En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le mercure sera prochainement interdit dans les thermomètres et les baromètres

Avec la validation par les euro-députés et l'accord des États membres, la directive visant à interdire les thermomètres et autres instruments de mesure d'usage courant contenant du mercure devrait donc bientôt entrer en vigueur.

Risques  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Les députés européens se sont prononcés, mardi 10 juillet, en deuxième lecture pour l'interdiction des thermomètres au mercure non-électriques et d'autres instruments de mesure d'usage courant contenant du mercure. Le projet de directive adopté n'apporte aucun amendement à la position commune du Conseil, et abandonne la revendication du Parlement Européen d'une dérogation permanente pour les fabricants de baromètres, acceptant ainsi la proposition du Conseil d'introduire une exemption de deux ans. L'interdiction devrait entrer en vigueur au plus tard au premier semestre 2009 mais certains Etats membres, dont la France, prohibent déjà les thermomètres au mercure.

L'accord supprimera progressivement l'utilisation de mercure dans les nouveaux thermomètres médicaux à usage professionnel et privé ainsi que dans tous les autres appareils de mesure, tels que les thermomètres d'appartement, les tensiomètres et (après deux ans) les baromètres vendus au grand public. Cette période de transition sera suffisante pour permettre aux fabricants de baromètres à mercure de s'adapter à la fabrication de produits alternatifs, indique la commission. Les objets d'antiquité ne seront pas touchés par la proposition.

Les États membres ont également marqué leur accord avec la directive, qui devrait donc bientôt entrer en vigueur. Sa transposition dans les législations nationales devra être effective un an après son entrée en vigueur. L'interdiction doit prendre effet dans les 18 mois suivant la transposition, ou deux ans pour les baromètres.

Le projet de directive visant à interdire ces instruments est un élément de la stratégie générale de l'UE sur le mercure. Un autre élément de cette stratégie a été adopté par le Parlement à Strasbourg lors de la session de juin, à savoir un règlement prohibant l'exportation et l'importation de mercure et réglementant les conditions de stockage. L'objectif de cette directive est de réduire la demande industrielle de mercure et, par là même, de réduire la quantité de mercure déversée dans l'environnement via le flux de déchets.
Actuellement, les thermomètres médicaux et les produits similaires finissent en général dans des décharges, avec un risque de lixiviation à long terme. Bien qu'une part croissante des équipements soit collectée et que le mercure soit récupéré, les émissions restent importantes.

L'interdiction devrait, selon la commission, permettre de réduire les émissions de mercure de 33 tonnes par an dans l'UE, 25 à 30 tonnes provenant des seuls thermomètres, pour lesquels il existe déjà des alternatives sûres.

Rappelons que le mercure et ses composés sont très toxiques pour l'être humain, les écosystèmes et la nature. Dans l'environnement, le mercure se transforme en méthylmercure, sa forme la plus toxique. Celui-ci se retrouve de façon concentrée dans les aliments, notamment dans les produits de la mer, ce qui rend particulièrement vulnérables les populations qui consomment beaucoup de produits de la mer, notamment dans les zones côtières de la Méditerranée.

Réactions2 réactions à cet article

 
Que devront faire nos élus en conséquence ?

La directive leur impose-t-elle, sous peine de quelles sanctions PERSONELLES, d'aider le contribuable/consomateur à déposer en un lieu sûr pour éco-gestion les vieux instruments de mesure .

Rappel : quand Bruxelles sanctionne la France par une amende, c'est toujorus le petit contribuable et mêm le non contribuable pauvre qui trinquent puisque nos élus ne sont pas responsable de leurs incuries sur leur deniers personnels et que trop de citoyens élisent ou réélisent des élus indignes .

JMG | 19 juillet 2007 à 04h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ET les amalgames dentaires??

Et Voui Voui nos chers caries ont été rebouchées avec du mercure mais personne ne se soucie de notre santé, quand certains pays déposent les amalgames, en France ou il faut avoir les moyens financiers de réparer les conneries faites ou alors on supporte d'être intoxiqué sans relâche. Pas de prise en compte pour les milliers de personnes qui ont des amalgames dans leurs bouches avec du mercure donc très toxique comme tout le monde le sait maintenant . A quand une prise en compte de ses soins de déposes d'amalgames au mercure remboursées par notre sécurité sociale (pour retrouver la pleine santé et ne plus courir le risque de contamination) ??

lilinature | 23 juillet 2007 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…