En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Kouchner confirme le soutien de la France à la création d'une ONUE

Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Alors que M. Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE), sera reçu aujourd'hui par M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, la France a souhaité saluer dans une note du quai d'Orsay, le travail déjà accompli par M. Steiner qui a été nommé en 2006. Grâce à son action dynamique, le programme a gagné en visibilité et a su proposer des pistes de réflexion prometteuses, comme le lien entre mondialisation et environnement, indique le ministère des affaires étrangères. Il convient également de souligner la qualité du partenariat de la France avec le PNUE sur les sujets dits du processus de Marrakech, en particulier le tourisme durable, ajoute le communiqué.
S'agissant de la réforme de la gouvernance internationale de l'environnement, la France soutient M. Steiner dans son action de réforme du PNUE qui est indispensable, selon le quai d'Orsay mais insuffisante face aux enjeux actuels. De ce fait le ministère des affaires étrangères soutient toujours l'idée d'une transformation du PNUE en véritable Organisation des Nations unies pour l'Environnement (ONUE), qui disposera, selon lui, avec des moyens rationalisés, de la visibilité et de l'autorité politique nécessaires pour répondre à l'ampleur des défis environnementaux que connaît la planète. Sous l'impulsion du Président de la République, Jacques Chirac, la France a engagé en 2002 une initiative diplomatique pour promouvoir la création d'une Organisation des Nations Unies pour l'Environnement, l'ONUE. Cette initiative propose le renforcement du mandat et des moyens d'action de l'actuel Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Une telle ONUE poursuivrait trois objectifs : donner plus de force politique à l'action internationale environnementale ; renforcer la cohérence de l'action internationale ; permettre aux pays en développement de construire et de mettre en œuvre leurs politiques nationales de l'environnement. En fait, cette nouvelle institution pourrait être dotée de pouvoirs comparables à ceux de l'Organisation mondiale de la santé ou de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.
Rappelons que le PNUE dont le siège est à Nairobi, est pour l'heure la seule entité des Nations unies exclusivement dédiée aux questions d'environnement pour exercer des missions de veille, d'information, de formation et d'expertise.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager