Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une étude revoit à la baisse la quantité de plastiques rejetés dans les océans

Déchets  |    |  F. Bénard

Les quantités de plastiques rejetés dans les océans pourraient être plus faibles que prévu, à l'inverse de celles de déchets flottants présents dans le milieu marin. Ce sont les résultats d'une étude (1) publiée ce lundi 7 août dans la revue Nature Geoscience, réalisée à partir de modélisations de données issues de différents réservoirs marins : côtes, surfaces et profondeurs des océans.

Les chercheurs estiment l'apport total de plastique marin – dû principalement aux activités de pêche, puis aux côtes et aux rivières – à 500 000 tonnes par an (entre 470 000 et 540 000 tonnes), ce qui est inférieur aux estimations précédentes. Cet apport devrait continuer d'augmenter d'environ 4 % par an, et « a le potentiel de doubler le stock de plastique actuel en l'espace de deux décennies ». Ce phénomène peut toutefois être enrayé par des stratégies d'atténuation et des efforts d'assainissement, rappellent les auteurs.

En ce qui concerne la masse totale de déchets plastique flottants, soit la plus grande partie de ceux présents dans l'océan (le reste étant en profondeur ou sur les plages), les chercheurs l'estiment à environ 3,2 millions de tonnes. Elle « est beaucoup plus élevée que les estimations précédentes, ce qui s'explique en grande partie par une meilleure représentation des grandes masses d'objets en plastique », précisent-ils. La majorité des déchets flottants, soit 3,1 millions de tonnes, est en effet constituée de gros objets en plastique (plus de 25 milimètres). Le reste comprend les microplastiques (moins de 5 mm) et les plastiques entre 5 et 25 mm. Par ailleurs, leur dégradation serait plus lente que prévue.

« La diminution de l'apport et l'augmentation du stock permanent suggèrent qu'il n'y a pas de "puits manquant" pour la pollution plastique marine, ce qui a fait l'objet de nombreux articles récents » relèvent les chercheurs. « Notre estimation du bilan de masse est cohérente avec les concentrations de plastique observées dans différents réservoirs marins et avec notre compréhension la plus récente des processus qui éliminent les particules de plastique de la surface de l'océan ».

1. Lien vers l'étude
https://www.nature.com/articles/s41561-023-01216-0

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

TOMRA lance sur le marché mondial une solution de tri du bois, à base d'IA TOMRA
RED, surveillance caméra thermométrique contre les incendies d'entrepôt KOOI SECURITY