Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nanomatériaux : l'Anses valide sa méthodologie d'évaluation des risques sanitaires

Risques  |    |  D. Laperche
Nanomatériaux : l'Anses valide sa méthodologie d'évaluation des risques sanitaires

Une méthodologie bien fondée, mais qui nécessite de disposer de davantage de données toxicologiques pour pouvoir réellement évaluer les risques liés à la présence de nanomatériaux dans les produits alimentaires : c'est l'une des principales conclusions de l'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Ces travaux découlent d'une demande d'expertise de cinq ministères face à l'utilisation croissante de nanomatériaux dans l'alimentation : ces derniers sont utilisés notamment pour améliorer l'aspect ou l'appétence d'un produit ou encore faciliter l'absorption de certains nutriments.

Dans des premiers travaux, l'Anses proposait un guide scientifique pour mener une évaluation du risque. Avec ce nouvel avis, l'agence a testé son approche sur un additif alimentaire, désormais interdit pour un usage alimentaire, mais qui a été bien étudié : le dioxyde de titane (TiO2). Un test qui montre la pertinence de cette approche spécifique aux nanomatériaux, mais souligne que, malgré une bonne connaissance du TiO2, des données manquent encore pour mener à terme l'évaluation. « Les experts ont identifié l'ensemble des données qui devront être produites sur ce nanomatériau. Elles concernent la toxicité générale, la génotoxicité, la cancérogénicité, la neurotoxicité ou encore la toxicité pour la reproduction et le développement », explique Bruno Teste, coordinateur de l'expertise et chargé de projets scientifiques au sein de l'unité d'évaluation des risques liés aux aliments de l'Anses.

L'agence indique qu'elle va travailler notamment avec l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), pour faire progresser les méthodologies d'évaluation du risque et harmoniser les protocoles de tests relatifs à la caractérisation physico-chimique et à la toxicologie des nanomatériaux.

En attendant, l'Anses renouvelle sa recommandation de privilégier les produits dépourvus de nanomatériaux.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

TrichlorScan : mesurer les trichloramines dans l'air sans réactif toxique CIFEC
Portique de détection de la radioactivité dans les déchets - GammaScan®eV4 BERTHOLD FRANCE SAS