Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nucléaire : l'ASN dévoile la liste des pièces non-conformes installées sur les réacteurs français

Risques  |    |  P. Collet

Vendredi 23 septembre, l'Autorité de sûreté nucléaire a dévoilé la liste des irrégularités (1) affectant certaines fabrications de l'usine d'Areva au Creusot (Saône-et-Loire) concernant les installations nucléaires française. "A ce jour, Areva NP a identifié 87 irrégularités portant sur les réacteurs en fonctionnement d'EDF", explique l'ASN.

Par ailleurs, 20 irrégularités concernent des équipements destinés au réacteur EPR de Flamanville (Manche). Outre les défauts affectant la cuve du réacteur, les quatre générateurs de vapeur présentent diverses non-conformités.

Deux réacteurs à l'arrêt

Quant aux 87 irrégularités portant sur des équipements installées sur le parc d'EDF, l'ASN s'est penchée sur les 23 présentant a priori des enjeux pour la sûreté. C'est le cas en particulier du générateur de vapeur du réacteur 2 de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) : l'unité est à l'arrêt depuis juillet 2016 et ce jusqu'à ce que les examens et le programme d'essais complémentaires garantisse le respect des règles de sûreté. Une autre situation délicate concerne un générateur de vapeur du réacteur 4 de la centrale du Bugey (Ain). Le réacteur est actuellement à l'arrêt et l'ASN se prononcera avant son redémarrage. Quant aux 21 autres défauts, "l'ASN a conclu que les écarts identifiés ne remettent pas en cause la sûreté des équipements concernés".

Enfin, une irrégularité affecte un générateur de vapeur non encore installé destiné au réacteur 5 de la centrale nucléaire de Gravelines (Nord) et quatre portent sur des emballages de transport de substances radioactives.

1. Télécharger la liste des irrégularités
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-27563-liste-irregularites-creusot.pdf

Réactions1 réaction à cet article

On comprend bien les risques associés aux chocs thermiques sur une cuve que provoquerait le déclenchement de l'injection de sécurité. Sur les générateurs de vapeur il faut expliquer quels sont les risques: il doit y en avoir mais ça n'est pas évident.
Qu'AREVA ait triché est condamnable mais il faut que l'ASN fasse attention à l'accusation de provoquer des gâchis supplémentaires sans bénéfices pur la sûreté (durée des arrêts par exemple). Surtout à Fessenheim où ceux qui veulent la fermeture disent "vous voyez que le pays peut s'en passer" et "c'est la plus vieille centrale" (argument qui impose encore plus de précision dans l'affaire du générateur de vapeur en cause: cette pièce-là au contraire est neuve!)
Qu'il s'agisse de nucléaire, d'aviation ou de chimie, les décisions en matière de risques doivent "prendre les coûts en considération" : ça vaudrait la peine de l'écrire explicitement dans la loi elle-même (pas seulement dans des textes moins solennels) - c'est fait aux USA et pourrait utilement chez nous clarifier le mandat de l'ASN. Il ne faut pas qu'on puisse l'accuser de "rendre des services" sur une installation ni en contribuant au démarrage ni en contribuant à l'arrêt.

candide | 29 septembre 2016 à 08h00 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

PS 200 - Détecteur portable multi-gaz Teledyne Gas and Flame Detection
Expertise inondation pour votre site industriel 2 L'eau Protection