En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les reptiles et amphibiens de France sont de plus en plus menacés

Alors qu'actuellement environ 20% des espèces de reptiles et amphibiens sont déjà menacées en France, ce nombre pourrait - sans action corrective entreprise rapidement - doubler dans les années à venir selon l'UICN et le Muséum d'Histoire naturelle.

Biodiversité  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
   
Les reptiles et amphibiens de France sont de plus en plus menacés
(Pélobate brun ou crapaud à couteaux)
   
7 espèces de reptiles sur 37 et 7 espèces d'amphibiens sur 34 sont actuellement menacées sur le territoire métropolitain tandis que 6 espèces de reptiles et 6 d'amphibiens se classent dans la catégorie quasi menacée. C'est ce que révèlent les nouvelles évaluations réalisées par le Comité français de l'UICN et le Muséum national d'Histoire naturelle (MnHn), en partenariat avec la Société herpétologique de France. Cette situation est inquiétante puisque, ces espèces sont des indicateurs de l'état de santé de plusieurs de nos milieux naturels et sans une action efficace, ces chiffres pourraient doubler dans les années à venir, préviennent le comité français de l'UICN et le muséum dans un communiqué.

Précisons qu'au total, 41 espèces de reptiles et 39 espèces d'amphibiens sont recensées sur le territoire métropolitain mais certaines d'entre elles n'ont pas été soumises à l'évaluation (4 reptiles et 5 amphibiens). Conformément à la méthodologie de l'UICN, ce sont les espèces présentes en France uniquement de manière occasionnelle (Tortue verte ou Tortue de Kemp) et les espèces non natives introduites en France dans la période récente comme la Grenouille taureau ou la Tortue de Floride.

Les menaces qui pèsent sur les reptiles et les amphibiens de métropole sont multiples : assèchement des zones humides, pollution des milieux aquatiques, abandon du pastoralisme, collecte illégale d'individus, compétition avec des espèces exotiques introduites. L'assèchement des zones humides et le comblement des mares représentent une menace pour la survie de la Grenouille des champs (en danger critique) et du Pélobate brun ou crapaud à couteaux (en danger) que l'on trouve aujourd'hui que dans l'Indre et dans le Nord-Est. Quant à l'évolution des milieux due à l'abandon du pastoralisme, elle entraîne une forte régression de l'habitat de la Vipère d'Orsini (en danger critique) également victime de l'urbanisation et de la construction d'infrastructures routières et ferroviaires, au même titre que la Tortue d'Hermann, vulnérable en France et en danger dans le Var. Enfin, la compétition avec des espèces exotiques introduites, telles que la Tortue de Floride ou la Grenouille taureau, représente une menace pour des espèces autochtones comme la Cistude d'Europe, tortue d'eau douce quasi menacée et les espèces de Grenouilles vertes.

Plutôt à l'abri aujourd'hui, d'autres espèces restent toutefois en danger à terme comme le Lézard d'Aurelio et la Salamandre de Lanza (tous deux en danger critique) qui voient leur aire de répartition de plus en plus réduite. Le réchauffement climatique pourrait également s'avérer très préjudiciable à l'avenir pour ces espèces, assure l'UICN.

Le comité français de l'UICN et le muséum estiment donc indispensable de mettre en place un plan de suivi de chaque espèce menacée et quasi menacée et des actions spécifiques pour les plus en danger à l'instar des plans de restauration lancés ces dernières années pour la Tortue d'Hermann et la Vipère d'Orsini. Rappelons que cette petite vipère évoquée plus haut, se nourrissant quasi-exclusivement de sauterelles et de grillons vit dans le sud-est de la France où elle subsiste dans des petites populations très fragmentées et isolées les unes des autres. On la trouve également dans le sud de l'Europe jusqu'en Russie. Victime de l'abandon du pastoralisme qui a entraîné la disparition progressive des landes et des pelouses qui constituaient son habitat de prédilection, elle est aujourd'hui menacée par des aménagements divers (constructions, routes, pistes de ski) et par les collectes illégales. Pour tenter d'assurer son avenir en France, le Ministère chargé de l'écologie a décidé la mise en place d'un plan de restauration pour l'espèce.

Cette évaluation provient du premier volet de la Liste rouge des espèces menacées en France. Etablie conformément aux critères de référence de l'UICN, la Liste rouge nationale vise à dresser un bilan objectif du degré de menace pesant sur les espèces à l'échelle du territoire national. Lancé en 2007, le projet se décline en chapitres taxonomiques (mammifères, plantes vasculaires, crustacés, libellules…) et géographiques (métropole, Réunion, Guadeloupe, Nouvelle-Calédonie…). L'objectif vise à actualiser les données, d'identifier les priorités d'action et de suivre l'évolution de l'état de la biodiversité en France. Après les reptiles et amphibiens de métropole, les prochains chapitres porteront sur les oiseaux, les mammifères et les crustacés de métropole et sur les oiseaux d'outre-mer. D'autres chapitres seront mis en chantier dans le courant de l'année 2008, assure le Muséum.

Réactions3 réactions à cet article

 
Protégeons ces animaux

Bonjour ;

Je suis Herpétologue amateur, j'observe et j'étudie les Reptiles et Amphibiens dans la nature. Ces derniers sont bien trop peu connu et trop souvent mal jugés ce qui cause beaucoup de mort de serpents par an, notamment.

En effet, il faut se rendre compte de l'importance que ces animaux ont dans notre vie quotidienne. Sans les serpents, nous auront sans doute beaucoup de rongeurs dans nos maisons et nos potagers. Trop d'entre eux sont en forte régression... Nous avons besoin de l'appuie de beaucoup de monde. Apprendre à connaitre ces animaux, et ainsi, pouvoir sensibiliser notre entourage.

Chaque année des milliers de crapauds, grenouilles, salamandres et tritons meurt sur les routes. Nous devons agir! Construire plus de crapauduc, ces tuyaux qui passent sous les routes afin de faire passer les amphibiens d'un coté a l'autre de la route pour que les amphibiens rejoignent leur lieux de reproductions.

Si vous avez des questions sur ces animaux ou encore que vous voulez savoir de quel est le serpent de votre jardin, ou comment faire pour se débarrasser de ses derniers sans pour autant les tuers, contactez-moi.

Cordialement,
Reptilarion.

Reptilarion | 23 avril 2008 à 22h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Protégeons ces animaux

Bonjour,
Tu a l'air de bien connaitre et d'aimer les reptiles !
Moi ils ne me gene absolument pas mais mon amie en a peur !
idem pour les araignées !
Y a t'il des serpents dans l'oise? dasn las foret de Compiegne?
Si oui lesquels? où se cachent ils? comment ne pas les déranger ?
Y a t'il un risque particuliers liés aux serpents vivants dans notre région?
Merci d'avance,
Michael

MIKA | 31 août 2008 à 17h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
action sinistre de l'homo sapiens

Décidément, l'humain n'aura de cesse qu'il n'ait exterminé toute la faune et toute la flore de ce monde, tout ça par bêtise ou pour le profit.

Tonnerre | 03 février 2010 à 17h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…