En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rénover l'éclairage, une action « à gain rapide » pour les bâtiments tertiaires

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le Syndicat de l'éclairage et l'Agence de la transition écologique (Ademe) ont mis à jour leur guide technique pour rénover l'éclairage des bâtiments tertiaires. Ce guide est « un document de référence » pour que la modernisation des installations d'éclairage « contribue aux objectifs de transition énergétique et dans le cadre de l'application du décret relatif aux obligations de rénovation dans le tertiaire », explique le Syndicat de l'éclairage. Rénover seulement l'éclairage est une action à « gain rapide », ajoute-t-il, pour respecter les objectifs du décret tertiaire. Ce texte impose aux gestionnaires de bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m² de réduire leur consommation d'énergie finale de 40, 50 et 60 % respectivement en 2030, 2040 et 2050, par rapport à 2010 (ou une année de référence plus récente).

Ainsi, l'éclairage peut être une première étape pour entrer dans une démarche de réduction de la consommation d'énergie, « avec des solutions simples et éprouvées », indique Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable, en signant l'avant-propos du nouveau guide. « Moderniser l'éclairage, l'associer à des automatismes de détection de présence et d'asservissement à la lumière du jour, c'est au minimum en diviser par deux la consommation, soit réduire immédiatement de 10 % sa facture électrique globale », estime M. Pelletier.

De même, les exigences de prise en compte de la lumière du jour et de la présence, fixées par la Réglementation thermique (RT) par élément des bâtiments existants, sont « atteignables simplement grâce à la technologie LED », souligne le Syndicat de l'éclairage.

Selon le guide, la consommation pour l'éclairage des bâtiments tertiaires à usage de bureaux représenterait environ 7 térawattheures (milliards de kilowattheures), soit 18 % de la consommation totale d'électricité de ces bâtiments.

Réactions2 réactions à cet article

 

Dans la consommation des lampes à led il faut faire attention, les leds sont automàtiquement en basse tension et en courant continu, ben le circuit électrique qui transforme le courant haute tension alternatif en basse tension continue consomme autant voire plus que la led, avec le nombre invraisemblable de pannes, l'économie devient très relative par rapport au lampes à filament et quasiment nulle devant les néons.
on est tombés dans un phénomêne de mode. quand à la fatigue des yeux, pas sur qu'on puisse continuer de garder ce système d'éclairage!.

pemmore | 28 septembre 2020 à 16h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une mesure simple :éteindre les locaux non utilisés ,par exemple les tours de La défense .

sirius | 29 septembre 2020 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager