Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

EPR de Flamanville : l'ASN n'exclut pas un nouveau report de la mise en service

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
EPR de Flamanville : l'ASN n'exclut pas un nouveau report de la mise en service

EDF « n'a plus de marge » pour mettre en service l'EPR de Flamanville (Manche) d'ici fin 2022, comme le prévoit son calendrier, a estimé Bernard Doroszczuk, ce jeudi 27 mai. Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a notamment expliqué qu'EDF n'avait pas encore obtenu de feu vert concernant la correction de l'écart de conception affectant trois piquages du circuit primaire principal du réacteur. La rupture de ces soudures ne pouvant être écartée, il faut les consolider ou les réparer, a-t-il précisé. EDF étudie trois solutions pour résoudre le défaut rendu public en mars dernier, mais une seule est compatible avec le calendrier de l'entreprise. Si l'ASN ne l'approuve pas, le réacteur affichera un nouveau retard. L'ASN devrait rendre sa décision « durant l'été ».

Le premier scénario envisagé consiste à consolider avec des colliers de maintien les portions de tuyauterie défectueuses. Ce scénario, compatible avec une mise en service de l'EPR fin 2022, est privilégié par EDF. Si l'ASN ne l'approuve pas, l'entreprise devra réparer les soudures, voire remplacer les portions de circuit recevant les piquages non-conformes.

S'agissant des autres défauts affectant les soudures, l'ASN a donné son feu vert pour la réparation de 13 des quelque 80 soudures qui doivent l'être avant la mise en service du réacteur. Sept d'entre elles ont déjà été réparées « de façon satisfaisante », ajoute-t-il.

Concernant les huit soudures placées au niveau des traversées d'enceinte, l'Autorité a validé la réparation par robot proposée par EDF. Les travaux ont débuté sur la première soudure avec la réalisation d'une soudure manuelle.

Par ailleurs, la mise en service des deux EPR chinois de Taishan apporte un premier retour d'expérience et met en lumière des anomalies. Bernard Doroszczuk a notamment évoqué un problème de « distribution de puissance du cœur ». Pour l'instant, le président de l'ASN a admis n'avoir que peu d'informations sur ce sujet…

Réactions1 réaction à cet article

 

Un vrai nanar de série Z !
L'évidence saute aux yeux : on ne sait plus faire ! Et on voudrait en faire au moins 6 autres de la même veine ?! A qui profite le crime ?

Pégase | 28 mai 2021 à 13h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager