Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le marché de la voiture électrique connaît une croissance mondiale très encourageante

Réalisé grâce à un réseau international de cabinets d'avocat et l'Avere, l'Observatoire des transitions énergétiques 2022 confirme que la mobilité électrique s'implante massivement au niveau mondial.

Transport  |    |  Emmanuel Miculita  |  Actu-Environnement.com
Le marché de la voiture électrique connaît une croissance mondiale très encourageante

Le cabinet d'avocats De Gaulle Flagrance et Associés, en partenariat avec Avere France, a livré ses observations sur l'état de la transition vers la mobilité électrique dans le monde ce jeudi 2 juin 2022. Avec l'aide de plusieurs correspondants, l'observatoire commente l'envolée du marché du véhicule électrique qui représente 12 % des ventes automobiles mondiales en 2021 (seulement 1 % en 2013). Avec 6 millions de véhicules immatriculés, le président du cabinet, Louis de Gaulle, attribue notamment cette croissance au « volontarisme des Etats ».

 
Partout, cette évolution rapide a été portée par le volontarisme des Etats  
Louis de Gaulle, cabinet De Gaulle Flagrance et Associés
 
On notera d'ailleurs la bonne capacité d'implantation des bornes de recharge des Pays-Bas et le leadership de la Norvège sur le déploiement des véhicules avec 86 % de son marché automobile complètement renouvelé. Interrogé dans le rapport, Leonardo Paoli de l'AIE (Agence Internationale de l'Energie) affirme que « ces pays ont une ambition claire et une échéance définie, dans lesquelles il n' y a pas de place pour les ''peut-être" ».

La course à l'incitation

La Chine ressort à de nombreuses reprises en tant que leader incontestable du marché avec plus de 3 millions de véhicules vendus en 2021. C'est aussi le pays qui concentre le plus d'usines puisque 75 % des infrastructures se situent dans le pays. L'Inde fait aussi cette course avec un total de 380 usines installées. Concernant les mesures d'aide à l'achat, les incitations financières sont souvent adoptées notamment avec des crédits d'impôts dans ces deux derniers pays. En Europe, la France est citée comme « la championne en Europe des aides financières », à travers les différentes mesures d'aide à l'achat comme le bonus écologique sans condition de revenus, la prime à la conversion ou la prime au rétrofit électrique. La liste des politiques incitatives semblent s'allonger avec la proposition du président réélu d'instaurer un dispositif de location longue durée à 100 euros/mois. Même si la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a précisé la semaine dernière que la mesure serait sous condition de ressources et n'était pas encore d'actualité. Enfin, dans le cas de l'Allemagne, le pays se démarque par ses mesures non-monétaires en faveur des véhicules électriques (places de stationnement dédiées, autorisation d'utiliser les voies d'autobus, zones à faible émission...).

Des politiques d'implantation des bornes de recharges différentes et en constante augmentation

Concernant le déploiement des points de ravitaillement, la Chine en compte le plus sur les pays représentés (Allemagne, Arabie Saoudite, Chine, France, Inde, Pologne, Turquie) avec 7 voitures par point de recharge contre 14 en France, qui reste proche de la moyenne européenne. Concrètement, plus de 53 600 bornes ont été recensées en 2021 en France (soit une augmentation de 64 % en un an). En Pologne, là encore de nombreuses mesures incitatives sont à noter comme l'absence de permission de construire. Si de nombreux objectifs d'installation sont fixés dans chaque pays, la Turquie mise sur une politique d'implantation massive des bornes de recharge avant une incitation financière ultérieure en direction des consommateurs.

Enfin, on pourra relever l'implication naissante de l'Arabie Saoudite et plus particulièrement le projet NEOM, une ville intelligente totalement décarbonée où la voiture électrique aura une place de choix.

En Europe, cette dynamique favorable ne pourra que s'accroître si le Parlement européen et les Etats membres, valident la proposition de la Commission de mettre fin à la vente des véhicules thermiques en 2035 dans le cadre du paquet Fit-for-55. Et même sans cet objectif, l'Avere estime que les véhicules électriques rafleront 50 % des parts de marché automobile européen d'ici 2025 et 90 % en 2030.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Emmanuel Miculita

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Solution de stockage d'électricité pour l'industrie et le tertiaire SMA