Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Metaleurop : des cas de saturnisme diagnostiqués chez des enfants

Risques  |    |  Laurent Radisson
Metaleurop : des cas de saturnisme diagnostiqués chez des enfants

« Sept enfants présentent une plombémie supérieure à 50 microgrammes par litre (μg/L) de sang, seuil de définition du saturnisme », informent la préfecture du Pas-de-Calais et l'Agence régionale de santé (ARS) Hauts-de-France par un communiqué daté du 27 septembre. Il s'agit là des premiers résultats d'une campagne de dépistage proposée, depuis le 15 juin dernier, aux jeunes de moins de 18 ans habitant les cinq communes limitrophes de l'ancien site industriel de Metaleurop de Noyelles-Godault (Pas-de-Calais), fermé en 2003 et source d'une importante pollution.

Ces sept cas ont été identifiés sur un total de 889 jeunes, soit 0,8 % des enfants dépistés pour l'instant, précisent les services de l'État. Les familles concernées ont fait l'objet d'une visite à domicile par l'ARS afin de mener une investigation environnementale pour rechercher les sources d'exposition, les traiter et mettre en place des règles destinées à limiter l'exposition. « Au moins une autre source d'exposition potentielle au plomb, liée au mode de vie ou à l'habitat, a été identifiée pour trois enfants », rapportent les services de l'État. Les dépistages ont également permis d'identifier 61 enfants avec une plombémie comprise entre 25 et 49,9 μg/L, soit le seuil de vigilance qui justifie un nouveau dépistage pour contrôler l'évolution dans le temps. Pour les familles concernées, une information sur les sources d'exposition possibles et les recommandations d'hygiène est en cours, indique la préfecture.

Parallèlement à cette campagne de dépistage, l'Agence de la transition écologique (Ademe) a effectué des analyses de sol dans des crèches et écoles comprises dans le périmètre du projet d'intérêt général (PIG) destiné à protéger par des mesures d'urbanisme la zone de l'ancien site Metaleurop. Là aussi, des résultats préoccupants ont été constatés. Dans la couche des cinq premiers centimètres de sol, des données supérieures à la valeur de 300 milligrammes de plomb par kilo (mg/kg), retenue en 2014 par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) comme devant conduire à un dépistage du saturnisme infantile, ont été relevées dans cinq écoles. Sur la couche des vingt-cinq premiers centimètres de sol, les résultats sont, dans deux écoles, supérieurs à 1 000 mg/kg, seuil prévu par le projet d'intérêt général. À la suite des recommandations des services de l'État, les maires des communes d'Evin-Malmaison et de Courcelles-lès-Lens, concernées par ces pollutions, ont mis en place des dispositifs transitoires visant à interdire l'accès à ces espaces, indique le communiqué.

Le jour même de cette communication officielle, l'association P.I.G.E et le cabinet d'avocats Green Law, qui la défend, ont publié un communiqué dénonçant le « scandale » de la gestion par l'État des terres polluées par Metaleurop. « La campagne de dépistage du saturnisme infantile (…) n'avait pas été menée de façon systématique par l'État sur la zone depuis la fermeture de Metaleurop en 2003 », s'indigne l'association. Celle-ci pointe également une zone de pollution, qui n'est soumise à aucune information particulière ni à aucune servitude constructive, bien qu'identifiée par l'Ademe depuis 2011. Face aux carences des services de l'État, l'association indique avoir engagé des actions devant le tribunal administratif de Lille qui devraient être examinées d'ici à la fin de l'année.

Réactions4 réactions à cet article

 

Pour déppoluer les sols, il va y avoir un méthaniseur fonctionnant avec du miscanthus , qui absorbera les métaux lourd. problème ils ne seront pas détruit dans le méthaniseur et le digestat sera épandu sur des sols sains!!! déplacement de la pollution???

AUCASOU | 04 octobre 2022 à 09h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a quelque chose qui m'interpelle une nouvelle fois, sur ce type de constat : La réglementation ICPE impose à l'exploitant d'un site ICPE de rendre le site aussi propre qu'à t=0, quand il ferme son site. C'est bien çà, n'est ce pas?
Etait-ce l'Etat qui était exploitant du site MetalEurop?

nimb | 05 octobre 2022 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la dépollution par les plantes pourrait être une bonne solution mais, contrairement au miscanthus pour un méthaniseur, je verrai plus du chanvre pour la fabrication d'isolant pour les maisons. ainsi, le plomb serait extrait du sol et stocké sans danger. plusieurs années seraient nécessaires pour dépolluer le site mais cela serait de fait de façon vertueuse, en favorisant une économie local pour couvrir un besoin en matériaux d'isolations naturels.

ArnauLdL | 05 octobre 2022 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@nimb
Le niveau de dépollution d'un site dépend de l'usage prévu après la fermeture de l'établissement. L'usine a été exploitée par la société Metaleurop Nord jusqu'en 2003, année au cours de laquelle elle a été mise en liquidation judiciaire.

Laurent Radisson Laurent Radisson
26 octobre 2022 à 08h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]