En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

OGM MIR 162 : les 27 n'arrivent pas à s'entendre sur sa commercialisation

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Les 27 Etats membres de l'UE ne sont pas arrivés à se mettre d'accord sur la commercialisation d'un nouveau maïs OGM développé par l'entreprise Syngenta et résistant aux lépidoptères. Treize Etats ont voté pour dont le Royaume-Uni, l'Espagne et les Pays-Bas. Dix autres, dont la Pologne et l'Autriche, ont voté contre. L'Allemagne, la France, l'Italie et la Bulgarie se seraient abstenus. Selon des diplomates européens relayés par l'AFP, la publication de l'étude du Criigen sur la toxicité d'un maïs OGM n'a pas modifié les positions des Etats membres depuis la première soumission début septembre.

Conformément à la procédure, en l'absence d'avis à la majorité qualifiée au sein des Etats membres, c'est à la Commission européenne de trancher. Selon l'association Inf'OGM, la commercialisation de ce maïs a reçu un avis positif de l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) mais un avis défavorable du Haut Conseil des Biotechnologies en France.

Réactions3 réactions à cet article

 

A-t-il été réalisé une étude de longue durée (2 ans) sur la toxicité de cet OGM, ou veux-t-on continuer à nous empoisonner ?

Coquelicot | 02 octobre 2012 à 09h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

OGM MIR 162 de Syngenta: étude de toxicité, pour prouver que cet OGM n'aurait pas d'effets toxiques sur les animaux au long terme, la firme produit des études comme quoi son maïs serait "équivalent" à un OGM déja approuvé, et ne présenterait pas plus de risque!!!!! Cherchez l'erreur.
J'en reviens à l'inutilité des OGM, il serait si simple de limiter la propagation de la pyrale et autre lépidoptères par des pratiques culturales simples, par exemple le broyage des pieds dés la fin de récoltes pour éliminer les larves hivernantes sans parler de tous les moyens de luttes autre que chimiques. Mais le hic c'est que les grands semenciers promoteurs des OGM sont également les fabriquants des intrants chimiques qui ne veulent pas voir leur profits diminuer.

Duport Claude | 02 octobre 2012 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

«Selon l'association Inf'OGM, la commercialisation de ce maïs a reçu [...] un avis défavorable du [HCB].»

Ce n'est pas exactement ce qu'a écrit Inf'OGM qui, de toute manière, prend ses désirs pour des réalités en pêchant dans l'avis du HCB ce qui correspond à son idéologie.

La partie en cause est la suivante:

«Au terme de l’analyse de l’ensemble des données fournies par le pétitionnaire et de données supplémentaires disponibles dans la littérature scientifique, le CS du HCB retient que :

- aucun effet particulier de toxicité ni d’allergénicité n’a été observé par le pétitionnaire dans les analyses expérimentales et bioinformatiques des protéines Vip3Aa20, PMI et du maïs MIR162. Les études d’alimentarité n’ont pas détecté de différences entre le MIR162 et son équivalent quasi isogénique non transgénique. Le CS du HCB note que le pétitionnaire conclut à l’équivalence du maïs MIR162 et de son comparateur non transgénique sans avoir mis en œuvre les tests d’équivalence et études de puissance appropriés. Ces informations seront exigées à l’avenir, conformément aux nouvelles lignes directrices sur l’analyse statistique de l’AESA (EFSA, 2010)

Inf'OGM a choisi de ne citer que «pétitionnaire ... appropriés».

Il serait temps de tenir un discours de vérité.

Wackes Seppi | 03 octobre 2012 à 17h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager