En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grenelle 2 un an après : moins d'un texte d'application sur 3 publié

Les députés Bertrand Pancher et Philippe Tourtelier ont présenté un rapport d'étape sur la mise en application de la loi Grenelle 2. Conclusions : beaucoup de retard et des textes pas toujours dans l'esprit de la loi votée. Détails.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Grenelle 2 un an après : moins d'un texte d'application sur 3 publié
   

Les députés Bertrand Pancher (UMP) et Philippe Tourtelier (PS) ont présenté mercredi 29 juin, devant les Commissions du développement durable et des affaires économiques, un rapport d'étape sur la mise en application de la loi Grenelle 2. Premier constat des travaux et auditions menés : douze mois après le vote de la loi, un nombre important de mesures d'application n'a pas été publié.

 
De nombreux rapports toujours attendus Les députés ont tenus à rappeler que de nombreux rapports, prévus dans la loi Grenelle 1, n'ont toujours pas été communiqués. Or, certains d'entre eux devaient permettre de mieux préciser la mise en application des objectifs de la loi. Une partie de ces rapports n'a jamais été rédigée, mais pas seulement : certains n'ont pas été diffusés pour ''diverses considérations d'opportunité''. Par exemple, le rapport sur la fiscalité défavorable à la biodiversité, prévu dans l'article 26 de la loi, a bien été rédigé, mais pas communiqué depuis. Serait-il trop dérangeant ?
 
Le secrétariat général du gouvernement a estimé à 189 le nombre de décrets nécessaires pour la mise en application de cette loi. Le gouvernement souhaitait que l'ensemble de ces mesures réglementaires soient finalisées au 31 décembre 2011. Or, au 20 juin, seuls 20,1 % des décrets attendus sont parus au Journal officiel. Près de 23 % des textes d'applications seraient actuellement examinés par le Conseil d'état, 32 % feraient l'objet d'un arbitrage interministériel. Les rapporteurs ont tenu à souligner le manque de stratégie et de hiérarchisation des mesures réglementaires attendues. Autre remarque : certains décrets ou projets de textes ''écornent la loi''

PPRT, bilan carbone, CEE : des mesures qui ont perdu de leur sens

Les rapporteurs ont souligné le fait que certaines mesures d'application, déjà publiées ou en projet, ou certaines autres lois votées depuis l'adoption des lois Grenelle étaient en total décalage avec l'esprit de la loi Grenelle.

C'est le cas, par exemple, de l'article 215 de la loi Grenelle 2 qui prévoyait une augmentation, de 15 à 40 %, du crédit d'impôt pour les travaux de protection liés aux plans de prévention des risques technologiques (PPRT). Ce taux a été ramené à 30 % dans le cadre de la loi de finances 2011.

L'article 78 relatif au certificat d'économies d'énergie prévoyait qu'une part des revenus devait profiter à la lutte contre la précarité énergétique. Ce point a été oublié dans les textes d'application.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE), généralisé dans le cadre de la loi Grenelle 2, manque quant à lui de fiabilité, du fait du manque de qualification et d'indépendance des diagnostiqueurs. Or, celui-ci permet d'obtenir une majoration du prêt à taux zéro renforcé. Le gouvernement est en train d'élaborer un plan de fiabilisation des DPE afin de rectifier le tir, via la transparence des données, la certification de la méthode de calcul retenue, le renforcement des exigences en termes de compétences du diagnostiqueur.

La certification haute valeur environnementale des exploitations agricoles ne devrait pas obtenir le succès escompté dans la loi (50 % d'exploitations certifiées d'ici 2012), selon les rapporteurs. La raison ? Une concertation insuffisante avec les parties prenantes mais aussi l'absence de contrepartie financière qui n'encourage pas les agriculteurs à entrer dans une telle démarche.

Enfin, le Grenelle prévoyait que les entreprises de plus de 500 salariés et les communes de plus de 50.000 habitants réalisent un bilan carbone. Lors de la concertation, cette mesure aurait été vidée de son sens : seules les entreprises de plus de 5.000 personnes pourraient désormais être concernées et elles n'auraient qu'à déclarer leurs émissions directes et indirectes liées à l'achat ou la production d'électricité. Oublié l'ensemble des émissions indirectes !

SCRAE, éoliennes terrestres : des retards gênants

Certains retard gênent considérablement la réalisation des objectifs du Grenelle. Ainsi, la loi Grenelle 2 prévoyait que chaque région publie, au 13 juillet 2011, un schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE). Sauf que le décret d'application a été publié… le 18 juin 2011, soit un mois avant le délai fixé ! Seule la Picardie respecterait ce délai selon les informations recueillies par les rapporteurs. La plupart des régions devraient l'avoir bouclé pour fin 2011 ou courant 2012, mais ''l'absence de décret a favorisé l'apparition de disparités régionales dans le contenu des différents SRCAE''.

Dans le domaine des transports, la modulation des péages autoroutiers, l'expérimentation des péages urbains pour les agglomérations de plus de 300.000 habitants et le ''droit à la prise'' pour les propriétaires de véhicules électriques tardent à être précisés. Pourtant, ces ''trois domaines suscitent une attente particulière''.

Autres retards jugés ''préjudiciables'' : ceux des décrets d'application en matière d'éolien. ''Ils aboutissent au résultat paradoxal de retarder le lancement des nouveaux projets par manque de sécurité juridique, alors que l'objectif de la loi Grenelle 2 était au contraire de clarifier le dispositif applicable''.

Réactions6 réactions à cet article

 

"contre partie financiére pour les agriculteurs" je réve !donc en gros ou on nous donne de l'argent ou on continue a polluer,comme si la PAC n'en donnée pas assez de l'argent ,et en plus un impot sécheresse ,sécheresse dont l'impact est grandement du a une inadaptation du modéle agricole!
on se fout vraiment de notre gueule!!

lio | 30 juin 2011 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il ne faut pas être anti agricole primaire ainsi:
- Il y a des aides UE agricoles parce qu'il y a une politique agricole. Aucune autre politique sectorielle aussi intégrée n'existe en Europe et c'est pour cela qu'on fustige si facilement l'agriculture.
- Que veut dire concrètement cette certification HVE? On va envoyer des gugusses réaliser des audits sur l'intégralité des activités d'une exploitation. Quelle compétence? Quel contenu techique pour ces audits? Quel plan de contrôles? N'y a-t-il pas déjà un nombre considérable de contrôles pour un agriculteur?
L'objectif est-il d'encore créer un corps administratif supplémentaire sur le dos des agriculteurs qui sont de moins en moins nombreux?
Merci de m'éclairer.

Remi | 30 juin 2011 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je lis avec satisfaction cet article désenchanteur. Après la précipitation, les inepties sorties d'un chapeau, les grands projets au coût non chiffré, les conséquences néfastes se faisant enfin jour, voici le temps de la réflexion et du bon sens ! On va pouvoir envisager de faire enfin un peu d'écologie (mais pas trop quand même) de façon intelligente. Paul Chérel

Chérel Paul | 30 juin 2011 à 14h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Désolant, mais prévisible avec le gouvernement actuelle... A quand un gouvernement constant, compétent et surtout courageux??

gs74 | 30 juin 2011 à 18h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si la rédaction de lois et de textes tous azimuts résolvait les problèmes, il y a bien longtemps qu'en Europe, les questions environnementales seraient toutes traitées... Et que dire de la France avec son Grenelle miraculeux: y a qu'à, faut qu'on, etc. En bref, la victoire des écolos médiatiques à la Hulot et consorts... On "lance des alertes" et on hurle au loup quand les textes de loi ne sont pas copiés-collés des tracts et blogues.

Remi | 30 juin 2011 à 23h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cocorico ! La France est toujours plus maligne que tout le monde. Au final, elle a du mal à décliner les directives européennes au plan national et à les mettre en oeuvre au plan local ! Alors les mesures plus ambitieuses prévues par le Grenelle !
Au final, on est en retard sur tous les autres pays : énergies décentralisées, environnement, politiques des déchets, agriculture biologique...

Marjolaine | 03 juillet 2011 à 14h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…