En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le 2 août, l'humanité aura épuisé les réserves naturelles planétaires

L'humanité puisera dans les réserves de la planète à partir du 2 août. Les ressources que la Terre peut produire en une année ont été épuisées, selon Global Footprint Network. Des solutions existent toutefois pour inverser la tendance.

Gouvernance  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Chaque année, l'épuisement du stock de ressources naturelles que la planète peut produire en douze mois intervient de plus en plus tôt. L'organisation non gouvernementale Global Footprint Network a en effet estimé qu'en 2017 notre consommation "à crédit" commencerait le 2 août.

   
   
Cette date s'est progressivement décalée au fil des années : ainsi en 8 ans, elle est passée de fin septembre à début août (le 8 août l'année dernière, le 13 août en 2015, le 19 août en 2014, le 20 août en 2013, le 22 août en 2012, le 27 septembre en 2011, le 21 août en 2010 et le 25 septembre en 2009). Pour comparaison, en 1992, ce jour était survenu le 21 octobre tandis qu'en 2002, l'ONG l'estimait au 3 octobre. La bascule vers la surconsommation aurait débuté au milieu des années 70.

Cet outil d'alerte a été conçu par Andrew Simms du think tank britannique "New Economics Foundation". Il repose sur le calcul suivant : la division de la biocapacité mondiale (les ressources écologiques que la Terre est capable de générer en un an) par l'empreinte écologique mondiale (la demande annuelle de l'humanité), multipliée ensuite par le nombre de jours dans une année (365).

5,2 terres pour une consommation mondiale comme l'Australie

Dans le palmarès des pays qui creusent leur dette écologique figure en première position l'Australie. Si la population mondiale vivait comme cette dernière, il faudrait 5,2 terres pour assurer l'ensemble de ses besoins. Elle est suivie des Etats-Unis (5 planètes), la Corée du Sud (3,4), la Russie (3,4), l'Allemagne (3,2), la Suisse (3,1), la France et le Royaume-Unis (3). Les plus sobres du classement de l'ONG restent les Indiens avec 0,6 planète. Au final, au niveau mondial, les besoins requièrent l'équivalent de 1,7 planètes.

En cause : la surpêche, la surexploitation des forêts et l'émission de plus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère que les forêts ne peuvent séquestrer.

Global Footprint Network considère qu'à l'heure actuelle, les émissions de carbone représentent 60% de l'empreinte écologique de l'humanité. Pour l'ONG toutefois, ce constat implique aussi que réduire de moitié ces dernières permettrait de repousser d'environ trois mois le jour du "dépassement". Cette baisse entraînerait une dette écologique moins colossale : un besoin de 1,2 Terre contre 1,7 aujourd'hui.

 
Nous connaissons les solutions qui nous permettront de changer de modèle de développement pour ne plus creuser notre dette écologique. Qu'attendons-nous pour accélérer la cadence ?  
Pascal Canfin,WWF France
 
"Notre planète est limitée, mais les possibilités humaines ne le sont pas. Vivre selon les moyens que nous accordent notre planète est technologiquement possible, financièrement bénéfique et notre seule chance pour un avenir prospère. Tout l'enjeu est de faire reculer la date de la Journée du dépassement mondial, souligne Mathis Wackernagel, PDG du Global Footprint Network. L'empreinte carbone de l'humanité a plus que doublé depuis le début des années 1970 et reste le moteur le plus puissant creusant l'écart entre l'empreinte écologique et la biocapacité de la planète".

Les solutions existent déjà

L'ONG s'appuie notamment sur les résultats du projet Drawdown qui regroupe différents experts tels que des géologues, des ingénieurs, des agronomes, des chercheurs, des climatologues, des biologistes, etc. Ces derniers se sont penchés sur les solutions existantes pour réduire les émissions de CO2. Parmi les pistes qui permettraient une importante réduction du CO2 atmosphérique en 2050 figurent : une meilleure gestion des frigorigènes (89,74 tonnes d'équivalent CO2), le développement des éoliennes terrestres (84,6), la réduction du gaspillage alimentaire (70,53), une alimentation riche en plantes (66,11) et une préservation de la forêt tropicale (61,23).

L'ONG met également en avant une autre étude publiée en 2010 de McKinsey & Company's "Pathways to a Low-Carbon Economy". Celle-ci considère qu'il est possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre et contenir le réchauffement climatique à 2°C, si toutes les grandes régions du monde et secteurs prennent des mesures ambitieuses.

"Les opportunités peuvent être regroupées en trois catégories de mesures techniques : l'efficacité énergétique, la production d'énergie sans carbone et les réserves de carbone terrestre, indique le rapport. Capter ce potentiel sera un défi majeur: il faudra des changements à grande échelle : une forte action et un engagement intersectoriel, un solide cadre politique. Bien que les coûts et les investissements semblent faciles à gérer au niveau mondial, ils risquent d'être difficiles pour les secteurs individuels".

"Nous connaissons les solutions qui nous permettront de changer de modèle de développement pour ne plus creuser notre dette écologique. Qu'attendons-nous pour accélérer la cadence ? ", a réagi Pascal Canfin, directeur général du WWF France.

Réactions3 réactions à cet article

 

La réaction de Pascal Canfin est effectivement déterminante: quel homme ! C'est sûr que si toute l'humanité avait son train de vie, ce ne serait pas 1,7 planète qui serait nécessaire mais bien davantage.
Un travail de journaliste serait de questionner les partenariats et actions de WWF, énorme tirelire subventionnée, notamment en Afrique...

Albatros | 27 juillet 2017 à 14h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ce n'est pas dans cette revue limitée et en aparté que doit paraitre cet article..C EST DANS TOUTE LA PRESSE ET LES JT TÉLÉVISÉS tous les 8 jours...ce n'est ni Macron ni Hulot qui changeront quelques choses mais l'avertissement a l'ensemble des populations de manière répétées..les individus dans nos sociétés de consommation ne mesurent pas 1/1000 du problème...les gens se reproduisent sans se soucier ce qu'adviendra la génération suivante...Alors pas de soucis et de faux semblants pour nos enfants...APRÈS MOI LE DÉLUGE OU LE FEU...

agregat | 27 juillet 2017 à 15h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une action pédagogique sur les modalités de calcul de cette empreinte est nécessaire, ou à tout le moins un lien vers les références définies et les méthodes.
Avis aux journalistes sérieux...
NB: j'espère que ce ne sont pas les travaux des rigolos de la base Impacts de l'ADEME...

Albatros | 27 juillet 2017 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…