspect légal et normatif qu'il faut aujourd'hui travailler dans notre pays.

Toto | 10 juillet 2014 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…