En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Démantèlement nucléaire : l'ASN souligne les fragilités de la stratégie du CEA

L'Autorité de sureté doute que les moyens du CEA soient à la hauteur de sa stratégie de démantèlement. De plus, l'absence de perspective sur les réacteurs de quatrième génération pourrait imposer de requalifier des matières radioactives en déchets.

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
Démantèlement nucléaire : l'ASN souligne les fragilités de la stratégie du CEA

Comme sur d'autres chantiers, le démantèlement des installations du CEA n'est pas un long fleuve tranquille. L'institut de recherche a deux programmes de grande ampleur sur ses centres de Marcoule (Gard) et de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). Des installations consacrées au nucléaire civil et militaire. Après examen de la stratégie proposée par le CEA pour les 15 prochaines années, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et son homologue en charge des installations nucléaires militaires (ASND) jugent que cette dernière ne garantit pas une réduction effective des risques à court terme et présente plusieurs "fragilités". En outre, les deux autorités s'interrogent aussi sur le devenir de certaines matières jugées valorisables par le CEA, mais qui pourraient rapidement être considérées comme des déchets faute de perspective d'utilisation réaliste. Les deux autorités "ont donc fait plusieurs demandes au CEA visant à limiter ces fragilités, à consolider sa stratégie et à préciser le calendrier de réalisation", dans un courrier endu public le 24 juin.

Des moyens financiers et humains insuffisants

Les autorités estiment tout d'abord qu'"au vu des calendriers prévisionnels présentés, même en l'absence d'aléas et de retards sur les projets, la réduction des risques ne sera pas effective avant, au mieux, une dizaine d'années". Le problème de délai concerne essentiellement la reprise et le conditionnement des déchets radioactifs anciens. Ces opérations, jugées prioritaires en termes de réduction des risques, nécessitent de construire de nouvelles installations. Mais, les deux autorités "[s'interrogent] sur la robustesse du plan d'action [du CEA] et les moyens disponibles, tant humains que financiers, pour traiter au plus tôt l'ensemble des situations présentant les enjeux de sûreté ou les nuisances pour l'environnement les plus importants", peut-on lire dans le courrier adressé au CEA.

Les deux autorités constatent aussi "plusieurs fragilités" dans la stratégie du CEA. Ces fragilités sont liées à la mutualisation entre centres, pour la gestion des effluents radioactifs aqueux ou des déchets radioactifs solides, par exemple. Dans ces conditions, le CEA ne disposerait, pour certaines opérations, que d'une seule installation. "Cette stratégie induit, d'une part, une forte augmentation du nombre de transports et, d'autre part, de fortes incertitudes relatives à la disponibilité des installations (…), ainsi que des emballages de transport".

Vers une hausse des volumes de déchets à gérer

Enfin, les deux autorités notent aussi des incertitudes concernant la gestion des combustibles usés et certaines matières irradiées. Le sujet concerne tout d'abord des combustibles usés expérimentaux que le CEA prévoit de retraiter dans l'usine de La Hague. Mais cette stratégie soulève des doutes : est-il sérieusement envisageable de se lancer dans la création d'une unité dédiée à La Hague, demande en creux l'ASN et l'ASND, s'appuyant sur l'avis de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Faute de solution réaliste, le CEA envisage de construire un site d'entreposage à sec "de longue durée" dans l'attente d'une solution définitive.

Le second sujet concerne les matières nucléaires civiles non irradiées que le CEA entendait valoriser dans un parc de réacteurs à neutron rapide dits de quatrième génération. Mais cette stratégie bute sur le développement d'un nouveau surgénérateur, dont le projet est semble-t-il à l'arrêt, voire abandonné. Les deux autorités notent sobrement que "les perspectives d'engagement sont peu claires". Elles demandent donc au CEA d'envisager une requalification de ces matières en déchets radioactifs une fois la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) publiée.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'utopie électronucléaire aurait-elle vécu ? Les démiurges de l'atome fissible ne seraient-ils donc rien de mieux au final que des colosses aux pieds d'argile ? L'atterrissage depuis les cieux éthérés de la toute puissance s'annonce manifestement bien plus ardu que prévu par les calculs d'EDF/COGEMA-Areva-Framatome (que de changements de noms pour le même machin aussi dispendieux qu'hasardeux !) et les prévisions des divers et successifs cabinets ministériels feutrés.
Ah, comme l'ASN se montre sans pitié pour ce "fleuron technologique français" (tiens, on l'entend d'ailleurs un peu moins depuis quelques temps, cette petite rengaine de communiquant... Curieux) !
Il est grand temps de mettre un terme à cette mascarade.

Pégase | 28 juin 2019 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Déjà, le CEA n'a pas réellement de stratégie : c'est un organisme d'état dont l'équipe dirigeante actuelle a été nommée par le gouvernement avec une lettre de mission en accord avec la PPE, c'est à dire, baisser le nucléaire voire en sortir quelles qu'en soient les conséquences (on n'a pas de plan-B). Et donc, oui, on a entendu que le CEA a décidé l'arrêt du projet ASTRID, pour se consacrer à des études de R&D sans réelle finalité. Et c'est un gâchis sans nom, de compétences et de matières disponibles. Mais le politique n'est pas à ça près...

dmg | 02 juillet 2019 à 08h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…