En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cancer du cerveau : trois fois plus de risque à long terme à cause des téléphones portables

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Une étude suédoise, publiée fin septembre dans la revue "International Journal of Oncology", démontre une multiplication par trois des risques de tumeur du cerveau, au-delà de vingt-cinq ans d'utilisation de téléphones portables et de téléphones sans fil.

Cette étude confirme "les résultats antérieurs d'une association entre l'utilisation du téléphone mobile et sans fil et tumeurs cérébrales malignes". Ces résultats appuient l'hypothèse selon laquelle "les champs électromagnétiques de radiofréquence jouent un rôle à la fois dans l'initiation et les étapes de promotion de la cancérogenèse", indique l'équipe de chercheurs dirigée par Lennart Hardell. Les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avaient en effet classé en mai 2011 les champs électromagnétiques liés à l'usage du téléphone mobile comme "cancérogènes possibles pour l'homme'', après avoir analysé des études démontrant déjà un risque accru de gliome, un cancer du cerveau.

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié une population âgée de 18 à 75 ans dont le cancer a été diagnostiqué entre 2007 et 2009 (593 malades). Une population-témoin contrôlée sur les critères d'âge et de sexe a été sélectionnée (1.368 personnes). Cette étude révèle un risque accru de 80% du cancer du cerveau entre 1 à 5 ans d'utilisation. Ce risque pourrait doubler après 20 ans et tripler au-delà de 25 ans. Le nombre total d'heures d'usage de ces téléphones est jugé aussi important que le nombre d'années d'utilisation. Pour tous les types de téléphones, le risque le plus élevé a été trouvé après 2.376 heures."Cela correspond à environ 40 min de l'utilisation du téléphone sans fil par jour pendant 10 ans", indique l'étude. Le risque de cancer du cerveau s'avère également plus élevé lorsque la tumeur est localisée du même côté de la tête que le portable utilisé.

Pour Janine Le Calvez , présidente de l'association Priartem : "Ces résultats doivent inciter plus que jamais les responsables de la santé à informer largement la population des risques associés à l'usage du portable et plus généralement à l'exposition aux radiofréquences". L'association demande que "cette information soit diffusée avant les fêtes de fin d'année, occasion traditionnelle d'achats de portables, notamment pour les enfants qui constituent une population particulièrement vulnérable".

Réactions3 réactions à cet article

 

40 minutes par jour pendant 10 ans présentent donc un risque. Si on revenait davantage au bon vieux téléphone fixe? Un grand nombre de personnes abandonnent progressivement le téléphone fixe estimant que le "mobile" le remplace beaucoup mieux. C'est donc une ERREUR, il faut n'utiliser le mobile que sur des durées les plus brèves possibles puisque l'effet serait cumulatif. Remarquons toutefois que cette étude concerne, semble-t-il, l'usage en tant que téléphone donc posé sur une oreille. La consultation d'internet ne présente pas ces risques: le "mobile" étant placé a distance de la tête. Enfin les fonctions radio, balladeur et photo ne sont pas concernées bien qu'elles soient trés répandues.
Le critère souvent employé de D.A.S. n'apporte aucune garantie pertinente comme le montre une réflexion sur le thème "émission-réception entre le mobile et l'antenne distante": Il faut pouvoir agir sur les 2 extrémités de la liaison quand le DAS ne concerne que le téléphone.

ami9327 | 08 octobre 2013 à 17h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le risque majeur du téléphone portable n'est pas celui-là.
C'est de conduire avec !

gattaca | 09 octobre 2013 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

mon dieu j'ai 31 ans et j'ai une tumeur cérébral depuis 2008 soit 5 ans apres avoir acquis un téléphone mobile!

yoyo | 10 janvier 2014 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…