En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cour des comptes européenne : « les aides à la rénovation ne ciblent pas les travaux les plus rentables »

Bâtiment  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

« La rentabilité n'est pas un facteur déterminant lors de l'affectation de fonds publics à des mesures en faveur de l'efficacité énergétique des bâtiments résidentiels ». C'est, en résumé, le constat réalisé par la Cour des comptes européenne après avoir étudié les programmes financés par l'UE dans cinq États membres (la Bulgarie, la Tchéquie, l'Irlande, l'Italie et la Lituanie). Or selon les auditeurs, il faudrait que chaque euro soit investi dans des travaux réellement efficaces avec des économies d'énergie à la clef.

Dans leur rapport, les auditeurs épinglent surtout les autorités nationales des États membres, qui, selon eux, ne sélectionnent pas les projets les plus rentables : « Elles ne déterminent pas toujours la consommation d'énergie initiale, les économies d'énergie potentielles et les besoins d'investissement. En outre, les autorités nationales n'encouragent pas les rénovations lourdes alors qu'elles auraient les moyens de le faire, par exemple en rehaussant le taux d'aide pour ces travaux. » Par conséquent, la Cour des comptes recommande aux États de mettre au point des programmes d'aides qui prévoient la planification et le ciblage des investissements, des procédures de sélection des projets au lieu du principe du « premier arrivé, premier servi », et le suivi de la progression vers les objectifs d'efficacité énergétique de l'Europe.

Pour la période 2014-2020, l'UE a alloué environ 14 milliards d'euros à l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments, dont 4,6 milliards d'euros aux bâtiments résidentiels. À cette somme s'ajoutent 5,4 milliards d'euros de cofinancement national affectés par les États membres à l'amélioration de tous types de bâtiments, dont environ 2 milliards pour les bâtiments résidentiels.

Réactions5 réactions à cet article

 

Bonjour ! est ce une lueur d’espoir pour les investissements ne répondant pas la seule rentabilité financière ? A+

DAOUD | 30 avril 2020 à 09h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je plains l'état et les aides européennes ou cet argent ne sert qu'à remplir la poche d'artisans peu scrupuleux, comme cette opération à 1€ calculée sur une base de 20 € le m2 transformée en 40 € par effet d'aubaine, en rajoutant le mépris de nos compétences propres, nous tout ce qu'on souhaiterait: le remboursement des plaques et colle d'isolants, c'est quelque part le mépris d'énarques envers le petit peuple :vous n'êtes que des ânes bâtés avec 2 mains gauches! Coller des plaques au plafond trop trop dur!
Fallait pas envoyer tout le monde au bac, prendre des décisions aussi stupides que depuis 4 mois on ne sait pas faire.Malgré tout les études n'ont pas réussi à ôter notre bons sens.

pemmore | 30 avril 2020 à 09h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tous les travaux engagés devraient d'abord être examinés sous l'angle du meilleur bénéfice/ coûts. Nous en sommes très loin y compris en France.
Dans tous les cas, inutile de viser l'inaccessible norme BBC qui coûterait une fortune.

Lion | 30 avril 2020 à 14h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour ! c quoi bénéfice/coût ? le bénéfice est ce la protection de la planète a sa part ? quid du dérèglement climatique qui lui cause autant, si non plus, de dégât pour la vie sur terre: flore, faune et l'Humanité ?
pour le coronavirus, les recherches pour son confinnement seraient en cours. A+

DAOUD | 01 mai 2020 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le problème est que ces aides se sont transformées support de développement de filières d'entreprises véreuses qui profitent de cette manne sans avoir les compétences pour faire les travaux, les consommateurs sont les dindons de la farce et l'Etat aussi, mais il s'en fout et laisse faire. Je suis très bien placée , après avoir eu affaire à une entreprise d'escrocs et deux architectes incompétents, avec trois procès à la clef dont deux perdus, pour savoir qu'il n'y a aucune sanction contre ces patrons défaillants et surtout mal intentionnés(liquidations judiciaires) On laisse proliférer les malfrats et les normes ne sont, de toutes façons, pas suffisantes pour assurer une isolation adaptée des bâtiments.

gaïa94 | 04 mai 2020 à 11h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager