En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Extension de l'aéroport de Roissy : dépôt d'un recours contre les documents d'urbanisme

Aménagement  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Extension de l'aéroport de Roissy : dépôt d'un recours contre les documents d'urbanisme

Le combat contre l'extension de l'aéroport de Roissy se poursuit : 15 associations déposent, mercredi 13 mai, un recours demandant l'annulation du document d'urbanisme définissant l'aménagement du territoire de Roissy Pays de France. Le recours vise le Schéma de Cohérence territoriale (Scot) qui s'appuie sur deux projets : l'urbanisation du triangle de Gonesse et le Terminal 4, extension de l'aéroport de Roissy CDG. « Alors qu'un recours gracieux a été déposé le 18 février 2020 contre ce schéma d'aménagement, les associations passent aujourd'hui au contentieux pour contraindre les pouvoirs publics à intégrer sérieusement les objectifs de sobriété et de lutte contre le réchauffement climatique dans les documents prescrivant l'aménagement du territoire », expliquent-elles.

Les associations estiment que le Scot actuel met surtout en avant les impacts positifs des projets en termes d'emplois et de développement, mais n'évoquent pas les effets négatifs : artificialisation des terres, augmentation des émissions de CO2, pollution de l'air, nuisances sonores, trafic routier… « Les outils d'échelle nationale, tels que la Stratégie Nationale Bas-Carbone ou l'objectif de zéro artificialisation nette, se doivent d'être déclinés à l'échelle des territoires ; sans cela, ils resteront lettre morte et ne seront d'aucune aide dans la lutte contre le changement climatique et pour la protection de l'environnement », argumentent les associations.

Réactions1 réaction à cet article

 

A une époque ou on réalise le besoin d'optimiser l'agriculture au nord de la Loire car le sud loire avec changement climatique va réduire drastiquement les rendements, tous ces projets d'agrandissement partent d'une logique imbécile.
D'un autre côté, l'aviation actuelle devrait reculer, finis les avions de 400 places, l'avenir est celui d'avions plus petits de 100 places avec les nouveaux moteurs qui se profilent, utilisation d'aérodromes régionaux, on en a 1 par département voire 2, et évidement automatisés, ben oui un crash au dela de 100 personnes avec un avion automatisé n'est pas imaginable.
Donc l'automation et les avions plus petits permettront un consommation admissible dans le quota de co2 et les dépenses de carburant maison aérodrome local réduites.

pemmore | 14 mai 2020 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager