En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Amalgames dentaires : polémique autour de l'utilisation de mercure

Plusieurs ONG dénoncent la toxicité du mercure dans les amalgames dentaires utilisés ''massivement'' par les dentistes français au moment où s'ouvrent à Nairobi des négociations internationales visant à limiter les impacts de ce métal.

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Amalgames dentaires : polémique autour de l'utilisation de mercure
   

Alors que, sous l'égide du PNUE, des négociations internationales visant à limiter les impacts du mercure ont lieu du 31 octobre au 4 novembre à Nairobi (Kenya), plusieurs ONG dont le Réseau Environnement Santé (RES) alertent de la toxicité des amalgames dentaires ''qui contiennent 50% de mercure''.

Le mercure élémentaire est ''neurotoxique, génotoxique, immunotoxique, reprotoxique, perturbateur endocrinien'', ont indiqué le 27 octobre les associations RES, Non au Mercure Dentaire et ATC Toxicologie au cours d'un point presse. ''Ce métal est libéré en permanence sous forme de vapeurs. En grande partie inhalé, il passe dans le sang puis dans les organes où il s'accumule peu à peu. Le mercure d'origine dentaire représente la principale source d'exposition mercurielle dans les pays développés. Il contribue approximativement pour deux tiers à l'imprégnation mercurielle du corps humain, particulièrement du cerveau'', expliquent les ONG.

Or, l'amalgame, n'aurait, selon les ONG, jamais été soumis à une procédure d'autorisation de mise sur le marché (AMM) comportant des tests de toxicité cellulaire.

Une utilisation ''massive'' en France

En France, les dentistes ''continuent à utiliser massivement les « plombages », qui constitueraient encore 70 % des obturations sur les molaires et prémolaires selon l'Ordre des dentistes", dénoncent les ONG. Soit 17 à 18 tonnes de mercure par an, selon elles.

''Les dentistes français détiennent le record de pose d'amalgames en Europe. Pourtant l'utilisation du mercure est mise en cause par un nombre croissant de scientifiques et d'autorités politiques'', déplorent les associations en pointant du doigt ''la position isolée et incohérente'' du gouvernement. Si la France prévoit dans le plan national Santé-environnement 2 (PNSE2) de réduire l'exposition au mercure de la population de 30 % d'ici 2013, elle reste, selon les ONG, le "seul pays qui s'est officiellement opposé à l'arrêt des amalgames dans l'Union européenne''. La Norvège, la Suède et le Danemark ont en effet interdit entre 2008 et 2009 l'amalgame dentaire et ''demanderaient aux autres pays européens de suivre leur exemple''.

Vers des produits de remplacement ?

Tandis que le Conseil de l'Europe a adopté fin mai 2011, une résolution qui invite à ''la restriction, voire l'interdiction, des amalgames comme matériaux d'obturation dentaire''. La révision de la stratégie communautaire sur le mercure menée en outre par la Communauté européenne prévoit l'analyse du cycle de vie des amalgames dentaires d'ici 2012, rappellent encore les ONG. Selon elles, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport rendu public en octobre 2011 en marge des négociations de Nairobi, aurait appelé ''l'ensemble des pays à passer aux matériaux alternatifs à l'amalgame''. Charlie Brown, président de l'Alliance Mondiale pour une Dentisterie Sans Mercure cité par les associations, estime que les restaurations atraumatiques (ART), à base de verre ionomère, ''ont fait leurs preuves dans au moins vingt pays''. Le coût global de ces alternatives serait ''très inférieur à celui de l'amalgame", estiment les ONG.

La question des alternatives à l'amalgame fera l'objet de la publication d'une étude début 2012 par l'Afssaps. Or, les associations ont décrié la ''conclusion rassurante'' du dernier rapport d'expertise de l'Afssaps datant de 2005 selon laquelle ''l'amalgame reste le matériau le mieux adapté pour la restauration des dents permanentes postérieures […], notamment chez l'enfant, l'adolescent et l'adulte jeune'' et ont pointé ''des conflits d'intérêts'' au sein de l'agence.

Réactions8 réactions à cet article

 

Il faut rouvrir les hôpitaux psychiatriques pour y soigner tous ces paranoïaques.

Laurent Berthod | 02 novembre 2011 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je garde précieusement comme une curiosité scientifique une "cuve à mercure" d'un demi-litre, souvenir d'une époque où l'on recueillait certains gaz au dessus de cette cuve car leur solubilité dans l'eau interdisait l'usage de la cuve à eau ordinaire. Apparemment, les utilisateurs ne mourraient pas sur le champ; sinon, cela aurait certainement été remarqué. Dommage pour les ONG comme Réseau Environnement Santé au moulin desquelles cela aurait apporté de l'eau (distillée, of course).

Onésime | 03 novembre 2011 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ho, que voilà des réflexions intelligentes qui font grandement progresser le débat. Qui montrent surtout l'ignorance de leurs auteurs sur la toxicité chronique du mercure à faible dose, pourtant largement documentée par des dizaines d'études ; encore faudrait-il les avoir lues.

Paul Bousquet | 03 novembre 2011 à 21h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et alors ? Vous prouvez quoi de votre côté ? Que cette toxicité justifie l'interdiction des amalgames ?

Je maintiens que Réseau Environnement Santé est fait pour la gloire et la notoriété de ratés de la science.

Laurent Berthod | 04 novembre 2011 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo! Plus jamais de mercure, qui est toxique. Comme l'antimoine, le bismuth, le plomb, l'oxygène pur, l'azote ( ivresse des profondeurs), produits qu'il faut donc totalement retirer de la circulation.
A votre bonne santé.

Onésime | 04 novembre 2011 à 11h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

apres les amalgames au plomb,les amalgames au mercure et apres ,ça sera quoi des amalgames au plutonium ou a l'uranium...Continuons dans cette voie,on est bien partie pour nous autodetruire ...attention je precise qu il est formellement interdit de jeter du mercure dehors,cela peux detruire la faune et la flore,mais dans notre bouche il est autorisé...
ceux qui pense qu ils sont innofensifs,qu il laisse leur numero de telephone ici,je viendrais leur fraiser une dent avec amalgame au mercure dans leur bouche avec grand plaisir...je pense qu il n y aura pas beaucoup de candidat...les solutions de remplacement existent ,alors arretons de mettre cette saloperie dans la bouche de nos enfants

anti mercuriens | 08 août 2012 à 21h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Amalgames dentaires et vaccins avec adjuvant d'aluminium dans les années 1960 et 1970 m' ont déclenché la Sclérose En Plaques.

auryaubert | 01 juin 2013 à 17h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Concernant la toxicité du mercure, ses effets dévastateurs, etc. et surtout, son accumulation irréversible, une anecdote. Isaac Newton a été atteint à une certaine époque par une étrange maladie. Grave, trés grave. La machine entière était perturbée, cerveau y compris. Les documents décrivant cette maladie ont permis à des toxicologues modernes d'identifier cette maladie: une trés sérieuse intoxication mercurielle. Toutefois, Newton s'en remit. Le point qui mérite d'être souligné est le suivant: lors de l'exhumation de Newton, on effectua le dosage du mercure dans les cheveux du mort, et on trouva que la teneur de cet élément chimique était pratiquement la même que celle de nos contemporains. Vu la quantité de ce métal nécessitée pour avoir les effets décrits, on ne peut qu'en en déduire qu'il y a eu élimination. Donc, après l'accumulation, l'élimination.
Il me semble que l'on doit trouver cela dans le livre
Never at Rest: A Biography of Isaac Newton (Cambridge Paperback Library) [ Richard S. Westfall]

Onésime | 03 juin 2013 à 11h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…