En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vers le déploiement d'une météo du CO2 comme outil d'évaluation des politiques territoriales ?

Un suivi fin des émissions de dioxyde de carbone pourrait appuyer les initiatives territoriales. Cette méteo du climat pourrait notamment être mise en oeuvre à Paris.

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Vers le déploiement d'une météo du CO2 comme outil d'évaluation des politiques territoriales ?

Permettre à la fois d'évaluer finement les politiques territoriales de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), de sensibiliser les habitants d'un territoire et potentiellement de dégager des sources de financement :  ce sont les ambitions portées par les concepteurs d'une météo des émissions de dioxyde de carbone.

« Nous disposons d'un objectif quantifié de se maintenir en dessous de la barre des 480 ppm [particules par millions équivalent CO2] à l'horizon 2100 pour limiter le réchauffement à 2 °C, a pointé Michel Gioria, Directeur régional de l'Ademe Ile-de-France, à l'occasion d'une rencontre organisée par l'association des journalistes de l'environnement. Nous devons pouvoir mesurer finement les évolutions ».

Le problème ? Les données disponibles et exploitées pour les bilans CO2 remontent très souvent à deux à trois ans auparavant et présentent d'importantes incertitudes.

« Une barre d'erreur de 20 à 30 % ce n'est pas trop mal, a indiqué Thomas Lauvaux, chercheur sur la modélisation atmosphérique des GES au laboratoire des sciences du climat et l'environnement (LSCE). Mais avec celle-ci nous ne pouvons pas suivre les effets de politiques publiques qui, par exemple, veulent diminuer de 30 % leurs émissions ».

Ce constat a conduit une start-up française Origins.earth à travailler sur le sujet en partenariat avec le LSCE. L'initiative est également soutenue par l'Organisation météorologique mondiale, l'Ademe, l'Afnor et le National institute of standards and technology (Nist) américain avec l'appui financier du groupe Suez et de l'initiative public-privé Climate Kic.

Pour élaborer une météo du dioxyde de carbone à l'échelle urbaine, l'idée est de prendre en compte l'ensemble des informations sur les émissions. L'outil développé intègre ainsi des données du territoire sur les émissions de CO2, des mesures de concentration en continu du CO2 par des capteurs mais également des informations météorologiques comme la température, la direction des vents, etc.

Paris apporte un soutien technique et opérationnelle

Cette initiative a séduit la métropole de Paris. « Les villes sont certainement le meilleur territoire d'actions, car elles sont responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre, a pointé Célia Blauel, adjointe à la marie de Paris en charge du plan climat. C'est dans ce contexte que nous nous sommes associés à ce projet, pour affiner nos outils de compréhension et de pilotage ».

Les partenaires travaillent aujourd'hui à l'élaboration d'un indice carbone pour communiquer. Parmi les pistes : un indice brut de type valeur métrique (ppm), un indice de tenue de la trajectoire fixée ou une visualisation cartographique des émissions, mensuelle et accessible en ligne.

« Nous pourrons suivre les conséquences d'un programme, a souligné Fouzi Benkhelifa, Directeur d'Origins.earth, à l'initiative du projet. Mais également apporter aux habitants une nouvelle façon de se représenter les choses ».

 
Les villes sont certainement le meilleur territoire d'actions, car elles sont responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre.  
Célia Blauel
 
Les concepteurs ont ainsi évalué l'impact de la limitation à 19°C de la température de chauffage des habitats franciliens. « La diminution des émissions de dioxyde de carbone attendue représente les volumes captés par une surface boisée équivalente à la moitié de la surface de l'Île-de-France », remarque-il.

Les partenaires comptent désormais sur une standardisation de l'outil pour le développer. Et espèrent des évolutions lors de la COP 25 en décembre 2019 pour permettre une valorisation financière des économies de dioxyde de carbone pour les collectivités. Ce bulletin météo pourrait en effet faire office de « preuve ».

« Des villes ont perçu moins de 1 % des crédits carbone. La quasi totalité est captée par des industriels : il est plus simple de mesurer les émissions d'une cheminée que d'un territoire. Si la mesure d'action collective entre dans la boîte à outils de la mise en œuvre de l'accord de Paris, les villes gagneront un modèle économique », a projeté Fouzi Benkhelifa.

Réactions3 réactions à cet article

 

Bonne initiative. Juste une remarque. comment allez-vous distingué 1 ppm de CO2 provenant d'un procédé utilisant de la biomasse ou des déchets par exemple, donc 1 ppm "renouvelable" ? J'en profite pour dire que les contrôles des émissions polluantes demandent beaucoup de moyens humains et que nous n'en avons pas

chocho | 23 octobre 2019 à 12h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où l'on constate que le céhodeux en lui-même n'est pas un polluant car il n'y a aucune différence chimique entre fossile et non-fossile.
Le céhodeux est un nutriment indispensable des plantes et une composante permanente de l'air que nous respirons, tout comme l'oxygène, l'azote, l'argon, etc.
Ces instruments sont déployés par pur opportunisme commercial des fournisseurs qui profitent de l'analphabétisme scientifique de nos élus, très souvent mal conseillés par des militants souvent malhonnêtes...
composition de l'air: 78,08% diazote ; 20,95% dioxygène ; inférieurs à 1% d'autres gaz dont : gaz rares principalement argon 0,93%, néon 0,0018% (18 ppmv), krypton 0,00012% (1,1 ppmv), xénon 0,00009% (0,9 ppmv), dioxyde de carbone 0,04% (412 ppmv).
Le Céhodeux dont on voit les molécules tuer notre planète : 412 ppmv. C'est effectivement une apocalypse !
Vite, un sommet de la terre !
Allez, bonne journée à tous.
le méthane 0,000187 % (1,87 ppmv en 20198).

Albatros | 23 octobre 2019 à 15h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est gonflé de mettre ça dans une rubrique "énergie" !
Vous n'auriez pas une rubrique "Foutage de gueule ?"
Merci !

Albatros | 23 octobre 2019 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager