Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

À Montpellier, des coquilles d'huîtres se transforment en béton

Grâce à sa technologie Géocorail, la start-up Seacure a valorisé des coquilles d'huîtres collectées près de Montpellier : elle a créé un nouveau biomatériau, un béton bio-sourcé qui pourra servir dans des ouvrages de génie écologique.

Déchets  |    |  Félix Gouty
À Montpellier, des coquilles d'huîtres se transforment en béton

Dans l'étang de Thau, près de Montpellier (Hérault), la jeune pousse marseillaise Seacure a produit une forme de béton bio-sourcé à partir de déchets coquillés. Fabriqué grâce à la technologie Géocorail, ce biomatériau est le fruit d'une expérimentation lancée en mai 2021 et achevée le 2 décembre 2022.

Les ingénieurs de Seacure se sont fournis en déchets coquillés auprès de l'usine Coved du Mourre blanc, à Mèze, par le biais du Syndicat mixte du bassin de Thau (SMBT), qui acommpagne les projets d'aménagement et de gestion de l'eau de 25 communes, dont une partie de la métropole de Montpellier. Ce site collecte et traite chaque année environ 8 000 tonnes de coquilles d'huîtres délaissées par la filière conchylicole de la lagune de Thau. Difficiles à recycler, ces coquilles partent généralement à la carrière de Galiberte, à Béziers, ou finissent en remblais de chemin. Afin d'ouvrir une nouvelle solution de valorisation pour ces déchets, Seacure s'est intéressée à leurs diverses formes : déchets bruts, huîtres nettoyées et calibrées ou broyats. L'entreprise marseillaise en a rempli plusieurs gabions, a enveloppé ces derniers dans de grands sacs en plastique, avant de les immerger au fond de l'étang pendant un an.

La fabrication d'un « biomatériau »

   
Coupe d'un bloc de béton d'huîtres. © SMBT / Seacure
 
   
L'intérêt de l'opération réside dans une subtilité technologique : chaque gabion était « branché » électriquement à un générateur à très basse tension, « sans danger pour les humains ni pour la faune », afin d'assurer une électrolyse de l'eau de mer. « Sous l'effet d'un courant électrique continu de très basse tension, les sels minéraux naturellement dissous dans l'eau de mer [comme le calcium, NDLR] forment des composés qui agissent comme un ciment naturel », explique Seacure, et qui entraînent la concrétion (ou agglomération) du sédiment à l'intérieur du gabion – en l'occurrence, les déchets coquillés. « L'ensemble forme progressivement un agglomérat rocheux, solide et extrêmement adhésif. »

Et les résultats sont concluants. « Le biomatériau ainsi créé peut être utilisé notamment pour la consolidation de structures immergées ou semi-immergées et offre un débouché pour la valorisation des déchets coquillés de la filière conchylicole », affirme l'entreprise. Les modules de béton d'huîtres, « cultivés » dans l'étang, devraient être réutilisés « dans le domaine du génie écologique, notamment pour fabriquer des corps morts ou des récifs artificiels ».

Financée à hauteur de 180 000 euros dans le cadre de l'appel à projets Avenir littoral de la Région Occitanie et du plan Littoral 21, l'opération a néanmoins relevé des points d'amélioration, notamment le remplacement des grands sacs en plastique par une « solution plus durable » ou encore la modification de la structure métallique des gabions pour faciliter la manutention.

Réactions1 réaction à cet article

 

La société Géocorail omet de dire qu'elle a bénéficié de 2014 à 2018 du financement de l'ANR et de la Région Normandie (EcoCorail), et de l'encadrement de 4 laboratoires de recherche (La Rochelle, Nouméa et Caen), qui lui ont permis d'une part de comprendre les mécanismes de solidification des concrétions coquillères, et de démontrer la faisabilité de ce qui est relaté dans cet article.
Géocorail semble avoir la mémoire courte.

Daniel | 12 décembre 2022 à 20h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Tuiles solaires, en coloris rouge pour vos exigences architecturales EDILIANS
Micro-onduleur DS3, la nouvelle génération pour le PV résidentiel APsystems