En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Captures d'oiseaux : la Commission européenne adresse un avis motivé à la France

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Les explications données par la France sur le maintien de certaines méthodes de capture des oiseaux n'ont manifestement pas convaincu la Commission européenne. Celle-ci lui a adressé, le 2 juillet, un avis motivé pour qu'elle se mette en conformité avec la directive du 30 novembre 2009 sur la conservation des oiseaux sauvages.

« L'Europe abrite plus de 500 espèces d'oiseaux sauvages, mais au moins 32 % des espèces d'oiseaux de l'UE ne sont pas actuellement en bon état de conservation et, en France, parmi les 64 espèces pouvant être chassées, seules vingt présentent un bon état de conservation », rappelle la Commission européenne. Or la France a autorisé plusieurs méthodes non sélectives de capture qui sont interdites par la directive : colle pour les grives, filets et pièges pour les alouettes et les pigeons, etc. Si des dérogations sont prévues par la directive, les conditions strictes qu'elle fixe pour les mettre en œuvre, comme le bon état de conservation des espèces en cause, ne sont ici pas réunies. L'exécutif européen pointe aussi l'autorisation généralisée de la chasse à l'oie cendrée après le début de sa migration vers les sites de reproduction.

La France avait été mise en demeure par la Commission il y a tout juste un an pour les mêmes motifs suite à une plainte déposée par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Mais Paris n'a pas obtempéré. D'où cet avis motivé qui pourrait être suivi d'une saisine de la Cour de justice de l'UE si le Gouvernement ne s'y conforme pas dans un délai de trois mois. Ce qui est fort probable si le ministère de la Transition écologique publie les projets d'arrêtés qui sont actuellement soumis à la consultation du public. « Strictement identiques à ceux de l'année précédente, ils prévoient d'autoriser à nouveau pour la campagne de chasse 2020-2021 la capture de 156 030 oiseaux sauvages dans les conditions que dénonce la Commission européenne », s'indigne la LPO.

Réactions3 réactions à cet article

 

La passion d'une petite minorité coûte très cher à la biodiversité et aux contribuables de l'Etat français au regard des procédures en justice perdues d'avance qui se s'enchaînent. Les "grands" décideurs au sein des ministères, de Matignon, de l'Elysée et dans les préfectures qui permettent la pérennité de ce hold-up de la biodiversité enfoncent chaque année d'avantage la France. Cette attitude de déni des faits (la biodiversité est aussi mise à mal par la chasse) et de mépris de la demande de l'immense majorité des citoyens (considération vis-à-vis de la nature) est porteuse de très vilains fruits à long terme.
Tant que ces actes illégaux pris en toute conscience des faits n'aboutiront pas à des sanctions personnelles pour les fonctionnaires fautifs, il n'y a aucune raison que la pathétique litanie prenne fin.

Pégase | 04 juillet 2020 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La France est la honte de l'Europe ,mais qui le sait en dehors des cercles écologistes ? On attend la grande presse sur le sujet , elle semble bien timide ou alors elle craint de contrarier un lectorat pourtant souvent plus sensible au sort des animaux qu' à la manie perverse des massacreurs d'oiseaux .

sirius | 06 juillet 2020 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On tombe pile poil avec un état centralisateur, l'Europe qui est bien pire et la haine de toute culture régionale, franchement dans nos régions nos mouvements autonomistes ne cessent pas d'avoir raison, si ce sont des abus, moi c'est pas mon truc, ça doit passer par la région et non par Paris.
Et puis si l'île de France a perdu toute racine, à commencer par sa langue que vous ne parlez plus, qui espinche l'arkmuch des gas d'barrière maintenant, ou le louchébem!
ben il faut laisser les traditions perdurer et si ça fait des centaines d'années que les chasseurs attrapent les oiseaux, ils auraient déjà tous disparu, c'est qu'ils ne prennent pas tout.

pemmore | 06 juillet 2020 à 18h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager