Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lancement d'une commission d'enquête parlementaire sur "la mainmise sur l'eau par les intérêts privés"

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Lancement d'une commission d'enquête parlementaire sur "la mainmise sur l'eau par les intérêts privés"

« Le groupe France insoumise a décidé de faire fonctionner son droit à lancer une commission d'enquête et cette année nous avons choisi le thème de l'eau », a indiqué Jean-Luc Mélenchon. Le président de La France insoumise (LFI) a annoncé mercredi 3 février le lancement de la commission d'enquête parlementaire relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences. « Cette commission réaffirme que l'accès à l'eau et l'assainissement est le défi du siècle. L'accès à l'eau est mis en danger par le réchauffement climatique mais aussi par son accaparement par des multinationales », a affirmé Mathilde Panot, député la France insoumise du Val-de-Marne et future présidente de la commission d'enquête.

Cette initiative s'inscrit notamment dans la continuité de la proposition de loi du groupe en janvier 2018 qui visait à faire de l'eau un droit inaliénable. Proposition aujourd'hui renvoyée en Commission des lois constitutionnelles. « Le cycle de l'eau est brisé par l'artificialisation du sol (…) Un second problème est sur la question de la qualité : nous nous rendons aveugles sur les métabolites dans l'eau potable, liés à la présence de pesticides dans les nappes, a noté Loïc Prud'homme, co-auteur de deux rapports parlementaires sur la question. La problématique de l'eau est technique mais doit être réglée par un abord politique ».

Dans un contexte de tension sur la ressource, le groupe déplore également la privatisation à prévoir des barrages. « Nous pensons auditionner des acteurs tels que Veolia, Suez, Danone, Nestlé, des experts mais également les ministères, les agences de l'eau et les autorités organisatrices, pour comprendre le rôle que prend l'État dans cet accaparement de l'eau par des entreprises privées », a précisé Mathilde Panot. La députée souhaite accorder une attention particulière aux cas identifiés en Outre-mer. La commission devrait également se pencher sur le projet de rachat de Suez par Veolia.

Réglementairement, une commission d'enquête comprend des parlementaires de tous les groupes, dans la limite de 30 députés et de 21 sénateurs et doit durer six mois au maximum.

Le groupe LFI compte sur une remise des résultats des travaux en juillet.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il serait intéressant d'ouvrir le dossier du SIAAP pour voir. Chiche, les décrypteurs ?

Albatros | 04 février 2021 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai vu récemment le camion de Véolia tourner dans le coin, c'est terrifiant de passer à des multinationales des systèmes qui n'en n'ont jamais eu besoin.
Et aucune consultation des victimes, glup's clients.
Et combien ça va nous coûter?
Payer plus cher pour un service qui n'est pas rendu, sur mon terrain de loisirs pour réouvrir le compteur est demandé 1000 €
soit 4000 bouteilles d'eau venant de l'usine Cristaline.

pemmore | 04 février 2021 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'accès à l'eau potable est une question fondamentalement politique. Certaines villes d'Amérique du Sud l'ont fort bien compris en chassant nos multinationales tricolores (Suez en particulier) de la gestion de leurs réseaux.

Tonton Albert | 05 février 2021 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

REWATEC, solution simple de gestion autonome de l'eau de pluie Premier Tech Eau et Environnement