En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Label E+C- : la nouvelle réglementation du bâtiment se construit sur le terrain

Lancé par les pouvoirs publics fin 2016 dans le cadre de la loi de transition énergétique, le label E+C- doit préfigurer les nouveaux standards du bâtiment en matière environnementale. Des logements sociaux en Normandie et une maison individuelle en Gironde ont été nouvellement labellisés.

Reportage vidéo  |  Bâtiment  |    |  Romain PernotActu-Environnement.com

L'objectif du label E+C- : valoriser les constructions qui produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment et qui émettent peu de carbone. La grande nouveauté par rapport à la réglementation thermique de 2012 est d'introduire les émissions carbone dans le calcul des seuils admissibles, que ce soit lors de la phase de construction ou d'exploitation des bâtiments.

Cette expérimentation est menée en collaboration avec les acteurs du bâtiment afin de tester la faisabilité des niveaux d'exigences de la prochaine réglementation. Concernant le volet énergétique, une échelle à quatre niveaux a été fixée. Deux niveaux d'exigences sont admissibles concernant les émissions carbone.

Selon Dominique Desmoulins, directeur général de Promotelec Services, certificateur habilité à délivrer ce label : "Le niveau carbone 2 est très compliqué à atteindre parce qu'il y a un certain nombre de calculs qui n'ont pas été finalisés. On arrive à des limites techniques." Et pour le constructeur de maisons individuelles Olivier Desbree : "Le niveau E4 est excessivement difficile à atteindre, pour ne pas dire inatteignable."

Les retours terrains des bâtiments labélisés sont compilés par un observatoire dédié et serviront à ajuster les normes définies à l'avenir par le ministère.

Réactions3 réactions à cet article

 

Attention à l'assimilation possible entre E+C- et bâtiment à énergie positive qui pourrait ressortir de votre reportage.

Un bâtiment standard respectant la RT2012 peut tout à fait rentrer dans l'expérimentation E+C- sans pour autant produire autant ou plus d'énergie qu'il n'en consomme.

JB | 29 janvier 2018 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour
on se demande même comment des certifications de normes ont pu être délivrées hors du terrain, dans des laboratoires de bureau d'études bien loin des préoccupations réelles. je développe une invention depuis 14 ans et je suis dans l'impossibilité d'obtenir l'agrément car le protocole d'agrément s'effectue sur le bureau d'étude du CSTB, dans l'impossibilité de faire fonctionner ma biotechnologie hors du réel

| 05 février 2018 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La France vient de communiquer sur une décision:
Appel à Manifestation d’Intérêt Expérimenter le permis d’innover
Mise en œuvre de l’article 88-II de la loi Création – Architecture – Patrimoine
Depuis bientôt 30 ans le mot innovation est sur toutes les lèvres, dans toutes les communications dans tous les débats de relance de l'économie.
On courrait après quand elle était interdite. Mieux elle est encore interdite.
Une spécificité bien Française: Interdire toute avancée de progrès

| 11 février 2018 à 09h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Romain Pernot

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…