En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La loi proximité et engagement revient sur la compétence urbanisme

La loi proximité et engagement, publiée le 28 décembre, veut redonner plus de latitude aux communes, notamment en ce qui concerne l'urbanisme. Retour sur les principales mesures adoptées.

Aménagement  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
La loi proximité et engagement revient sur la compétence urbanisme

Un des objectifs affichés de la loi proximité et engagement, publiée le 28 décembre 2019, est de rééquilibrer le rôle des communes au sein des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

Lors des discussions, les parlementaires sont notamment revenus sur la place des communes dans la procédure d'élaboration des plans locaux d'urbanisme intercommunal (PLUi).

La loi Alur a en effet instauré le transfert automatique de la compétence d'élaboration du plan local d'urbanisme (PLU) aux communautés de communes et aux communautés d'agglomération. Si jusqu'à présent les communes membres étaient partiellement impliquées dans son exercice, la loi proximité et engagement a souhaité renforcer leur participation.

Ainsi, elle permet que les communes participent, par un avis, à l'évaluation du PLUi.

En cas d'avis défavorable d'une commune sur le projet de plan d'urbanisme intercommunal, la loi prévoit que l'organe délibérant de l'EPCI se prononce sur un projet de plan modifié pour tenir compte de cet avis défavorable. De ce fait, le projet de PLUi ne pourra être arrêté qu'à la majorité des 2/3 des suffrages exprimés.

Proposer une modification simplifiée du PLUi

Le texte propose également que le conseil municipal d'une commune membre puisse proposer une modification simplifiée du PLUi, à valider par l'organe délibérant de l'EPCI, pour trois cas de figure : lorsqu'elle a uniquement pour objet la rectification d'une erreur matérielle ; lors de majorations des droits à construire ; ou lorsqu'elle n'entre pas déjà dans le cadre de l'article L. 153-41 du code de l'urbanisme. La loi permet également aux communes situées sur le territoire concerné de donner leur avis sur le plan de secteur, lorsque ceux-ci sont élaborés dans un PLUi.

Par ailleurs, le texte abaisse de cent à cinquante, le seuil du nombre de communes membres à partir duquel un EPCI peut élaborer un PLUi sur un périmètre infracommunautaire.

Pour les derniers plans d'occupation des sols encore en vigueur et non remplacés par des PLU ou PLUi, la loi prévoit une souplesse d'action. Elle reporte en effet au 31 décembre 2020 leur caducité. Cette possibilité prendra fin à compter du 1er janvier 2021 si le PLUi n'a pas été approuvé.

De nouveaux leviers pour faire respecter le droit de l'urbanisme

Le maire ou le président de l'EPCI dispose désormais de nouveaux leviers pour faire respecter le droit de l'urbanisme. Aux poursuites pénales s'ajoutent la possibilité : de mettre en demeure ; de procéder aux opérations nécessaires à la mise en conformité de la construction, de l'aménagement, de l'installation ou des travaux en cause ; de déposer, selon le cas, une demande d'autorisation ou une déclaration préalable visant à leur régularisation.
Ils peuvent également assortir cette dernière d'une astreinte d'un montant maximal de 500 € par jour de retard. Au total, son montant ne peut excéder 25 000 €.
Dernière possibilité ouverte par la loi : obliger l'intéressé à consigner, entre les mains d'un comptable public, une somme équivalant au montant des travaux à réaliser, laquelle sera restituée à l'intéressé au fur et à mesure de l'exécution des mesures prescrites. L'opposition devant le juge administratif n'a pas de caractère suspensif.

Concernant les obligations de débroussaillement, notamment pour la prévention contre les incendies, le texte introduit des pénalités pour les intéressés qui n'effectuent pas les travaux.

Ainsi, à la mise en demeure le maire peut assortir une astreinte d'un montant maximal de 100 € par jour de retard. Le montant total des sommes demandées ne peut être supérieur à 5 000 €.

 
La loi permet que les communes participent, par un avis, à l'évaluation du PLUi.  
 
Le texte prévoit également que le maire soit informé du défrichement de terrains sur son territoire : dès la réception d'une demande d'autorisation, l'autorité administrative compétente de l'État devra en informer le maire de la commune.

La loi donne également des outils pour tenter de décourager l'abandon de véhicules hors d'usage. Il précise que lorsque le véhicule concerné présente un risque pour la sécurité des personnes ou constitue une atteinte grave à l'environnement, la décision de mise en demeure peut prévoir que le titulaire du certificat d'immatriculation du véhicule est redevable d'une astreinte par jour de retard en cas de non-exécution des mesures prescrites. Le montant maximal est fixé à 50 € par jour de retard.

Réactions1 réaction à cet article

 

En périphérie de Paris et plus généralement en région parisienne, il faudrait que le seuil à partir duquel un PLUi puisse être élaboré soit encore abaissé: l'urbanisation galopante rend les frontières entre les communes invisibles pour conduire systématiquement à la métropole, avec perte de ce que l''on pourrait appeler "l'intérêt communal". L''éradication des espaces verts, entre autres, devient très préoccupante dès lors qu'un maire peut faire ce qu'il veut en remaniant le PLU de sa ville, comme nous venons de le vivre dans le Val de Marne, département très urbanisé et en manque cruel de trames vertes.Il devient quasi OBLIGATOIRE de penser un PLUi pour que les décisions unilatérales des maires (de l' EPT 12 pour ne pas le nommer) ne conduisent à bétonner tout et n'importe quoi au détriment de la population ET de la biodiversité. L'aménagement des communes devrait s'y décider désormais collectivement, c'est même une urgence absolue.Sinon, nous verrons dans moins de 10 ans la population quitter ces zones devenues invivables.

gaïa94 | 06 janvier 2020 à 22h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager